Moins d’un mois après la saisie puis la destruction d’une vingtaine de tonnes d’aliments impropres à la consommation, l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa) informe avoir procédé ces derniers jours à la destruction de près de 3 tonnes de d’échines de porc et une vingtaine de tonnes de poulet à Libreville.

L’Agasa a récemment saisi et détruit à Libreville 30 tonnes d’aliments ayant subi une rupture de la chaîne du froid. © Agasa

 

Pour assurer la sécurité des consommateurs, l’Agasa n’a pas fini de courir derrière les opérateurs économiques véreux, particulièrement à Libreville où elle mène depuis des mois un combat contre la malbouffe. Moins d’un mois après la précédente action similaire, l’agence informe avoir procédé à la saisie puis à la destruction d’une vingtaine de tonnes d’aliments impropres à la consommation dans la capitale.

Il s’agit, précise l’agence sur sa page Facebook, «d’environ 2 600 kg d’échines de porc et de 27 tonnes de poulet. Des aliments impropres à la consommation qui ont été «broyés puis enfuis à plus de 7 mètres dans le sol», ajoute-t-elle.

Selon l’Agasa, la raison ayant conduit à la destruction de ces aliments, tient à la «rupture de la chaîne du froid». Dans ces conditions «la consommation de [ceux-ci] peut devenir dangereuse pour la santé», précise l’agence.

«Les normes de températures sont établies afin d’éviter une prolifération bactérienne excessive. Si rupture de chaîne de froid il y a, les germes ingérés peuvent provoquer une intoxication alimentaire. Les personnes ayant peu de défenses immunitaires (bébés, femmes enceintes, personnes malades ou personnes âgées) peuvent en mourir», explique l’Agasa.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW