Piqué au vif par les accusations du député de l’opposition Séraphin Akure-Davin, portées contre ses collègues du Parti démocratique gabonais (PDG) à l’Assemblée nationale, l’élu du 1er arrondissement de la commune de Koulamoutou s’en est défendu, samedi 13 juillet, à la faveur d’un compte rendu parlementaire devant ses électeurs vivant à Libreville.

Blaise Louembe, le député du 1er arrondissement de Koulamoutou, au terme de son compte rendu parlementaire, le 13 juillet 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Moments de la rencontre avec les ressortissants de Koulamoutou. © Gabonreview

Tirés d’une récente interview au quotidien L’Union, les propos du député du 2e arrondissement de la commune de Lambaréné sur le positionnement des députés du PDG vis-à-vis de l’Exécutif n’ont pas beaucoup plu à Blaise Louembe, qui a tenu à donner sa version des faits, samedi, à la faveur de la 1ère partie de son compte rendu parlementaire à ses électeurs vivant à Libreville.

«Les députés du PDG ne sont pas des votants mécaniques comme le prétend l’honorable [Séraphin] Akure-Davain. Non. Je ne peux pas croire que mon frère et collègue ait pu dire quelque chose d’aussi dangereux. [Il le sait], les débats sont souvent très chauds au moment de voter des textes de loi, et lorsqu’un texte n’est pas bon, on l’amende. Ce qu’il a dit, je le déboute, je ne suis pas du tout d’accord avec lui.»

Pour donner la preuve que les élus du parti au pouvoir n’ont pas chômé durant la session allant du 21 février au 28 juin, le député du 1er arrondissement de la commune de Koulamoutou a revendiqué un ensemble d’actions à mettre à son actif, notamment en sa qualité de président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense nationale.

À l’Assemblée nationale, Blaise Louembe et les membres de sa commission ont, en effet, contribué à la reconstitution des textes de loi disparus dans l’incendie ayant ravagé une partie du palais Léon Mba en août 2016. «En mettant à contribution mes collègues, nous avons pu retrouver au total 135 textes», informe celui qui dit également avoir participé activement à l’adoption de 15 propositions et projets de loi. Ceux-ci, vont des emprunts visant à «injecter de l’argent dans les caisses de l’État pour soutenir notre économie» au conflit opposant le Gabon et la Guinée équatoriale sur l’Ile Mbanié, en passant par la ratification par le Gabon du traité sur la Zone de libre-échange continental africaine (Zleca), qu’il présente comme une occasion à saisir pour les jeunes Gabonais.

Mais surtout, Blaise Louembe dit avoir porté les préoccupations des populations de Koulamoutou durant les quatre mois de la première session ordinaire de l’année. Il en veut pour preuve son interpellation écrite au gouvernement, qui portait sur «la question de l’eau à Koulamoutou». «Il s’agissait de demander au ministre en charge de l’Eau pourquoi se fait-il qu’avec les deux châteaux d’eau dont nous disposons à Koulamoutou, nous n’ayons toujours pas d’eau dans nos robinets. D’autant que ces châteaux d’eau ont coûté 22 milliards à l’État gabonais», relate l’élu.

Avant le terme de cette session, Blaise Louembé assure avoir également interpelé le gouvernement sur «la répartition géographique des investissements au Gabon», notamment sur les sujets liés au bitumage de la route économique, le chômage des jeunes, la création de la richesse, le partage de la prospérité et l’absence d’école de haut niveau dans sa ville d’origine. «Nous voulons nous aussi profiter de la croissance, aller chez nous en voiture sans avoir à affronter la boue sur la route», se lamente-t-il.

 
 

8 Commentaires

  1. Fayo dit :

    Cynisme. Le diable habite les coeurs de ces gens.

  2. ENDUNDU dit :

    Comment ça des propos dangereux ? c’est un constat réel et valable. il a dit haut ce que les autres disent bas.

  3. ENDUNDU dit :

    Mr Louembé, avant hier vous étiez TPG,hier Ministre des Finances et du budget aujourd’hui Député, en matière des politiques publiques qu’avez-vous initié pour la réfection de la route dite “économique”, allant d’Alembé par N’djolé- Mokekou- la Lopé – Junckeville- Léwagna lolo – Pont de l’Ogooué – Mikouyi – Lastoursville ?
    Il vous reste pratiquement 3ans et 09 mois pour arriver au terme du présent septennat, seriez- vous écouté par vos amis pdgistes restés au Gouvernement et chargés de mettre en musique la vision du Gabon 2025 du Pdt ABO? Croisons les doigts.

    • 짐 - 루크 dit :

      Nous sommes admiratifs. Vous êtes un zélote très zélé. Mais quel métier : toujours au four et au moulin pour répondre à tout ce qui pourrait être légèrement critique envers notre feu ex roi autoproclamé, ce grand démocrate. Et ce, (même en pleine incapacité temporaire devenue interminable), bravo! J’espère que vous serez récompensé à titre désormais post-mortem). la bise à fargeon de la part d’un ex co-détenu

  4. moundounga dit :

    Bjr. Etre dans la réaction signifie rechercher la persuasion. ce qui s’apparente a un véritable mythe de Sisyphe actuellement pour les élus, surtout du PDG.

  5. Makaya de Souza dit :

    Tchiuupp !!!

  6. Axelle MBALLA dit :

    Le comble de l’hypocrisie. Leur prétendu parlement est c garage doré inscrit dans la continuité de leur opulence sanguinaire. C’est le “Vatican” du crime au Gabon. Et les mains remplies de sang se comptent par centaines la-bas. Et Mr LOUEMBE qui découvre les vertus de “l’expression plurielle contrastée” devrait regarder en arrière… Bientôt quelques fantômes se feront le plaisir de lui rappeler quelques pratiques…quelques méthodes..Mais bon!

  7. tchenko dit :

    Axelle, bien d’accord avec TOI. Quelque fantômes seront bientôt derriere eux TOUS Ikambouayandka, Nzouba, Louembet, Mouango S, j’en passe. Des fantômes seront bientôt à votre POURSUITE!

    IGNOBLE.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW