Au cours d’une conférence de presse consacrée, le 14 octobre, à la 74e session de l’ONU, à la position de la Russie sur la politique internationale et au sommet Russie-Afrique, l’ambassadeur de Russie au Gabon a défendu la position de son pays.

L’ambassade de Russie au au Gabon (Libreville). © rusib.ru

 

Dmitri Kourakov (à gauche), lors du point presse, le 14 octobre 2019. © Gabonreview

L’ambassadeur de Russie au Gabon a entretenu la presse sur la politique étrangère de Moscou et sur son rôle sur la préservation de la paix dans le monde. Lors de cette conférence, le 14 octobre, à Libreville, Dmitri Kourakov est longuement revenu sur les restrictions américaines sur les visas pour les délégations étrangères qui devaient prendre part à la 74e Assemblée générale de l’ONU. La délégation russe a été durement frappée par cette mesure qui s’écarte des principes du droit international, selon le diplomate russe. Ce «procédé des États-Unis ébranle la base de l’ONU et la discrédite», a-t-il indiqué. Et ce regard distant des États-Unis vis-à-vis de ses partenaires internationaux, souligne le diplomate russe, ne prédispose pas à la consolidation de la paix.

«Nous nous prononçons pour une approche globale au règlement de conflit uniquement par voie pacifique», a déclaré Dmitri Kourakov considérant que cette approche permettrait de régler les conflits en Afrique. «Nous nous prononçons en faveur du renforcement du partenariat Onu-Union africaine (UA) et des organisations sous-régionales du continent», a-t-il ajouté.

La Russie entend contribuer au règlement pacifique des crises en République centrafricaine (RCA), République démocratique du Congo (RDC), Darfour soudanais, Soudan du Sud, Somalie, Mali ainsi que dans  d’autres points chauds du continent. L’idée est de soutenir les efforts des Africains pour reconstruire les institutions d’État et de sécurité. Selon le diplomate russe, ces dernières années, la Russie a conclu des accords de coopération avec six États africains, dont la RCA, la RDC, le Burkina Faso, afin de contribuer à la sécurité et à la réconciliation dans ces pays.

Pour Dmitri Kourakov, le premier sommet Afrique-Russie qui se tiendra les 23 et 24 octobre à Sotchi est une excellente plateforme pour densifier la coopération russo-africaine. Ce sommet permettra aux investisseurs russes de comprendre ce que les pays africains attendent de la Russie et surtout «de définir un format de partenariat». C’est vrai que l’«un de nos partenaires de longue date est l’Angola où opèrent plusieurs sociétés russes, ou encore la Guinée-Conakry. Mais le temps est venu d’approfondir cette coopération et de la monter à un autre niveau», a souhaité Dmitri Koukakov qui positionne son pays comme un acteur clé pour l’Afrique.

 
 

1 Commentaire

  1. Jean jacques dit :

    Une bonne idée de la Russie. L’Afrique n’est pas la propriété de USA.FRANCE.ou Angleterre.l’Afrique doit coopérer avec tous les pays.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW