Le barrage hydroélectrique de Kinguele Aval sera construit par le groupement Sinohydro-Chongqing. C’est la société Asonha Energie détenue par Meridiam et Gabon Power Company (GPC), une filiale du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), qui a acté cette décision, le 19 décembre.

Le groupement Sinohydro-Chongqing a été sélectionné, le 19 décembre 2019, pour l’aménagement du du barrage hydroélectrique de Kinguele Aval. © D.R.

 

Le groupement Sinohydro-Chongqing a été sélectionné, le 19 décembre, pour la construction du barrage hydroélectrique de Kinguele Aval. L’annonce a été faite par Asonha Energie, détenue par Meridiam et Gabon Power Company (GPC), une filiale du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS).

La préqualification des candidats avait abouti à la sélection de six groupements, dont Sinohydro-Chongqing. À la suite de l’évaluation technique des offres remises au printemps 2019, deux offres ont été jugées conformes aux spécifications techniques de l’appel d’offres.

Après une évaluation économique des offres finales des deux soumissionnaires, Asonha Energie, assistée par son Conseil technique EDF, a retenu celle de Sinohydro-Chongqing. À ce qu’il semble, elle répond aux exigences du maître d’ouvrage sur le plan technique, environnemental et social (y compris sur les questions d’emploi local), économique et éthique.

D’une capacité de 35 MW, cet ouvrage hydroélectrique, construit sur la rivière Mbei est situé en aval des deux centrales hydroélectriques existantes de Tchimbélé et Kinguélé et alimentera le réseau interconnecté (RIC) de Libreville. Le projet vise à renforcer le pôle énergétique de la vallée de la Mbei (dans la commune de Kango) afin de répondre à la croissance de la demande en énergie.

Sinohydro-Chongqing devra donc fournir les garanties acceptables par le maître d’ouvrage, notamment en ce qui concerne les engagements environnementaux, sociaux, économique et éthique avant de se voir attribuer définitivement le marché. Quant aux travaux de construction, ils pourraient être lancés à la fin du deuxième trimestre 2020 pour une durée de près de 40 mois.

Le projet hydroélectrique de Kinguélé Aval répond à 13% de la demande en électricité sur le réseau de Libreville et devrait engendrer plus de 800 emplois pour la construction de l’ouvrage.

 
 

1 Commentaire

  1. Samba Chogo dit :

    Encore une convention illégale qui sera dénoncée le moment venu.

    Les chinois veulent être bête, on leur montrera que nous aussi on sait l’être.

    Les chinois dehors.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW