L’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) a dit avoir lancé une opération de retrait de la vente d’un produit de la marque Les Doodingues de Casino.

Supermarché Mbolo, l’enseigne Géant Casino à Libreville. © Loic Mouele

Supermarché Mbolo, l’enseigne Géant Casino à Libreville. © Loic Mouele

 

Décidément, «la nouvelle marque monstrueusement bonne» ne l’est pas autant qu’elle le prétend. Au Gabon, elle écoulerait même des produits impropres à la consommation, ainsi que l’indique un récent communiqué de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa), qui procède depuis quelques jours au retrait des rayons du Géant Casino de Libreville du produit dénommé «Les Doodingues de Casino». A en croire l’Agasa, cette préparation pour boisson instantanée peut causer de sérieuses complications. «Un contrôle a mis en évidence, dans un de ces produits, la présence de bestioles répugnantes, susceptibles d’endommager la santé des consommateurs», fait-on savoir.

Un produit de la marque «Les Doodingues de Casino». © doodingues.fr

Un produit de la marque «Les Doodingues de Casino». © doodingues.fr

Pour préserver la santé des consommateurs, l’Agasa demande à toute personne ayant acheté ou détenant «Les Doodingues de Casino» de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente. «Les personnes qui auraient consommé les produits (incriminés) et qui présenteraient des douleurs abdominales, accompagnées de diarrhées aigues et vomissements sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui stipulant cette consommation», indique-t-on.

Si l’Agasa n’a pas manqué de rappeler que le retrait de ces produits se fait en collaboration avec le magasin, il n’en reste pas moins que la situation suscite des interrogations quant à la responsabilité et la politique sanitaire de cette structure commerciale, l’une des plus importantes du pays. Il revient donc à l’administration d’accentuer les contrôles, aussi bien dans ces grands espaces que dans les épiceries de quartier. Entre les produits périmés et ceux dont la provenance est douteuse, les consommateurs sont bien souvent abandonnés à eux-mêmes, et leurs plaintes ne sont que rarement prises en compte, en raison de la corruption qui touche le secteur. Il n’est, en effet, pas rare de voir un gérant de boutique graisser la patte à un agent contrôleur pour échapper à la fermeture de son commerce. Une réalité qui met en danger les consommateurs.

 

 
 

6 Commentaire

  1. Pas Possible dit :

    “…. les consommateurs sont bien souvent abandonnés à eux-mêmes, et leurs plaintes ne sont que rarement prises en compteen raison de la corruption qui touche le secteur…”, blague. Elle est bien bonne celle-là. La corruption touche l’ensemble du pays!!!!

  2. LaMaman dit :

    Eeeeh Dieu!!
    Vraiment des biscuits en passant par les lingettes et le yaourt à boire j’en donne à mon bébé
    Moi qui suis souvent très pointu sur les composants des produits pour enfants ooh
    Mon fils sort d’une longue semaine de Diarrhée et Vomissements aigüe accompagné de douleurs abdominales

  3. jwice dit :

    Beau travail de l’AGASA mais cette strucure gagnerait à aller davantage dans les quartiers sous intégrés à la rencontre des maliens et autres échoppes.

  4. Ecriture dit :

    Ce n’ai que la partie visible de l’iceberg! faites un tour a la gare routière ou a Mont bouet, le constat fait froid dans le dos

  5. just dit :

    Bon travail, mais ne vous limitez pas dans les grandes surface où les grands types vont faire leurs achats. allez aussi dans les quartiers sauver les vies des plus pauvres qui sont au contact permanent des produits avariés, impropre à la consommation.

    Allez-y et nous apprécierons davantage votre action.

  6. Kinte dit :

    Dooding c’est quasiment du premier prix, c’est la marque crée par le fils du DG du groupe Casino. C’est un vrai scandale cette affaire. Alors la rumeur selon laquelle le groupe casino changerait les DLC sur les produits avariés pour les revendre en Afrique et dans le tiers-monde est donc fondée!

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW