Accompagné d’un huissier de justice, Léandre Nzué, maire de Libreville, a sommé le 15 mai, Clean Africa et Averda de libérer le site de la mairie qu’ils occuperaient illégalement depuis plusieurs années.

Le siège d’Averda à Mindoumbé, propriété de la mairie de Libreville ? © Gabonreview

 

«C’est tout à fait normal que nous récupérions notre base, qui nous appartient», a d’entrée assuré le 15 mai, le maire de Libreville Léandre Nzué. Accompagné d’un huissier de justice, il s’est rendu à Mindoubé où se trouve le siège de l’entreprise de ramassage des ordures Clean Africa, pour lui demander de libérer les lieux. Selon Léandre Nzué, la base occupée par Clean Africa et Averda a été construite par la mairie et ni Clean Africa ni Averda ne paie le loyer à la mairie. Or, semble-t-il, ils auraient dû le faire. «Ça fait depuis plusieurs années que ça dure. On leur a fait des sommations, ils n’ont pas réagi, a déclaré Léandre qui a insisté sur le fait que le terrain et la base appartiennent à la mairie. «Donc, ce matin [Ndlr. 15 mai), on a décidé avec un huissier de libérer les lieux», a-t-il poursuivi.

À en croire l’édile, la mairie a besoin de ce site pour aménager une fourrière municipale, d’autant plus qu’une opération de déguerpissement des épaves de véhicules sur  les trottoirs et l’espace public est prévue pour rendre Libreville propre. «Nous n’avons pas où stocker ces épaves alors que nous avons un terrain ici. Nous avons des locaux, nous avons des camions qui devraient être réparés ici», a souligné Léandre Nzué. À en croire son propos, les engins situés à l’Hôtel de Ville de Libreville sont à l’air libre. Ce qui fait que des personnes s’y rendent pour voler des pièces alors que la mairie a une base. «Ils ne paient pas. Ni Clean Africa ni l’autre société Averda ne paie rien à la mairie, ils ne respectent aucun cahier de charges», a insisté Léandre Nzué. «J’ai écrit, je leur ai fait une sommation, ils n’ont pas réagi. Ils vont libérer les lieux, je ferme la base», a-t-il martelé.

«En tout cas, elle [Ndlr. la base) nous appartient. Nous n’avons aucun contrat. Ils n’ont aucun contrat avec la mairie. Allez leur demander s’ils ont un contrat, qu’ils vous le présentent», a-t-il conclu déterminé à dégager Clean Africa et Averda du site de Mindoubé.

 
 

2 Commentaires

  1. Desiré dit :

    Parions que si Averda et Africa Clean aient été payés comme ils auraient dû l’être , sans doute auraient ils payé le loyer . Quel comédie ! Il

  2. Hermann O. dit :

    Très bonne initiative. Mais ne nous faites pas croire que vous le découvrez. Vous qui êtes dans cette institution, à un niveau décisionnel, depuis quelques années.N’y a t’il pas eu une sorte d’arrangement vu l’ardoise que vous traînez??

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW