Les actionnaires de la Banque africaine de développement (Bad) ont approuvé, le 31 octobre 2019, l’augmentation du capital de cette institution financière de 115 milliards de dollars américains. Qualifiée d’historique, cette hausse portera le capital de la Banque à 208 milliards de dollars.

Augmentation du capital de la BAD à hauteur de 208 milliards d’USD. © D.R.

 

Les gouverneurs de la Banque africaine de développement (Bad), représentant les actionnaires de 80 pays, ont approuvé, lors de l’assemblée extraordinaire du 31 octobre à Abidjan, la plus importante augmentation du capital de la Bad. Avec cette décision, le capital de la banque va plus que doubler, passant de 93 milliards à 208 milliards.

«Cette augmentation de capital va nous donner beaucoup de ressources pour aller plus loin dans le développement de notre continent et renforcera le leadership de la Banque en matière de financement du développement sur le continent», a déclaré le président de la Bad, Akinwumi Adesina.

Selon la Bad, grâce à cette nouvelle augmentation générale du capital, la septième de l’histoire de l’institution depuis sa création en 1964, la banque prévoit de connecter 105 millions de personnes à l’électricité, d’assurer la sécurité alimentaire pour 244 millions de personnes, de soutenir 15 millions de personnes à travers des projets d’investissement ; et de promouvoir un meilleur accès aux transports à 252 millions de personnes et un meilleur accès à l’eau et l’assainissement pour 128 millions de personnes.

«Nous avons accompli de grandes choses, mais il reste encore beaucoup à faire. Notre responsabilité est de contribuer très rapidement à améliorer la qualité de vie des populations africaines. Cette augmentation générale du capital représente un engagement très fort de tous nos actionnaires à voir se concrétiser des projets de meilleure qualité qui auront un impact significatif sur la vie des populations en Afrique dans les villes, dans les communautés rurales et pour des millions de jeunes gens et de femmes», a affirmé le président de l’institution financière panafricaine.

Fondée en 1964, la Bad est la première institution de financement du développement en Afrique, et l’une des cinq principales banques multilatérales de développement au monde. Ses priorités sont la lutte contre la pauvreté, l’amélioration des conditions de vie des populations africaines et la mobilisation de ressources pour le progrès économique et social de ses pays membres africains.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW