Estimant devoir jouer un rôle dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle sur le continent, et particulièrement dans la sous-région, les parlements d’Afrique centrale ont le projet de créer avant la fin de l’année courante une plateforme sous-régionale pour la promotion d’une agriculture durable en vue d’atteindre l’«objectif faim zéro».

Les parlementaires de l’Afrique centrale entendent s’investir davantage dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la sous-région. © FAO

 

De plus en plus de parlements à travers le monde s’intéressent à la qualité de l’alimentation et de la nutrition. Les parlementaires africains, particulièrement ceux de la sous-région de l’Afrique centrale ne sont pas en reste. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), à l’initiative du Parlement congolais, à travers son Alliance pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (APCSAN), un forum visant la création d’une plateforme sous-régionale des parlementaires pour la promotion d’une agriculture durable, vectrice de l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en faveur des populations de l’Afrique centrale est en préparation. L’évènement est annoncé pour octobre 2019.

Dans le cadre de la préparation de ce forum, un atelier présidé par le député gabonais Yves Fernand Manfoumbi s’est tenu les 12 et 13 juin derniers à Brazzaville au Congo. Ces travaux ont regroupé une quarantaine de participants parmi lesquels le sénateur congolais Alphonse Mboudo Nesa, 2e vice-président du Sénat et secrétaire général de l’APCSAN, qui a assuré de la disponibilité du Parlement de son pays à accueillir le futur forum.

Organisées sous le thème «Objectif Faim Zéro : rôle et responsabilité du parlementaire en Afrique centrale», les assises de Brazzaville porteront sur cinq principales préoccupations : le droit à une alimentation et à une nutrition suffisante, sûre et saine ;  le législateur face à la problématique de la lutte contre la malnutrition ; le rôle du parlementaire dans l’investissement et le financement pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle ; le parlementaire et la gouvernance en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle et les alliances parlementaires comme outils de mobilisation et de communication inter acteurs.

Selon le rapport SOFI 2018 (State Of Food Insecurity) publié par la FAO, l’UNICEF, le PAM, l’OMS et le FIDA, plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. Plus de 250 millions vivent en Afrique subsaharienne et 42,7 millions en Afrique centrale, soit 26% de la population de la région. Par ailleurs, selon le Rapport mondial 2017 sur la nutrition 1 adulte sur 8 est obèse. 38 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans sont en surpoids et 2 milliards de personnes souffrent de carences en micronutriments essentiels.

Il faut donc agir, et les politiques devraient être en première ligne. Pour ce faire, au moins deux alliances parlementaires devraient voir le jour avant le forum. La FAO a déjà dit sa disponibilité à soutenir la création des alliances parlementaires dans les pays de l’espace CEEAC en commençant par le Cameroun, le Gabon et la RDC.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW