L’institution présidée par René Ndemezo’o Obiang a été sollicitée, mardi, par Julien Nkoghe Bekale et ses collègues pour soutenir le gouvernement dans la mise en œuvre des réformes initiée ces derniers mois.

René Ndemezo’o Obiang, le président du CESE, durant la phase des questions-réponses avec le gouvernement. © DIG-Gabon

 

Moments de la rencontre. © DIG-Gabon

Quatre jours après la tenue au Cap Estérias du séminaire gouvernemental à l’intention des groupes parlementaires de la majorité à l’Assemblée nationale, le tour est revenu, le 14 mai, aux membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE) d’échanger avec les membres du gouvernement. Julien Nkoghe Bekale et ses collègues sont allés solliciter le soutien des conseillers dans la mise en œuvre des réformes initiées ces derniers mois. René Ndemezo’o Obiang a dit apprécier leur démarche. D’autant que pour le président du CESE, «émettre des avis par écrit est une chose, avoir l’opportunité de [s’entretenir] directement avec [les ministres] en une autre».

Pour le Premier ministre, ces échanges, comme ceux organisés avec les députés de la majorité, ne pouvaient ne pas avoir lieu en raison de l’importance des différents sujets abordés. Le chef du gouvernement a d’ailleurs rappelé que les réformes structurelles, dont les conseillers sont invités à soutenir la mise en oeuvre «sont vitales et nécessaires au regard de la situation actuelle de notre pays qui fait face à de sérieuses contraintes de divers ordres».

Aussi, le Premier ministre entend-il «entretenir avec [le CESE] une relation privilégiée, permanente et dynamique, en vue de tirer le meilleur avantage possible de ses avis, conseils et de toutes ses propositions utiles et constructives contribuant à l’amélioration continue de notre gouvernance, dans l’intérêt supérieur de la nation et au profit du bien-être des populations».

Durant des heures, membres du gouvernement et membres du CESE ont donc «parlé le langage de la vérité» à travers une séance de questions-réponses, sur les réformes dans les domaines de la santé, l’éducation, le budget, etc.

Ce vendredi 17 mai, le gouvernement prévoit de rencontrer les membres du Conseil national de la démocratie (CND). Une rencontre est également prévue avec les sénateurs et le patronat gabonais.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW