Le directeur de cabinet du président de la République voit dans la présence d’Ali Bongo au défilé militaire du 17 août, les activités menées et le discours prononcé la veille des preuves suffisantes que celui-ci assure bel et bien les charges de sa fonction, contrairement à la perception d’une partie de l’opinion.

Brice Laccruche Alihanga, le 17 août 2019, à Libreville. © D.R.

 

Si les images d’Ali Bongo prenant part aux festivités marquant la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance du Gabon ont pu choquer certains qui auraient souhaité qu’il soit exempté d’une partie de ses obligations protocolaires, dans un post sur sa page Facebook, Brice Laccruche Alihanga laisse croire que cette éventualité n’était pas envisageable. La raison en est que le président de la République se porte de mieux en mieux et a tenu à s’y souscrire de son plein gré. Pour le directeur de cabinet, «Ali Bongo Ondimba est fermement aux commandes du pays».

Pour s’en convaincre, il cite l’hommage rendu par le président à Léon Mba au mausolée éponyme et le «discours inspirant, dense et concret» prononcé par lui le 16 août, à la vielle du défilé militaire. «Le chef de l’État, omniprésent, a tenu son rang», conclut Brice Laccruche Alihanga qui dit concevoir la posture d’Ali Bongo comme «une mauvaise nouvelle pour [ses] contempteurs qui ne savent s’illustrer que dans la critique».

Les Gabonais adhèreraient presque tous à la politique d’Ali Bongo

Selon son directeur de cabinet, «contrairement à ce que des voix dissonantes, mais ultra-minoritaires tentent de faire croire à une poignée de crédules, le peuple gabonais, dans son écrasante majorité, soutient fermement l’action du président de la République». Il en veut pour preuve «la victoire écrasante du Parti démocratique gabonais et de ses alliés lors des élections générales d’octobre dernier».

L’autre «fait objectif» qui, pour Brice Laccruche Alihanga prouve que la politique d’Ali Bongo est appréciée, est qu’elle porte des fruits. C’est du moins, rappelle-t-il, ce que démontre le dernier rapport du PNUD, qui classe le Gabon au 2e rang des pays de l’Afrique subsaharienne ayant un meilleur indice de développement humain. Pour le dircab, cette position est «irréfutable [et] incontestable».

 
 

10 Commentaires

  1. André BRUNO dit :

    Ce n’est pas bon de mentir cher ami Marseillais. Ok, tu obéis aux ordres du Quai d’Orsay. Mais vas dire à tes amis français qui te commandent que le Gabon d’aujourd’hui n’est pas celui de Léon Mba ou d’Omar Bongo. Les gabonais ne sont plus de petits enfants malléables. Ce cinéma est terminé.

    ALI BONGO EST MORT.

    VIVE JEAN PING, PRÉSIDENT ÉLU DU GABON.

    N.B: Marseillais comme toi. Mais pas corrompu ou voyou comme toi.

  2. Ulys dit :

    Il ne sait même pas mentir. Pitié! Pauvre Laccruche Fargeon Alihanga!
    ALI BONGO EST MORT. LIBEREZ LE GABON. JEAN PING EST LE PRÉSIDENT ÉLU. LE RESTE EST DU THÉÂTRE ORCHESTRÉ PAR LE QUAI D’ORSAY OU FRANCAFRIQUE…

  3. Grégoire Ndong dit :

    Alors, qu’il reçoive aussi une délégation de l’opposition gabonaise, ainsi que l’association qui a portée plainte contre lui récemment au tribunal. Et après ça, nous serons enfin d’accord qu’il n’est pas mort. Sans cette audience, les gabonais resteront toujours dubitatif.

  4. Biyoghe Armand dit :

    Que ton Ali Bongo (s’il est bien vivant) accorde une audience au collectif “Appel à Agir”. Ainsi, nous serons définitivement convaincus. S’il ne le fait pas, c’est qu’il est bien MORT.

    Vive Jean Ping, notre président élu du Gabon.

  5. Gayo dit :

    Ce n’est une surprise de voir un mafieux, un escroc repris de justice mentir comme il respire. La tragédie ce qu’il est à la tête du Gabon.

  6. Cet homme blanc Français est Un gros vampire imposteur! Il est piloté par Jean-Yves Le Drian. La présidence de la République au Gabon dépense 1 milliard de F. CFA par jour donc 365 milliards de F. CFA à l’année, ce, depuis Omar Bongo. Ce qui équivaut à 2 millions d’€ ( d’euros )/jour, ainsi à l’année 730 Millions d’€ ( d’euros ). Donc, vous comprendrez que Jean-Yves Le Drian a sa part au quotidien qu’il n’est pas prêt de lâcher ! Il faut à tout prix chasser ce mec Brice Fargeon. Mais, il y a tout de même un bémol: son père adoptif ne se prononce pas OUVERTEMENT, ce Laccruche quant à fils adoptif semeur du chaos au Gabon. Ni d’ailleurs monsieur Lemboumba Lépandou qui est matin, midi et soir à l’Élysée et au quai d’Orsay chez Le Drian. Qu’il parle au moins pour se dédouaner de ce gosse qui fait tout et n’importe quoi du Gabon, présentement ! Le gros silence de Lemboumba le rend assez complice. Cela donne une autre connotation, que c’est lui qui serait derrière les grandes manœuvres de ce Brice Fargeon. Que Lemboumba se prononce pour nous convaincre. C’est tout ! Ce double jeu doit cesser. Car, le pays se meurt complètement, là, avec ce gosse.

    • Moisson Paul dit :

      Pardonnez-moi de m’immiscer dans les problèmes du Gabon. Je suis tombé par hasard dans ce site d’information gabonaise. Et je suis extrêmement surpris de savoir que mon pays la France est impliquée dans des coups bas en Afrique, en général, et au Gabon en particulier. Très choqué de le savoir. Et hé vous crois. Mais ne baissez pas les bras pour obtenir votre TOTALE LIBERTÉ.

    • B2 dit :

      JE CONFIRME TOUT CE QUE VOUS AVEZ EU A ECRIRE…
      IL EST TEMPS DE LIBÉRER LE GABON…

  7. Biyoghe Armand dit :

    Ce régime sanguinaire et usurpateur continu à gagner du temps en sa faveur en nous faisant perdre du temps sur des sujets ou polémiques inutiles. Nous devons maintenant agir le plus vite possible pour vraiment libérer le Gabon.

  8. Laurent dit :

    Marseille est une ville de France qui a très mauvaise réputation. Quant on sait d’où vient ce Fargeon Alihanga Laccruche, on se dit alors que notre pays est entre les mains d’un très grand bandit. Alors, il nous faut libérer notre pays de ce voyou au plus vite.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW