Le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance va bénéficier de l’expertise des Nations unies en matière de lutte contre la corruption. Les deux parties ont évoqué les contours de cette collaboration, le 2 juillet, à Libreville.

Francis Nkéa (bout de table) lors de la séance de travail avec la délégation de l’ONU, le 2 juillet 2019 à Libreville. © Capture d’écran / Gabon 1ère

 

Stephen Jackson face à la presse. © Capture d’écran / Gabon 1ère

Porté à la tête du ministère de la Promotion de la bonne gouvernance, Francis Nkéa attache du prix aux missions qui lui ont été confiées, dont l’une est d’«en finir une fois pour toutes avec la corruption qui gangrène nos institutions», conformément à la volonté du chef de l’État. Pour atteindre cet objectif, Francis Nkéa a sollicité les Nations unies, dont il s’est entretenu avec le coordonnateur résident, le 2 juillet à Libreville.

«L’intermédiaire direct des Nations unies dans le cadre de la mise en place des mécanismes de bonne gouvernance, serait véritablement une bonne chose pour le nouveau ministère», a souligné le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance. «Et les Nations unies sont décidées à nous accompagner sur tous les plans, notamment la formation et la communication», a affirmé Francis Nkéa sur Gabon 1ère.

Si elles sont disposées à accompagner le gouvernement, les Nations unies sont bien conscientes que la lutte contre la corruption va nécessiter des «énergies et des ennuis». «Avec le ministre, nous avons évoqué en premier le grand besoin de la formation, la responsabilisation. Nous avons ensuite parlé de la lutte contre l’informelisation de l’économie, il faut formaliser et respecter les procédures», a expliqué le coordonnateur résident des Nations unies.

Enfin, a ajouté Stephen Jackson, «nous avons vu l’importance de cibler des secteurs prioritaires pour l’État sur les plans économique et financier, souvent infectés par une corruption très visible». Francis Nkéa parviendra-t-il à capitaliser l’expertise de l’ONU pour tordre le cou de la corruption au Gabon ? L’espoir est permis.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW