Présenté sur les réseaux sociaux comme un des mécontents de l’entourage d’Ali Bongo et du Parti démocratique gabonais (PDG) après son éjection du gouvernement en janvier dernier, Ali Akbar Onanga Y’Obegue a assuré, dimanche, qu’il n’en est rien. Le député du 1er siège de la Lékoni-Lékori n’envisage pas non plus de prendre la parole comme annoncé ces dernières semaines sur la Toile.

Ali Akbar Onanga Y’Obegue, député du 1er siège de la Lékoni-Lékori. © Facebook

 

Sa sortie du gouvernement, en janvier dernier, avait été une surprise pour beaucoup qui le pensaient indéboulonnable, notamment à cause de sa proximité avec le président de la République, dont il était un des conseils lors de la présidentielle d’août 2016. Si bien que certains avaient pensé que l’ex-ministre de la Fonction publique se rebellerait, soit en démissionnant du PDG, soit en vidant son sac devant la presse. Cinq mois après son limogeage, il n’en est rien. Et le député du 1er siège de la Lékoni-Lékori n’envisage pas de faire autre chose que de siéger à l’Assemblée nationale.

Dans un post publié, dimanche 30 juin, sur son compte Facebook, Ali Akbar Onanga Y’Obegue dit être la cible «des intrigants aux abois [qui] veulent par tous les moyens et toutes les méthodes, mêmes les pires, [le] faire parler». Or, assure-t-il, «il n’y a aucune occurrence qui nécessite de [sa] part un quelconque propos en relation avec [son] appartenance au PDG». À l’en croire, son éjection plutôt brutale du gouvernement ne l’a donc mis en bisbille ni avec le secrétariat exécutif du parti au pouvoir ni avec les proches collaborateurs d’Ali Bongo à qui l’on prête le pouvoir des nominations depuis le début de ses ennuis de santé.

Affirmant n’avoir jamais envisagé de faire une sortie devant la presse comme cela avait été annoncé sur les réseaux sociaux, en mai dernier, Ali Akbar Onanga Y’Obegue affirme que les auteurs des «canulars» diffusés ces dernières semaines sur la Toile «n’auront que [son] silence qui signifie, entre autres, [son] mépris à l’égard de leur médiocrité et de leur bassesse».

 
 

8 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Le SILENCE se paye aussi en millions d’euros.

  2. Hayo dit :

    Ce p…fait partie de ceux qui ont été au coeur de la fraude du Haut-Ogooué qui fait du Gabon une référence mondiale en matiere de tripatouillage électorale.

  3. Didier dit :

    C’est sur que nous n’aurons que ton silence. Et tu as demandé combien pour l’observer ?

  4. Mayombo placide dit :

    Tout le monde n,est pas achetable. Il.n,à pas besoin de se faire payer par qui que ce soit. Son silence est simplement une façon de ridiculiser ses détracteurs.

    • Léon Nkogue dit :

      Il n’y a aucun détracteur ici. Ce qui est dit de ce Monsieur est tout simplement fondé, vrai… Si tu veux des preuves, je peux t’en fournir et tout déballer ce matin. Attention.

    • le bonnet d'âne dit :

      Et en guise “de mépris”, ce faux dévot méprisant et hautain devrait plutôt pour une fois supplier son dieu tout puissant et s’incliner devant sa décision (de nous épargner le calvaire de coutoyer ces gens d’avantage). Voilà qui serait une vraie preuve de foi, n’est-ce pas monsieur le mépriseur ?

  5. moundounga dit :

    Bjr. Les positions sont si diamétralement opposées par rapport à ce Monsieur (et je m demande pourquoi)que j’estime de sa part une prise de parole pour sa propre dignité.

  6. Léon Nkogue dit :

    LE VRAI PEUPLE VAINCRAI…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW