L’Assemblée nationale a ratifié, le 26 décembre à Libreville, une ordonnance autorisant l’Etat gabonais à contracter un emprunt de 48,5 milliards de francs CFA auprès de deux partenaires financiers. Ces fonds permettront de financer des travaux d’aménagement de voiries urbaines à Libreville, Akanda et Owendo.

L’Assemblée nationale vient d’autoriser le gouvernement à s’endetter pour financer des travaux d’aménagement de voiries urbaines à Libreville, Akanda et Owendo. © Gabonreview

 

En quête de fonds pour financer les chantiers routiers, le gouvernement a sollicité l’Assemblée nationale, le 26 décembre à Libreville, pour la ratification d’un texte législatif. Il s’agit de l’ordonnance 0003/PR/2019, autorisant l’Etat gabonais à contracter un emprunt de 48,5 milliards de francs CFA auprès de Banco Santander et l’agence de crédit United Kingdom Export Finance (UKEF).

Face à la commission des finances, du budget et de la comptabilité publique, le ministre de l’Économie a expliqué que cet emprunt va financer des travaux d’aménagement des voiries urbaines à Libreville, Akanda et Owendo. «Les travaux dont le coût est évalué à 65 milliards de francs CFA sont financés à hauteur de 25,25% par l’Etat gabonais et 74,75% par Banco Santander et UK Export Finance», a précisé Jean Marie Ogandaga.

Le projet consiste en la réhabilitation de 80 km de voiries dans les trois communes cibles. Prévus en deux phases, les travaux seront exécutés par la société Colas Gabon. La ratification de l’ordonnance 0003/PR/2019 par les députés, est l’aboutissement d’un processus amorcé en juin dernier. Avec l’ancien ministre de l’Équipement (Arnauld Engandji), Jean Marie Ogandaga avait signé le 4 juin à Madrid, un protocole d’accord avec les deux partenaires financiers.

Toutefois, les députés ont notamment manifesté leurs inquiétudes sur la fréquence d’endettement de l’Etat gabonais. A la fin septembre 2019, l’encours de la dette extérieure était de 3807,1 milliards de francs CFA. Soit une hausse de 8,3% par rapport à la même période en 2018.

 
 

2 Commentaires

  1. Mezzah dit :

    On continue d’endetter le pays c’est à dire les générations futures sans résultats probants sur le terrain.
    Où va tout cet argent?

  2. badoumbi dit :

    C’est historique que l’assemblée nationale du Gabon valide pour la première fois un projet d’emprunt obligataire au Gabon. Il va s’en doute qu’ALI BONGO est bien décédé.

    Une assembléé nationale forte ne devrait pas s’arreter à la validation des détournements des emprunts, mais proposer un plan d’action de suivi et d’evaluation des projets consécutifs à cet emprunt.
    De plus, il s’avoir que la moitié du montant de l’emprunt doit servi aux reserves de change, donc bloqué. C’est toujours le moyennage au gabon!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW