Âgée de 20 ans, Leona Cyrielle Moussavou Bissielou a organisé l’assassinat de son concubin Lilian Antoine Ndong Allogho. Aidée par son grand frère et deux amis de celui-ci, elle n’a pas apprécié que son compagnon ait décidé de rompre après une sombre histoire de braquage, dont elle serait la commanditaire.

Leona et ses complices présumés. © L’Union

 

Un crime sur fond de cupidité et de ressentiment. Leona Cyrielle Moussavou Bissielou, une jeune fille de 20 ans en classe de 1ère dans un lycée privé de la capitale gabonaise a, devant les éléments de la Police judiciaire (PJ), avoué avoir organisé le meurtre de son concubin Lilian Antoine Ndong Allogho, le 20 mars dernier. Celui-ci a rendu l’âme après 54 coups de couteau assenés par Etiphreme Bissielou alias «Zlatan», grand frère de Leona, âgé de 22ans, et leur ami Roly Matoutou, âgé de 20 ans.

Selon la belle Leona, tout a commencé en octobre 2018. Lilian qui avait des activités qui lui permettaient de gagner de l’argent en dehors de son boulot, venait de toucher la somme de 2.000.000 de francs CFA. Éblouie par la vue de tous ces billets, elle décide de se filmer avec et de poster les photos sur sa page Facebook. Son grand frère Zlatan, un repris de justice connu pour ses nombreux exploits allant des braquages aux coups et blessures, lui demande la provenance de cet argent. Après une palpitante explication, Zlatan lui propose de monter un coup pour braquer Lilian, avec l’aide de Roly Matoutou et Vasseur Ngoye Missono (23 ans), un autre de leurs amis. À l’issue  du braquage, susurre Zlatan, ils se partageraient l’argent. «J’ai tout de suite accepté le deal et monté le coup», avoue Leona.

Elle organise alors une virée et demande à Lilian de sortir avec tout son argent. Il n’y voit aucun inconvénient et s’exécute. «Vers 2 heures du matin, j’ai donné notre position aux garçons en leur indiquant de nous attendre à quelques mètres de notre domicile, avant de passer à l’acte», raconte-t-elle. Comme convenu, les trois garçons se sont fondus dans l’obscurité sur le site de l’opération. Ivre d’amour, Lilian se laisse guider sans se douter de quoi que ce soit. Dès que le couple foule le périmètre du site, il est brutalement attaqué par le sinistre trio. Lilian passe un mauvais quart d’heure. Dépossédé de son argent, il est grièvement blessé au front. Comme butin de l’opération, Leona ne sera gratifiée que de 200.000 francs CFA. Quelques mois plus tard, apprenant que sa belle Leona était impliquée dans ce coup, Lilian décide de mettre un terme à cette relation. Se sentant menacée, Leona se remet à Zlatan et Roly pour tuer Lilian. Face à cette démarche démoniaque, les deux compères ne s’y opposent pas.

Le jour du drame…

Leona profite de la sortie de Lilian pour faire venir Zlatan et Roly. Ils sont armés de cinq couteaux. Elle les installe dans leur chambre conjugale pour attendre le retour de Lilian. «Dès qu’il est arrivé vers 10 heures, il s’est directement dirigé dans notre chambre. C’est là qu’ils l’ont attrapé et attaché solidement avant de le jeter sur le lit», pour le poignarder, relate-t-elle, sans sourciller, «pendant qu’ils le poignardaient dans la chambre, moi j’étais au salon. Je ne venais que pour leur apporter un nouveau couteau, lorsqu’un se cassait ou se pliait» explique-t-elle. «Mon petit ami a été poignardé avec les 5 couteaux sur tout le corps avant de mourir», conclut-elle sans émotion.

La basse besogne terminée, Leona et ses complices décident de vider le compte électronique de Lilian qui contenait 600.000 francs CFA et de s’emparer des 300.000 francs CFA qu’il avait sur lui. Ceci fait, elle remet aux garçons des vêtements propres de Lilian pour qu’ils se changent, et leur demande de partir. Après avoir nettoyé la “scène du crime”, elle décide de brouiller les pistes en allant chercher la fille de Lilian (6 ans) à l’école, puis demande à une amie de la retrouver pour aller ensemble à son domicile. «Lorsque nous sommes arrivés au salon, j’ai sciemment demandé à l’enfant d’aller regarder si son père est dans la chambre. Et c’est là que l’enfant a découvert le corps», a déclaré Leona.

Après deux semaines d’enquête et après avoir assisté aux obsèques de Lilian, Leona et ses trois complices ont été écroués à la prison centrale de Libreville. L’affaire continue de défrayer la chronique à Libreville et beaucoup espèrent qu’elle écope de la peine maximale en tant qu’instigatrice du crime.

 
 

5 Commentaires

  1. Bikoro Ndemezo'o Albert Diddy dit :

    La vie des noirs selon la civilisation occidentale a trois grands défauts qui relèvent de l’héritage de la colonisation ; c’est la politique, la ville et la richesse.
    La politique est l’une des plus grosses merde héritée de l’histoire contemporaine ; aucun peuple africain ne pourra s’en sortir avec parce que nos civilisations sont orales dont concrètes, la politique relève de l’abstrait “” c’est un débat d’idées “” la politique s’oppose au développement colle le péché est opposé à la grâce ;
    La notion de la ville et la richesse sont liés ; selon la civilisation occidentale avec le système de soit disant développement auto centré ; ce système a vidé toute la ressource humaine des villages vers les villes où on trouverait de la richesse sous le règne de la civilisation occidentale avec sa culture humaniste sans vergogne. Les enfants nés et grandis en ville n’ont aucun respect de la vie humaine, tout est androïde pour eux. Voici la conséquence ; des enfants de vingt ans tournent un film d’horreur en live avec la cruauté la plus absolue du monde. On nous dit qu’ils ont assassiné, qu’ont ils fait de son sang? On peut imaginer! Passer une journée à torturer et à scalper un être humain, qu’est ce qui n’était pas possible avec des monstres de ce genre, et qu’on présente à un enfant de 6 ans, le corps dépaissé de son père !!!! Je me demande si on affaire aux ofnis…

  2. Félix AYENET dit :

    Cette histoire est purement surréaliste. Elle ressemble à un épisode des Enquêtes Impossibles. Jamais je n’aurais imaginer qu’un tel carnage pouvait se produire au Gabon avec un mobile aussi léger que ça. Organiser un bracage contre ton concubin et le tuer de sang froid par la suite. faire prendre part à une enfant de 6 ans à peine d’un tel spectacle, assister aux obsèques de la victime et pour couronner le tout lui adresser des messages d’amour par Facebook le lendemain de son décès. C’est inqualifiable.cette jeune dame est bien malade. Elle n’est pas normale. C’est simplement et purement une psychopathe. Ce garçon était plein d’avenir, un espoir pour sa famille et plus particulièrement sa mère qui ne contient pas son chagrin.

  3. Baba dit :

    Cette fille ne ressent aucune émotion, aucune empathie envers la victime. Et ne regrette pas ses actes. A tel point qu’elle n’hésite à infliger à une fille de 6 ans la vue du corps de son père poignardé de multiples coups de couteaux et baignant dans son sang. C’est une psychopathe. C’est la seule explication possible.

  4. moundounga dit :

    Bjr. L A Perpétuité c’est tout !

  5. olivia corneille dit :

    vraiment hein ma chérie
    j’ai tant entendue parler de tes mésaventures
    et excuse moi de te le dire mais tu a été vraiment maboule et stupide
    je ne suis pas dieu ni un hommes de loi mais crois moi si ce n’étais que moi et toi et tes devriez devront terminer de la même manière dont vous avez eu a ôté la vie à cet homme qui n’a fais qu’une seul erreur dans sa vie “”de t’aimer”” poignarder au yeux de tous vrai ou lapider quoi
    pour combien ma chérie, tu avais déjà tous
    s’est a cause des gens comme vous qu’on pointe du doigt aux autres

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW