Les prévisions économiques de l’Institution de Washington annoncent un rebond de la croissance dans la région en 2018.

La BM prédit une croissance de 3,2% en 2017 pour l’Afrique subsaharienne. © D.R.

 

D’après son rapport sur les perspectives économiques mondiales publié le 9 janvier, l’institution onusienne prédit une accélération de la croissance en 2018 et 2019 pour la zone Afrique subsaharienne. «Après un repli de 3,1% en 2016 et une hausse de 2,4% l’année dernière, la croissance dans la région devrait progresser de 3,2% en 2018 puis de 3,5% en 2019», indique le rapport de la Banque mondiale.

L’embellie procèderait de la demande domestique et du raffermissement des prix des produits de base, découlant de la reprise de la croissance au niveau mondial prévue pour s’établir à 3,1%. Trois économies principales de la région devraient soutenir cette tendance : l’Afrique du sud avec une hausse de son PIB de 1,1% contre 0,8 en 2017, le Nigéria avec 2,5% contre 1% en 2017, et l’Angola avec 1,6% contre 1,2% en 2017.

La Banque mondiale a cependant mis en garde contre certains facteurs susceptibles de compromettre ces perspectives. Notamment, «un recours excessif à l’emprunt extérieur», un «durcissement» des conditions de financement à l’échelle mondiale et les incertitudes politiques dans certains pays. Selon l’institution de Bretton Woods, le ralentissement de l’économie chinoise pourrait impacter l’économie de la région, à travers la baisse des prix des matières premières. Les plus exposés à ces risques sont les pays exportateurs de métaux et les économies de la Cemac.

De même, l’institution de Washington prévoit une croissance modérée dans la région de la Cemac. Elle devrait s’améliorer progressivement, les économies continuant à s’ajuster à des niveaux de prix du baril moins élevés. Tout le contraire dans la zone Uemoa, «où l’activité économique devrait rester solide, avec une croissance rapide au Sénégal et en Côte d’Ivoire», a conclu la Banque mondiale.

Auteur : Alain Mouanda

 
 

1 Commentaire

  1. jean- jacques dit :

    comment comprednre que les pays de l’Afrique de l’Ouest qui la grande partie n’exploite pas le petrole, leurs economies sont en bonne santé qu’au Gabon? on a que les gens qui se declarent docteurs en economie, en fiance que les gros diplomes incapables de trouver les mecanismes contre cette situation. tout l’argent du Gabon va dans les posches des ministres, presidents des Institutions. sans compter les detournements. à peines 1. 5ooooo hbts. on a des difficultés de tout genre et a population etait à 5 000000 hbts je suis sûr que l’ONU devrait deja decreter une crise alimentaire au Gabon et nous jeter les sacs de riz et tarots par les avions militaires.Qui a maudit le Gabon? on nous remet le poste de VPR un Manganga avec son orgueille ose dire aux agents du Ministere des Affaires Etrangeres de cotiser afin d’acheter le carburants, nous sommes dans quel pays et on a quel dirigeants? ce manganga c’est pas l’argent de l’Etat qu’il utilise pour mettre le carburant dans sa voiture de fonction? il est toujours facil de dire des propositions aux autres tandisqu’il pille l’argent du Gabon avec sa famille ,la femme deputé, fils ministre, pere VPR.c’est plus la famille Bongo.et il voulait même accumuler le poste de maire à Mouila.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW