Face à la contestation des milliers d’élèves gabonais à la suite de l’annonce de nouvelles conditions d’attribution de la bourse d’études aux nouveaux bacheliers des filières générales, le silence du président de la République apparaît pour la plateforme «l’Appel à agir» comme la preuve de ce que le pouvoir est vacant au sommet de l’Etat.

Face à la colère des élèves, pourquoi Ali Bongo ne parle-t-il pas ? © Presse présidentielle (photo d’archives)

 

Dès le 8 avril dernier, les élèves gabonais ont manifesté leur désapprobation quant au projet de décret portant modification des modalités d’attribution de la bourse d’études aux bacheliers des filières générales. Ils étaient des milliers à battre le bitume dans plusieurs villes du pays. Près d’une semaine après l’expression de la colère des jeunes apprenants, le président de la République que l’on dit pourtant actuellement au Gabon et détenant toutes ses capacités physiques et cognitives ne s’est toujours prononcé…même pas sur ses comptes Twitter ou Facebook. Un mutisme opportun pour les membres de «l’Appel à agir» quant à leur demande d’une expertise médiale sur la personne d’Ali Bongo. Le tribunal de Libreville ayant été saisi à cet effet, le 28 mars dernier, sa réponse à une procédure pourtant d’urgence – demande en référé- reste attendue.

Un moment de la déclaration des dix membres de «l’Appel à agir», le samedi 13 avril 2019, à Libreville. © D.R.

Tout en attendant donc la réaction des autorités judiciaires, à la faveur d’une sortie, ce samedi 13 avril, la plateforme estime qu’il ne fait plus aucun doute : «Ali Bongo n’est plus en capacité d’assumer les devoirs de la charge de président de la République». Aussi, assure-t-elle, «la constatation de la vacance du pouvoir relève [plus que jamais] de l’urgence».

Sinon, s’interroge-t-elle, «qui pourrait comprendre que dans un climat sociopolitique aussi délétère, le président de la République ne s’exprime pas ? Qui pourrait comprendre qu’il n’engage aucune discussion avec les partenaires sociaux et ne fasse rien pour enrayer la crise ?» Pour le groupe des 10, «l’absence et le silence absolus d’Ali Bongo confirment la réalité de la vacance de la présidence de la République».

S’agissant du projet de décret portant modification des modalités d’attribution de la bourse d’études aux bacheliers des filières générales, «l’Appel à agir» évoque une «décision irresponsable» et une «réforme juridiquement discutable, sans aucune pertinence budgétaire et aux conséquences économiques et sociales désastreuses».

 

 
 

5 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Les gabonais se moquent d’eux mêmes. Pitié !
    Vous voulez qu’Ali Bongo parle ? Je vous donne la solution: allez à Londres. Il est dans un cercueil. Ouvrez le cercueil et interrogez-lui.
    A Ntare Nzame !!!

    • Moussavou Jacques dit :

      Serge Makaya…. Se mentir à soi même est une pathologie… Vous allez y donc filmer ce cercueil à Londres… Vous êtes si peureux que vous misez sur la mort, ne pouvant vous battre pour la vacance du pouvoir

  2. Mamatoubiga dit :

    Les marches des enfants sont un énième événement qui nécessitait une intervention du président de la République. Pour moi le plus grave et illustant de manière catégorique la vacance du pouvoir est le fameux “coup d’etat ” du 7 février 2019. Kelly Ondo Obiang et ses compagnons, à l’instar de nombreux Gabonais, ont mis en doute la véracité de l’intervenant du 31 Décembre 2018…. Ils ont clairement dit très haut que celui qui a parlé aux Gabonais ce 31_Décembre 2018,n’était plus digne de diriger le Gabon… Ils ont en fait dit à Ali Bongo ceci : “Si tu peux encore t’exprimer, exprime toi”. Pour moi ce coup d’Etat”(sic) n’avait d’autres raisons que celle-là. Étant attendu que la diffusion du fameux discours aurait nécessité du temps pour les montages, un événement soudain prendrait de cours les “marionnettistes”. C’est ce qui s’est produit. Jusqu’à ce jour, comme si rien n’avait eu lieu, le Chef suprême des Armées, Président de la République ne s’est toujours pas exprimé sur l'”Attaque de son pouvoir”. Je pense avoir lu sur des médias des attentes de prise de parole du PR au sujet de ce “coup d’Etat ” suite à son retour définitif… Que béni!!!!

    Un Président de la République que l’on tente de renverser et qui ne s’exprime pas à la suite de cette tentative ??? Jamais vu… Mais révélateur de son incapacité du moins à celle de prendre spontanément la parole.

    Je ne sais quelles autres preuves il nous faudra pour convaincre de l’incapacité du PR…. Et partant de la vacance du Pouvoir.

  3. Y’a que les photos archives ABO est ou?

  4. Simplice BIBANG dit :

    Un chef d’état, après plusieurs mois d’absence .Rentre,”définitivement” dans sont pays et ne s’exprime sur rien, ni sur la parodie de coups d’état militaire mort née, ni sur les événements socio-politiques qui secouent notre pays en ce moment.

    connaissant le coté coriace et fonceur de Monsieur Ali Bongo, on a pas besoin de manger l’iboga pour comprendre que l’Homme n’es plus ce qu’il a été, et ce n’est pas sorcier. Et ces soient disant “proches” n’ont aucune scrupule à l’exhiber ( lui ou un comédien maquillé, c’est selon) comme une bête de foire juste pour parvenir à leurs basses besognes.

    le mouvement APPEL A AGIR, en vrais mouvement républicain pose une question vitale. Question à laquelle les fossoyeurs du Pays ne pourront jamais répondre,même si la vérité est têtue comme le nez sur un visage… ça se vois !

    l’histoire ne se réécrit pas, Et pourtant Albert Bernard le grand initiateur de toute cette merde a été claire avant d’aller régler ses comptes avec Dieu, Il a laissé un Discourt Testamentaire que seuls ceux qui ont des oreilles ont compris.

    l’Avenir nous dira la suite….comme on fait son lit, on se couche…aimait me mon père !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW