Selon les conclusions du rapport africain sur le bien-être de l’enfant 2018, présenté le 18 juin 2019, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le Gabon occupe la 12e place sur 52 pays avec un score de 0,69 point sur 1. Faisant de ce pays le seul Bienveillant de la région d’Afrique centrale.

Le Gabon reste bienveillant envers les enfants. © laprincessaworld.blogspot.com

 

Selon le rapport africain sur le bien-être de l’enfant 2018, intitulé : «Bienveillance envers les enfants : Progrès des gouvernements africains», le Gabon demeure le premier pays du continent «Bienveillant» envers ses enfants et l’unique gouvernement dans la région Afrique centrale avec un score de 0,69 point sur 1 et une 12e place en Afrique.

Selon ce rapport, le Gabon enregistre des scores de 0,69 point dans la dimension protection avec 0,57 point dans la sous-dimension lois et 0,84 point dans la sous-dimension résultats pour une 24e place. Dans le cadre de la satisfaction de la pratique des textes de loi et des engagements pris par les autorités gabonaises pour assurer les droits et le bien-être de leurs enfants, le pays pointe à la 12e place avec 0,46 point dans la sous-dimension Budget et à la 10e place avec 0,69 point dans la sous-dimension résultat.

Carte de la répartition spatiale de la bienveillance envers les enfants en Afrique, 2018. © ACPF

Cependant, selon l’African child policy forum (ACPF), «Bienveillant» ne signifie pas nécessairement que l’Etat ait entièrement réalisé ses engagements ou entièrement respecté toutes les obligations, mais simplement que leurs performances se sont révélées relativement meilleures que de nombreux autres pays couverts par l’indice.

Les gouvernements les plus bienveillants envers les enfants sont Maurice, l’Algérie, la Tunisie, l’Afrique du sud, Cabo Verde, l’Égypte, la Namibie, les Seychelles, le Swaziland, le Maroc et le Lesotho. Au bas du classement dans le groupe des «pays les moins bienveillants» du continent, nous retrouvons : le Soudan du sud, la République centrafricaine, le Tchad, le Cameroun, la Zambie, le Libéria, la République démocratique du Congo, la Guinée et l’Erythrée.

Le rapport africain sur le bien-être de l’enfant 2018, révèle, l’éducation qu’il qualifie de piètre éducation d’un bon nombre d’enfants africains qu’il faut améliorer, il parle de la malnutrition qui a des impacts sur l’enfant, notamment les maladies infantiles, les décès et questionne sur l’employabilité de la jeunesse. Interpellant les États africains à s’engager à appliquer les textes de loi qu’ils ont signés et ratifiés. «Il ne suffit pas simplement de signer et de ratifier, mais il faut mettre ces textes en application», a insisté le vice-président du Forum des ONG et association d’aide à l’enfance en difficulté, Gustave Gbanhé.

Les six domaines d’action prioritaires pour les gouvernements africains selon le rapport sont : les aliments nutritifs, un enseignement de haute qualité, respect de la dignité de l’enfant, développement humain, chaque enfant compte et aucun enfant ne doit être laissé pour compte, dépenses publiques,

Cet outil de plaidoyer sur la redevabilité de l’Etat, avec pour objectif de suivre les performances des gouvernements en matière d’amélioration de la condition et du bien-être des enfants, et d’examiner les résultats des pays, par exemple, par rapport à leurs voisins et au fil des ans, classe les gouvernements en cinq grandes catégories sur un score de 0,14 à 0,84 point. Il s’agit des «plus bienveillants», des «bienveillants», «assez bienveillants», «moins bienveillants», «les moins bienveillants».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW