Alors que le président gabonais est actuellement en séjour privé à Londres, son nom est associé à une drôle de campagne promotionnelle : la vente de cannabis décliné sous diverses formes, proposées en ligne par une boutique britannique nommée «Ali Bongo».

L’entrée de la boutique Ali Bongo, vendeur de cannabis, à Londres. © D.R.

 

De la chaîne de magasins «Ali Bon Prix» déployée dans plusieurs quartiers de Libreville et à l’intérieur du pays à la boutique «Ali Bongo» au Royaume-Uni, les écarts sont grands et les spécialités considérablement opposées. Si le premier fait dans l’alimentation générale aux prix réduits, le second exerce dans un domaine à la lisière de l’illicite : la vente de cannabis. Sur son site web, la boutique britannique baptisée du nom du président gabonais propose à l’achat divers produits à base de cannabis et quelques ustensiles pour les consommer. Une campagne promotionnelle est d’ailleurs en cours, dans le cadre de sa participation à l’exposition Product Earth Expo 2019 organisée à Londres en août dernier.

Au Gabon, la campagne promotionnelle du «magasin de semences numéro 1 au Royaume-Uni» n’a pas manqué d’amuser, au point que plusieurs internautes l’ont relayée sur les réseaux sociaux. Le fait est que celle-ci tombe au moment où Ali Bongo – le vrai – est actuellement en séjour privé à Londres, où il poursuit ses soins et sa rééducation, 10 mois après son AVC survenu à Riyad en Arabie saoudite.

Le vrai Ali Bongo, est actuellement en séjour privé à Londres. © D.R.

Trois nouvelles photos publiées sur le compte Instagram de Sylvia Bongo Ondimba montrent le président gabonais que ses soutiens disent en «bonne forme» et «clairement en possession de toutes ses capacités intellectuelles». Dans deux des photos, Ali Bongo tient, en effet, un livre volumineux vraisemblablement sur Charles de Gaulle, dont il n’a visiblement pas commencé la lecture. Il n’empêche, dans l’une des photos, le chef de l’État se tient debout, sans sa canne.

 
 

2 Commentaires

  1. Sousa dit :

    Si vous regardez bien la photo vous noterez que le métis au T-shirt noir lui tient le bras par la manche.

    Bizarre non ?

    Pourquoi ça ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW