Réunis en assemblée générale le 7 novembre, les agents du ministère de l’Agriculture ont menacé de lancer une grève générale. Ils exigent le paiement de la prime de productivité et la restructuration de l’Agence nationale de la sécurité alimentaire (Agasa).

Les agents du ministère de l’Agriculture assemblée générale le 7 novembre 2019. © Gabonreview

 

Le ministère de l’Agriculture est sous l’ombre d’une paralysie. Les agents de ce département ministériel réunis en assemblée extraordinaire le 7 novembre à Libreville ont menacé de déclencher une grève générale dans les prochains jours si les points de revendications ne sont pas résolus.

Les revendications des agents portent sur le paiement de la prime de productivité qui n’est plus payée depuis 4 ans.

Le personnel du ministère de l’Agriculture a également décrié la gestion scabreuse de l’Agence nationale de la sécurité alimentaire (Agasa). À en croire le président du Syndicat national du personnel de l’Agriculture (Sypag), la direction générale de l’Agasa a entrepris d’affecter 4 délégués provinciaux qui ne sont ni fonctionnaires, encore moins agents publics.

Or, a relevé Essiane Koumba Mba, «ne doivent assumer ces fonctions que les agents régis par le statut général de la fonction publique». Au regard de la violation de la loi, les agents ont exigé l’annulation des affections qui relèvent du copinage.

Les agents de l’Agriculture a exigé le départ dans les brefs délais du directeur général de l’agriculture qui brille disent-ils, par son absentéisme notoire et son insubordination à sa hiérarchie au motif qu’il a été recommandé et nommé par Brice Laccruche Alihanga et Yolande Nyonda.

«Depuis sa nomination, ce monsieur n’a jamais pris son service. Il paralyse le fonctionnement du ministère. Il n’est jamais au poste. Il n’a de comptes à rendre à personne. Et il dit que rien ne peut lui arriver parce qu’il a été nommé par le directeur de cabinet d’Ali Bongo. Nous ne voulons plus de ce monsieur que Alihanga le recrute à la présidence», a lancé le président du Sypag.

Par ailleurs le personnel de l’Agriculture a exigé de la tutelle une réponse urgente à la disparition constatée de 75 tricycles destinés aux délégations provinciales offerts par Olam au ministère de l’Agriculture.

Un délai de deux semaines a été accordé à la tutelle pour apporter des réponses à toutes ces revendications. Au-delà de ce temps, si aucune réponse n’est donnée, «les agents se verront dans l’obligation de déclencher une grève générale illimitée», a averti Essiane Koumba Mba.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW