Retardée pour des raisons financières, la livraison du chantier de l’axe routier PK 5-PK 12 devrait finalement être possible en février, selon le ministre des Infrastructures et des Travaux publics.

Une maquette de la future route de PK 5-PK 12. © ANGT

 

Initialement annoncée pour décembre 2017, la livraison du chantier des 2×2 voies sur le tronçon PK 5-PK 12 attendra quelques mois de plus. A en croire Jean-Pierre Oyiba, le ministre des Infrastructures et des Travaux publics, celle-ci devrait être possible en février 2018. En 2016, le gouvernement avait expliqué que l’arrêt des travaux était dû au non-versement de la quote-part du Gabon dans ce chantier cofinancé par la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC). Or, depuis quelques mois, Colas, l’entreprise française adjudicataire du chantier a relancé les travaux, et récemment, la Banque a renouvelé sa confiance au gouvernement gabonais.

Seule ombre au tableau : la lenteur dans le décaissement des fonds nécessaires à la poursuite des travaux jusqu’à l’échéance. Ni Fortunato Ofa Mbo Chama, le président de la BDEAC, ni Jean-Pierre Oyiba ne nient que des difficultés administratives existent encore, qui empêchent le décaissement de se faire. Tout devrait rentrer dans l’ordre, a promis, vendredi 25 août, le patron de la BDEAC au terme de sa réunion avec le ministre gabonais des Infrastructure et des TP. Des années après le lancement du chantier, la Banque a dit être satisfaite de l’avancement des travaux.

En avril dernier, en visite sur le chantier, Ali Bongo s’était réjoui que le retard accusé sur le chantier ait été rattrapé. Il avait alors espéré que le chantier soit livré selon le calendrier initial. Ce ne sera plus possible. Mais la semaine dernière, Jean-Pierre Oyiba a promis : «Nous veillerons à ce que ce tronçon soit livré selon le cahier des charges, c’est-à-dire, en béton bitumineux avec les signalisations, les passerelles, tous les ronds-points et les plateaux traversant.»

 
 

13 Commentaires

  1. VERITE dit :

    Ali Bongo l’homme au pays des maquettes.

  2. Mimbo dit :

    Pour: voyager,s’acheter des avions ,financer des marches de soutien ça ne traînent pas.C’est un enfant.

  3. nguema21 dit :

    Je suis sûrement le gabonais le plus ignorant de ce pays…

  4. motema dit :

    Une maquette de plus bravo !

  5. Place Vandôme dit :

    Tout ce temps pour quelques sept kilomètres! On aura tout vu dans ce pays.

  6. OZORY dit :

    Même des ponts sous l’eau se construisent en des laps de temps. Au Gabon au pays du siffonnage des fonds il va falloir attendre à la veille de l’élection présidentielle de l’an 23 pour un semblant de fin de chantier.

  7. LE VRAI dit :

    Ils m’ont pris de l’argent en guise d’impôt soit disant pour financer entre autre ce chantier là. Ils ont même voté plusieurs budgets consécutifs sur ce même projet. Pire, il y a 4 mois le chef des bandits rassurait sur le retard rattrapé devant les cameras.
    RENDEZ-MOI MON COLO SVP.

  8. St Thomas dit :

    Un nullard s’impose au somment du pays!
    Vous vous attendez à QUOI?!
    Bongoland = Mediocreland

  9. ABO dit :

    Le chien aboie encore la caravane passe toujours. pourvu que les travaux arrivent à leur terme

  10. ikafouffe dit :

    Attention, si je vous construis une autoroute de deux fois deux voies, je n’arriverais pas en 2023, il y aurait un coup d’état de toute pièces, mieux vaut garder les choses en l’état, 27 km en 14 ans c’est une belle longévité au pouvoir les gards!

    à partir de 2023, je ferais une grande autoroute comme au congo ou à malabo, qui reliera Libreville à KANGO, par 2 fois deux voies tout éclairé avec des aires de repos et des stations d’essence. j’y arriverais

  11. gabie dit :

    le gabon des maquettes deduis que ce pushiste est au pouvoir. pendant qu on y est a qeul niveau de la baie des rois

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW