Des investisseurs chinois ont échangé avec le ministre de la Promotion des investissements, le 26 août, à Libreville, sur la construction d’une usine de production de bioéthanol. Un projet d’envergure estimé à plus de 448 milliards de francs CFA.

Les membres du gouvernement posant avec les investisseurs chinois intéressé par le projet de l’usine de production de bioéthanol, le 26 août 2019 à Libreville. © Communication Gouvernementale

 

Intéressé par la production de bioéthanol, une délégation d’hommes d’affaires chinois s’est entretenue avec le ministre de la Promotion des investissements, le 26 août, à Libreville. Les deux parties ont échangé sur la construction d’une usine de production de bioéthanol, dont le coût est estimé à plus de 448 milliards de francs CFA.

Le bioéthanol ou agroéthanol est un biocarburant utilisable pour certains moteurs à essence. L’unité en projet devrait produire 300 000 tonnes de bioéthanol par an à partir de 900 000 tonnes de manioc séché. «Ce projet répond à la volonté du chef de l’État d’attirer plus d’investissements directs étrangers, de créer de l’emploi et de lutter contre l’exode rural», a affirmé le ministre de la Promotion des investissements.

«Pour répondre à ces exigences de développement, le rôle du département de la promotion des investissements est de faciliter l’implantation des partenaires, en améliorant, entre autres, le cadre juridique de l’environnement des affaires, en négociant des facilités telles que les exonérations», a souligné Jean-Fidèle Otandault.

La fabrication de ce biocarburant nécessitera notamment 83 000 hectares de terres et la production de 12 tonnes de manioc par hectare. Par ailleurs, les coopératives locales seront activement impliquées dans la mise en œuvre de ce projet d’envergure.

 
 

8 Commentaires

  1. foretverte dit :

    C’est quoi cette histoire de dingue ? De la magie chinoise…
    Ces chinois prennent les Gabonais pour des zinzins…. ces chinois vont mal finir…
    83 000 hectares pour du manioc pour faire du bio carburant et je vais leur revendre le bweti aussi ?

    1. pour faire du bioéthanol ou biodiesel il vaut 100 fois mieux utiliser des matières grasses telles que l’huile de palme…
    2. en conséquence les matières grasses du manioc, allez y gaiement, mais il n’y a pas grand chose…. même en chauffant pour en distiller les huiles c’est loin loin d’être génial.
    3. 300 000 tonnes soit environ 4 000 000 de litres donc si vendu a 700 FCA le litre ça ne fait que 2,8 milliards de FCA par an

    Conclusion, je vois mal investir 448 milliards de FCFA pour récolter 2,8 milliards de FCFA pas an….. Je suis bête mais il y a des limites…

    Qui plus est que va faire un état pétrolier à produire des carburants avec ses terres cultivable alors qu’il y a 1000 autres choses plus rentables à faire pousser ????

    Morale de l’histoire…………. ARNAQUE…………..

    Mais 83 000 hectares de forets coupées….. ça c’est de l’argent qui représente des milliards et des centaines de milliards !

    Note: une usine de bioéthanol ou biodiesel pour 300 000 tonnes par an … si ça coute 5 milliards a construire c’est mème trop….

    je vois déjà la tête de Lee White l’agent secret britannique de sa majesté la reine quand il va entendre cette immondice.
    Il sont culottés ces chinois.. presque aussi pire bandits que les américains…

    • Gayo dit :

      Ne te fatigue mon frère. Ça sent de la fausse annonce. Soit Ali Bongo se fait entuber une nouvelle fois, par des vendeurs d’illusion à la méthode Attias comme d’habitude, soit il est encore dans la démagogie. Dans tous les cas les chinois ne feront pas un tel investissement au Gabon. Même si les chinois se foûtent de la démocratie, ils ne sont pas fous pour investir dans un pays avec des institutions et une administration peu fiable. Le salut du Gabon pour voir des vraies investisseurs venir réside dans l’abdication du roi Ali Bongo.

  2. Le Chat dit :

    MAIS FRANCHEMENT, Que Font l’Assemblée National et le Sénat Gabonais. Boukoubi et Milébou, uel est votre role ?

    MAIS DEMISSIONNEZ ! Au lieu de manger de GROS SALAIRES POUR RIEN. Tout le monde s’aperçois que vous ne travailer pas !!!

    Si, vous avez oublié comme jadis votre compère Guy Nzouba Ndama, le role de vos deux institutions est de CONTROLER ce genre de chose donc l’Action du gouvernement !!!

    Vous vous COMPORTEZ là en vrais voyous en CAUTIONNANT TOUT LE DESORDRE.

    vous rendrez aussi des comptes de ce vol. Ces sociétés chinoises ne paient le moins du monde des taxes au Trésor public: Ces sociétés ACHETENT VOTRE SILENCE. Ne Faites pas Semblant !

    Vous etes VRAIMENT DECEVANTS et vous etes du coup de traitres du pays Gabon.

    J’ai envie de vous INSUTER avec vos nombreux députés et sénateurs VAURIENS !

    TRAVAILEZ UN PEU !

    Sauvez le pays au lieu de vous enrichir en catimini, n’est-ce pas ?

  3. Pygmées du Gabon dit :

    Pauvre de nous, Pygmées! Et que font-ils de notre forêt ? Que va t’on devenir ? A Ntare Nzame! Snif!

    Nous n’aurons bientôt plus de maison. Akié!

    Mr le président élu du Gabon, Jean Ping, au secours!!!

  4. Hugo dit :

    On a des membres du gouvernement avec des cervelles d’oiseaux. Conseil à ces abrutis: mieux vaut investir dans l’énergie solaire et préserver notre forêt.

  5. Gabon changera dit :

    Quel est l’impact sur la santé? C’est beau les avantages et les inconvénients de la culture du bioethanol?La chine est polluée comme jamais,c est au tour du Hanon de l’être.Nos grands chercheurs disent quoi?

  6. SERGE MAKAYA dit :

    Il vaut mieux préserver notre forêt. en Chine, le déboisement a été une vraie catastrophe. lisez :
    http://environnement.mongroupe.ca/la-desertification-de-la-chine

  7. Serge Makaya dit :

    C’est toujours les mêmes escrocs de gabonais pour gérer se genre d’affaire. Un projet, en passant, extrêmement nuisible pour notre forêt qui est encore l’une des mieux préservée de la planète. Dommage de la détruire même à 2% seulement. Car dans ces 2%, w savez vous ce qui se cache comme richesse insoupçonnée ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW