C’est l’un des messages que le président de la République a souhaité transmettre aux Gabonais par la voix de son directeur de cabinet, dont la tournée l’a conduit, vendredi à Owendo. Selon Brice Laccruche Alihanga, le président de la République entend s’accrocher pour continuer à être auprès des populations, tout en promettant d’écarter tous les «vendeurs d’illusions».

Ali Bongo lors de son discours à la Nation, le 16 août 2019. © Communication présidentielle

 

La commune d’Owendo a accueilli le directeur de cabinet du président de la République, le 4 octobre, dans le cadre de sa tournée entamée il y a un mois. Comme à chacune des étapes de ce périple, Brice Laccruche Alihanga était porteur d’un message d’Ali Bongo.

Sans langue de bois, Brice Laccruche Alihanga a fidèlement rapporté les propose d’Ali Bongo, rencontré la veille selon lui. «J’étais avec le chef de l’État hier, et il m’a dit de vous dire : ne suivez pas tout ce qui se raconte sur les réseaux sociaux, je vais bien, j’ai même laissé ma canne», a-t-il rapporté.

Une embellie de la santé du chef de l’État confirmée par Brice Laccruche Alihanga, qui soutient qu’Ali Bongo vaque normalement à ses occupations, et se détend tranquillement au bord de la piscine après le travail. «Tous les collaborateurs du président peuvent en témoigner», a-t-il affirmé.

Ce dernier a déchainé les foules avec une autre révélation que lui a faite, ainsi qu’au Premier ministre, le chef de l’État : «Même si je dois mourir, je ne peux pas laisser les Gabonais. Je vais continuer jusqu’au bout», a déclaré Ali Bongo. Brice Laccruche Alihanga n’a pas manqué de remercier le Seigneur pour sa bienveillance à l’endroit du chef de l’État.

Au-delà de la bonne nouvelle sur la santé «retrouvée» d’Ali Bongo, Brice Laccruche Alihanga a mis en garde ceux qu’il qualifie de vendeurs d’illusions : «Ali Bongo ne se laissera plus abuser», a prévenu son directeur de cabinet avant de rapporter le mea culpa du président gabonais. «Au sortir de mon accident cardiovasculaire, j’ai compris une chose : il y a eu trop d’intermédiaires entre moi et les populations, il y a eu trop de ministres et des gens tout-puissants. J’ai été induit en erreur, des gens m’ont fait mentir. C’est terminé les mensonges ! Maintenant, on fait des projets de proximité avec les populations et les menteurs autour de moi, même si c’est toi Laccruche, ils seront sèchement écartés. Celui qui boude, il bouge !», a prévenu Ali Bongo.

Le message est bien passé auprès de la haute administration, notamment, dont plusieurs fonctionnaires ont fait le déplacement du côté d’Owendo.

 
 

9 Commentaires

  1. Isabelle dit :

    Brice Laccruche Fargeon Alihanga, c’est plus vrai pour toi de dire: “j’ai été avec le diable hier…”. Ali Bongo est MORT. Et le diable est un menteur. Et tu es à son école. Apprends bien tes leçons à l’école de SATAN.

  2. Fili mot dit :

    Une comédie macabre est en cours au Gabon. Ali Bongo qui est censé avoir recouvré toutes ses capacités n’est pas en mesure de prononcer lui même devant les Gabonais, les propos que lui prête Monsieur Fargeon? Tout démontre qu’il est définitivement out, les dernières images à Franceville de cet homme diminué, manifestement ailleurs, étaient pathétiques. Son ambitieux collaborateur lui fait dire ce qu’il veut. Seuls les naïfs se laisseront berner par ce cinéma.

  3. TRESSSSSSSSS dit :

    La vraie question est qu’attend le peuple pour mettre fin a tout ce cirque??

  4. Hugo dit :

    On est en train de vendre le Gabon, et l’opposition reste comme d’habitude silencieuse. C’est très grave ce qui se passe au Gabon.

  5. Hô Chi Minh' dit :

    L’appât du gain nous amène donc à faire des déclarations qui relèvent de l’inconscience.

  6. SERGE MAKAYA dit :

    “GABONREVIEW”, vous vendez le Gabon aux étrangers… Ce qui est INADMISSIBLE…

    C’EST MON DERNIER POST… AU SECOURS…

    SERGE MAKAYA, ANCIEN DU B2.

  7. SERGE MAKAYA dit :

    Pourquoi nous ne cotisons pas ENSEMBLE pour mettre un DÉTECTIVE PRIVE pour savoir exactement ce qui arrive à Ali Bongo (pour qui je crois véritablement mort) ? L’UNION FAIT LA FORCE…

    JE TENTE D’ENVOYER CE MESSAGE AUX GABONAIS DE LA RÉSISTANCE, MAIS JE N’Y ARRIVE PAS… MERCI A GABON REVIEW…

  8. Ondo dit :

    Même TOI NOURREDINE (premier des fils d’Ali Bongo), tu devrais arrêter ce CINÉMA qui se passe au Gabon.

  9. Lavue dit :

    Le petit Blanc, gabonais adoptif de LACRUCHE devrait se montrer un peu plus intelligent. Il ne sait pas qu’il est en train de blaguer sur la terre des bwitistes. Le Gabon appartient à ses propriétaires divins. Il ne se pose même pas la question pourquoi le Béninois, à qui on attribuait tous les pouvoirs mystiques a été foudroyé d’un AVC, pourquoi quelques mois après lui ALI himself est foudroyé par un AVC également (interprétation occidentale de la colère des nos ancêtres). Ce petit Blanc devrait faire montre de beaucoup d’humilité. Les Gabonais d’adoption ne peuvent pas aimer le Gabon plus que les vrais Gabonais d’origine, ça n’existe nullepart. Nous sommes dirigés par des gens venus d’ailleurs, mais ça ne restera pas toujours ainsi. NZAMBI A PUNGU veille sur le Gabon, terre des bwitistes. LACRUCHE attention le Gabon n’est pas une société à capitaux français; c’est une terre qui a des propriétaires divins. Si tu ne comprends pas ça , ton AVC n’est pas loin. A bon entendeur …….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW