Le président de la République, Ali Bongo Ondimba a reçu des mains du président du bureau de la commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), René Aboghé Ella, le rapport final des élections législatives du 17 décembre 2011 ayant permis la constitution de l’actuelle Assemblée nationale monocolore.

René Aboghé Ella, président du bureau de la commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap) - © D.R.

Le rapport des législatives de décembre 2011, les premières depuis l’accession d’Ali Bongo Ondimba à la magistrature suprême, vient d’être transmis au numéro un Gabonais pour compte-rendu. Document de plusieurs pages cette expertise de la Cenap met en relief le contexte dans lequel se sont passées ces élections, de sa préparation à sa réalisation.

Selon le président de l’instance chargée d’organiser les élections en république gabonaise, René Aboghé Ella, le document produit par le bureau de la Cenap, présente quatre moments forts ayant constitué cette période électorale. À savoir, le contexte de cette première élection de l’ère Ali Bongo Ondimba, le débat sur l’introduction de la biométrie à ces scrutins, le renouvellement du mandat du bureau de la Cenap et l’étape des contentieux électoraux.

Pour le patron de la Cenap, le scrutin de décembre 2011 s’est déroulé conformément à la loi fondamentale qui fixe les délais de renouvèlement des chambres du parlement, notamment de l’Assemblée nationale dont il était question. Soulignant le bon déroulement des opérations électorales et de tout le processus sur le terrain, René Aboghé Ella a tout de même relevé la faible représentativité de la gent féminine dans le système électoral national qui se situe à 13%, encore loin des normes internationales qui statuent à 35%.

Au cours de l’audience à laquelle plusieurs collaborateurs prenaient part, les membres de la Cenap ont également abordé avec leur hôte, les aspects relatifs au déroulement des prochaines élections partielles et locales. L’objectif étant de garantir les conditions transparentes de ces scrutins.

Malgré les appels de l’opposition réclamant le boycott à travers l’abstention en vue d’une introduction de la biométrie dans le processus électoral, les élections législatives du 17 décembre 2011 ont eu lieu en donnant vainqueur le Parti démocratique gabonais (PDG majorité républicaine) avec 114 sièges sur les 120 de l’Assemblée nationale.

 
 

7 Commentaires

  1. ni lire ni écrire dit :

    Il y a une chose que je ne comprends pas dans l’article : est ce la participation des votants féminins qui est à 13% ? Ce serait très surprenant ! Ou bien des candidates élues?
    Dans les deux cas, c’est vraiment déplorable, et j’espère que se constituera un parti des femmes gabonaises pour les prochaines élections. Il est vrai qu’au Gabon, les hommes bavardent et les femmes travaillent. Il serait temps qu’elle prennent le pays en mains !

    • François Ndjimbi dit :

      L’article parle de la “faible représentativité de la gent féminine dans le système électoral national qui se situe à 13%”. Il s’agit du taux de femmes qui travaillent à l’organisation les élections au Gabon, donc des femmes qui travaillent à la Cenap, pourrait-on dire. Mais ce chiffre prend également en compte le personnel ponctuel embauché le jour du scrutin au niveau des bureaux de vote.

  2. Le Petit-Fils de la Veuve dit :

    René ABOGHE ELLA,

    Les gabonais gardent un souvenir mitigé de ce magistrat, au coeur de la controverse de 2009.

    Clairement, pour plus de démocratie dans ce pays, il nous faut une femme au pouvoir.

    Je soutiens Laure Olga GONDJOUT en 2016.

    • Le fils de la veuve dit :

      @Le Petit Fils de la veuve. Cher fils. Ne sois pas contradictoire. Tu soutiens laure Gondjout et affirme qu’Aboghé Ella est au coeur de la controverse de 2009. As-tu oublié que c’est gra^ce à cette controverse que laure Olga Gondjout occupe les fonctions qui sont les siennes aujourd’hui ? As-tu oublié qu’elle fut porte-parole du bénéficiaire de cette controverse, à savoir le “président” nommé par Aboghé Ella, Ndongou et surtout Mborantsuo ?

  3. CLG dit :

    J’espère que ce n’est pas tout ce qu’il y a comme statistique dans ce rapport et que ces statistiques sont présentées au peuple pour en juger du tripatouillage pédégiste pour tenter de gonfler le taux de participation.

  4. Yves dit :

    voici des gens qu’il faudra juger pour qu’ils expliquent au Gabonais , devant un tribunall impartial comment un groupe d’individus a détourné le suffrage de tout un peuple en 2009!!

    2009 Resera historique àla CPI ou ailleurs, j’espère que ceux qui resteront vivants pourront témoigner tôt ou tard du lourd chatiment qui pourrait subir Ndongou, Aboghe Ella, Ali Bongo, Guy Nzouba, Mborantso, Boukoubi, Biyoghe Mba,Rogombe, Ella Ekogha, Rock Oganga et les autres officiers pour déterminer les responsabilités du coup d’Etat electoral de 2009 et des dixaines de morts à Port gentil!!!

  5. Marshall dit :

    la commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap)a fait un bon et que tout revient maintenant à l’appréciation du président de la république.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW