Pourtant rattachée au ministère en charge des parcs nationaux, en application des dispositions de la loi 003/2007 du 27 août 2007 relative aux parcs nationaux, l’Agence nationale des parcs nationaux évolue dans une confusion savamment entretenue sur sa réelle tutelle technique et administrative.

Selon une étude commandée en juin 2010 par l’ANPN en absence d’un ministère en charge des Parcs nationaux, la tutelle devait être assurée par le ministère en charge des Forêts puisqu’il gère les autres aires protégées. © Gabonreview

 

L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), semble bien évoluée dans un imbroglio institutionnel et juridique qui ne dit pas son nom, laissant dubitatif bon nombre d’observateurs qui ne parviennent toujours pas à déterminer l’administration qui assure sa tutelle. Est-ce la présidence de la République ou le ministère de la Forêt, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat ?

Si l’on peut se permettre de penser que l’Agence nationale des parcs nationaux, est sous la tutelle de la présidence de la République, comme l’a toujours clamé l’équipe dirigeante sous «le règne» de l’ancien secrétaire exécutif, Lee White, les nominations du nouveau secrétaire Exécutif et son adjoint par le ministère en charge de la Forêt renforce la confusion.

En effet, deux publications distinctes sur l’ANPN parues dans le journal «L’Union» du 19 juillet 2019, suggérant une double tutelle laissent perplexe. Si la présidence de la République a fait publier un avis de «recrutement d’un assistant technique pour l’appui à la mise en œuvre du projet éléphant Gabon» pour le compte de l’ANPN, Le ministère de la Forêt, de la Mer, de l’Environnement, chargé du Plan Climat, a nommé Vivien Jean Joseph Okouyi Ngalefourou W’Angama et Christian Tchemambela, respectivement au poste de Secrétaire Exécutif et Secrétaire Exécutif adjoint de l’ANPN.

Qui de ces deux administrations assure finalement la tutelle de l’Agence nationale des parcs nationaux ? Si le Conseil national des parcs nationaux (CNPN, devancière de l’ANPN), a effectivement été rattaché à la présidence de la République, il n’en va pas de même pour l’ANPN. Car, dès sa création, cet établissement public a été rattaché au gouvernement pour des raisons d’efficacité. D’ailleurs, une étude commandée en juin 2010 par l’ANPN avait conclu qu’en l’absence d’un ministère en charge des parcs nationaux, la tutelle devait être assurée par le ministère en charge des Forêts, puisque ce département assure la gestion des autres aires protégées.

Cette instabilité institutionnelle n’aurait-elle pas d’incidence juridique sur la validité des actes posés par l’ANPN, dans la mesure où cet organisme, à travers certains de ses actes, viole les dispositions de la loi 003/2007 du 27 août 2007 ?

 
 

1 Commentaire

  1. max dit :

    POUR COMPRENDRE TOUT CELA REGARDEZ SEULEMENT LE CAFOUILLAGE DU BREXIT ET VOUS COMPRENDREZ TOUT SIMPLEMENT QUE CELUI QU’ON PRESENTE COMME SAUVEUR DE NOTRE FORET N A MEME PAS PU SAUVER SON propre PAYS DU NAUFFRAGE BREXITAIRE. allez-y savoir?

    Ne soyez pas surpris? le mensonge est leur point fort.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW