Une révélation du journal gabonais La Calotte indique que le président Ali Bongo a souvent recherché les bons procédés pour un rapprochement avec son ancien ami André Mba Obame. Le dernier à entrer en scène est le cardinal-archevêque de Kinshasa, Laurent Monsengwo, qui a mis à contribution l’archevêque de Libreville. Sans succès.

ABO vs AMO

Laurent Monsengwo Pasinya, cardinal-archevêque de Kinshasa, aurait été commis par le Pape Benoît XVI pour réconcilier Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame (AMO), selon une information livrée, le 25 octobre, par l’hebdomadaire gabonais d’information et d’investigation La Calotte.

Le journal précise que ces deux enfants d’Omar Bongo ne s’entendaient déjà plus bien avant la présidentielle anticipée de 2009 «dont les candidatures et les résultats n’ont fait qu’exacerber les rancœurs». Pour soutenir cette assertion, l’hebdomadaire rappelle que le 16 décembre 2008, dans les appartements privés du palais du bord de mer, Omar Bongo avait indiqué au général Samuel Mbaye, ancien secrétaire général du Conseil national de sécurité et coordinateur général des services spéciaux à la présidence de la République, qu’«André, est le problème d’Ali, pas du mien ou du Gabon». Et le journal d’attester que si en public Ali Bongo passe pour «un monstre qui ne veut plus s’entendre avec son frère AMO», en réalité il n’en est rien, l’actuel président du Gabon ayant souvent sollicité les bons offices de certaines personnalités pour un rapprochement avec son ancien ami André Mba Obame.

La Calotte rappelle à cet effet que lors du conseil des ministres délocalisé d’Oyem en 2010, «Ali avait sollicité la médiation de l’ambassadeur du Cameroun au Gabon, qui avait d’ailleurs dormi durant ce séjour d’Oyem, dans la villa d’AMO. Malheureusement, cette médiation patine, peut-être du fait des amitiés fortes qui lient l’ambassadeur et AMO d’une part, et l’ambassadeur et Oyima d’autre part».

Dans cette quête de bons procédés, Ali Bongo aurait donc sollicité la médiation du Pape Benoît XVI qui a dépêché, il y a deux semaines selon La Calotte, le cardinal Monsengwo à Libreville. Celui-ci aurait des liens de parenté maternels avec Pascaline Mferri Bongo Ondimba. Le cardinal congolais, actuel émissaire de Benoît XVI en Syrie, a donc pris attache avec Basile Mvé Engone, archevêque de Libreville et grand-père de Sullivan Bongo,  le conseiller technique du président de l’Arcep, chez la mère de qui, Julienne Assogho, un déjeuner a été organisé à Owendo, en présence notamment de Charles Mba, ex-ministre délégué à l’Économie et aux Finances. La rencontre ayant eu lieu alors qu’Ali Bongo se trouvait à l’étranger, Laurent Monsengwo a chargé Basile Mvé de la réconciliation des deux frères. A son retour au Gabon, Ali Bongo a reçu l’archevêque de Libreville en présence de Julienne Assogho. Depuis lors le prélat gabonais cherche à rencontrer Mba Obame mais n’y parvient pas.

Il faut dire qu’André Mba Obame, devenu opposant N°1 d’Ali Bongo, est invisible et difficile d’accès depuis sa dernière sortie publique, le 25 août lors d’un meeting de l’Union nationale à son siège. L’homme se plairait d’ailleurs de toutes les extrapolations causées par son éclipse, assurent des sources familiales qui soutiennent qu’il se porte bien. Une mise en scène mystérieuse qui pourrait expliquer pourquoi l’archevêque de Libreville a du mal à mettre la main sur Mba Obame.

L’échec provisoire de Basile Mvé a poussé l’hebdomadaire La Calotte à s’inquiéter. «Certains symptômes ne devraient pas passer inaperçus : le fait qu’AMO décline à plusieurs reprises toutes rencontres avec le prélat. Ce serait pure folie d’attendre que l’imminence de l’échec de cette médiation contraigne le Gabon à subir des aventures irréversibles que les deux Congo ont connu malgré Ntoumi et Mossengo», extrapole le journal qui interroge également : «pourquoi l’église Catholique, et plus particulièrement, Basile Mvé Engone a-t-il le pouvoir sur la médiation politique au Gabon ?»

On devrait tout de même noter que la réconciliation Ali Bongo-Mba Obame n’est pas la préoccupation de l’église seule. Des sources dignes de foi soutiennent que profitant de la cérémonie de prestation de serment de Macky Sall, son successeur, l’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade voulait organiser une rencontre de réconciliation entre Mba Obame et Ali Bongo, à l’instigation du président gabonais. Informé, André Mba Obame avait finalement refusé de se rendre à Dakar où Chantal Gondjout Myboto et Mike Jocktane étaient également invités. Qui a dit qu’Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame se voyaient en secret ou qu’ils ont un projet occulte commun pour tromper les Gabonais ?

 
 

30 Commentaires

  1. moi makaya dit :

    vous savez, l’Africain n’est encore suffisamment entré dans l’histoire de la démocratie. particulièrement au gabon, nous sommes animés d’une telle animausité ethnique qu’il serait inconsevable que deux adversaires politiques et de sur quoi d’ethnies différents puissent se rapprocher à cause des conséquences qu’un tel geste pourrait causer. pourtant la politique est avant tout une bagare d’idées pour le bien être de la nation, c’est le meilleur et celui qui aura été plus convainquant aux yeux du peuple qui l’emporte non pas pour des besoins et satisfactions personnels,mais plutôt dans l’intérêt du peuple et de la nation. aux états unis par exemple, nous l’avons vu avec les rencontres d’obama et romney. à chaque début et fin de débât, il y a des sourirs et des accolades entre les deux hommes. en effet nous ne sommes pas stupides vu la position de chacun mais pour l’image d’une nation unie, on a besoin de ça ne fusqu’un semblant d’union pour les caméras. manifestement ce qui se passe ailleurs n’est pas l’apanaches des africains. un tel rapprochement ou geste serait interprété directement comme étant de la trahison et quel trahison? politique ou ethniques? parfois je me pose la question de savoir à quoi tient notre unité nationale qui fait de nous tous des gabonais quelque soit l’ethnie? cette unité est-elle fragile à ce point au point de risquer de provoquer une gerre? non nous devons dépasser ce cap nous devons être plus fort et montrer à la face du monde que nous pouvons être unis sans être en accord. la politique avant tout est un débât d’idées dont le meilleurs est celui qui garantie un meilleur avantage pour le peule. non c’est pas une mauvaise idée que les deux se réconcilient au contraire la nation toute entière se sentira unis et respecter et peut être même que les gabonais commencerons à ressentir quelque chose pour Ali et qui sait MBA OBAME pourrait remporter les prochaines échéances. rapprochons nous les uns des autres ne fusque par amour pour la nation. je suis naïf et laissez moi rêver à bon entendeurs salut.

    • Yves dit :

      Oui, Ali Bongo est tellement ouvert au dialogue qu’il est le premier à fuir devant toute notion de la tenue d’une conférence nationale. Allez, on vous laisse avancer!

    • MOAN YO WOLEU BA NTEM dit :

      Je suis d’accord dans l’ensemble avec vous mais le fait est qu’Ali est loin d’être sincère pour lui tout rapprochement ne peut signifier qu’allégeance ou mort et c’est ce qui justifie la méfiance des autres toutes choses qui me rappele ce dicton allemand”QUAND ON DINE AVEC LE DIABLE IL VAUT MIEUX AVOIR UNE LONGUE CUEILLERE”AMO LE SAIS AUCUN GESTE EN POLITIQUE N4EST ANODIN.

  2. saydou kan dit :

    J’ai juste une info a donner a ceux qui font de «l’insibilite» d’AMO un mistere… AMO est tres malade, les interventions chirurgicales subies en Afrique du sud n’y ont rien fait a ce jour. Il se pourrait même qu’il ne puisse plus jamais disposer d’aptitudes physiques necessaires aux exigences de la vie politique (tournees, meetings, etc.).

  3. saydou kan dit :

    Ceux qui suivent de tres prêt la politique Gabonaise savent que Basile Mve est en contact permanent avec AMO, qu’il fait parti de ceux qui pronnent les alliances ethniques dans le debat politique actuelle. Si les tentives de rapprochement d’Ali sont averees, pourquoi a-t-il prefere Mosengwo (RDC) au lieu de commencer par Basile Mbe ?
    Par ailleurs, si l’initiative vient cette fois-ci du vatican, il n’y a nul autre choix que lui, mais on sait déjà que cela ne menera nulle part, d’ailleurs il n’arrive pas a le joindre, comme par hasard !!!

  4. Mangondo dit :

    Tout çà c’est du KONGOSSA!
    au Gabon l’argent est maitre!
    l’ancien président Omar Bongo l’avait compris pour se faire respecté au Gabon et dans le monde n’est pas Mba Abessolo!
    il n’avait pas besoin d’inviter R. Kelly ou Richard Attias, ou organiser une course des pirogues pour appeler au dialogue.

    l’article de la carotte n’est qu’une distraction de plus.

    • Roskyminko dit :

      Bonjour Monsieur,

      On respecte le anciens.
      Respectez au moins Mba abessole par ses oeuvres et non par sa conduuite:
      -Activation pour l’ouverture démocratique;
      -Animation de la culture démocratique;
      -inventivité dans la stratégie de redéploiement de l’économie gabonaise par le tourisme culturel(pensez à la fête des cultures);
      -détermination pour une amélioration de la vie urbaine(marchés, ramassage d’ordures par la création de la SOVOG);
      -sensibilisation intellectuelle et état des lieux colossal sur la situation des droits de l’homme au Gabon(Cf Le Livre blanc des DH au Gabon);
      -activisme politique et diplomatique pour la création de Air CEMAC;
      -détermination pour une alternance politique dans la paix-sans effusion de sang- au Gabon;etc…

      Ne soyons pas de courte mémoire et ne perdons pas le sens du respect deux qualités dont la carence est source de régression et de misère sociétale.
      Bonne journée.

  5. DiNG DONG dit :

    Ali a t-il besoin de chercher à rewncontrer AMO. Il lui suffit de prendre par Ordonnace un décret Modifiant la constitution, pour ramener à 5 ans et à deux le nombre de mandat présidentiel. d’introduire la biométrie de façons concensuelle, de réformer la commission nationale indépendante. de reformer la GR qui n’a aucune utilité dans un pays démocratique. à faire respecter la voix des unrnes. à respecter la séparation des pouvoirs. Rechercher des recontres secretes pour quoi faire ?

  6. 2ABO dit :

    Le secret en politique n’est qu’un oiseau de malheur, il est preferable de faire le dialogue et ouvertement cela donne des garantie au peuple seul a subir toutes les consequences politiques… Alors arretons de mimetiser l’occident sans prendre en compte nos realités culturelles. AMO et ABO sont deux freres qui ne le sait pas. Alors pourquoi des secrets ce n’est pas une affaire de famille mais de la republique et donc cela concerne les gabonais. STOP aux manipulations ou favoritisme…

  7. Infos juste dit :

    A mon avis, il faut être très prudent avant de commenter ce genre d’article à connotation purement politique. AMO se repose. Il avait dit qu’il était à 50% de ses moyens. Quant à Ali, il continu de dérouler son programme et a à sa disposition des instruments comme les renseignements généraux, et autres services comme la section de recherche de la gendarmerie qui l’informent des mouvements des opposants, surtout que Ndongou est à l’intérieur. Donc il sait où est AMO et comment il se porte. Quant à vouloir le rencontrer en secret…je préfère émettre des réserves!.

  8. nkouakong dit :

    Oye Mba a bien dit Si Ali cherche l’allégeance des membres de l’UN, il ne l’obtiendra pas.

    AMO ne dit pas autre chose quand il s’étonne par exemple qu’on veuille “réduire leur digne combat” pour sortir le Gabon de l’impasse actuelle, en un “combat de coq” entre le raïs émergent et lui.
    N’est-ce pas assez clair ?

    • Infos juste dit :

      Oye Mba l’a dit parce que Ali à demander à l’opposition de reconnaître les institutions de la République et ceux qui les incarnes avant toute forme de dialogue!
      Quand à AMO, je crois que ça me surprend qu’il parle ainsi dans la mesure où, c’est lui qui veut transformer son combat en “combat de coq”, dans la mesure où selon lui, il est le président légitime et l’autre,le président ayant la légalité. Il est l’opposant n°1, Ali Bongo est un amateur….les attaques viennent de lui! quant à l’autre parfois, il réagit, parfois il ne réagit pas! Donc, j’ai du mal à saisir le sens dans lequel tu trouves ça clair!!

    • de passage dit :

      oyé mba??? qui c’est celui la, un minus veule et poltron dont la pusillanimité n’a d’égale que le psittacisme altier qui le caractérise lui et bon nombre d’autres politiques gabonais.
      ps tu devrais plutot dire: oyé mba a répété: “….” car en fait de perroquet il est le meilleur.

  9. Yves dit :

    La seule chose à retenir de cet article est qu’Ali Bongo est à l’étroit et cherche une voie de sortie qu’il n’aura pas. Point barre!

  10. Malika dit :

    Cet article profite à qui?

    • lisiane dit :

      Et bien aux lecteurs je suppose… A qui d’autre devrait-il servir ?

      Mais sans doute préférez-vous les tractations secrètes, les petits arrangement entre amis qui laissent le peuple, cette masse ignorante et corvéable à merci, se complaire dans les ignominies bêtifiantes de Gabon Télévision ?

  11. Gabao.kool dit :

    La reconciliation est une bonne chose, mais elle obéit à un certain nombre de critères. Parmi lesquels on peut retenir, en premier lieu, le respect mutuel. Or, il se pose un problème gravissime, celui de l’habillage du costume d’adepte du narcissisme de Ali Bongo. Cependant, les sujets que sont AMO et Ali Bongo sont de nature très distincte. Ils ne peuvent collaborer que lorsqu’ils fonctionnent comme réseaux de mécanisme d’un même moteur, mais dont quelqu’un d’autre detient la clé, un peu comme sous l’ère de feu Omar Bongo.

    En plus, il faut relever l’insulte que Ali Bongo flanque à André Mba Obame en lui offrant comme piste de sortie à un problème aussi serieux, pouvant même déclancher une guerre civile entre les Gabonais, la fenêtre d’une trahison et corruption dans le noir avec la participation de l’une des institutions ( eglise catholique ) les plus maffieuses connues du monde.

    Etant conscient du genie intelectuel et politique d’AMO, Ali Bongo calvalcade par-dessus tout, il racle la réhabilitation de l’UN, stigmatise toute philosophie autre que celle du chauvin et du larbin du Bongo/Pdg, met au zénith le pillage avec les expatriés, les crimes rituels, […], il ensévelit la démocratie et la liberté du peuple, sans oublier la militarisation et la regression totale du pays ; et ce, du fait de son hold up de 2009 et sa mauvaise conception du Gabon qu’il croit sa propriété, mais qui malgré tout, reste avant tout un patrimoine national, et non Bongo/pdg

    En definitive, la reconciliation ne se fait pas dans la voie lactée. AMO l’a fait avec le peuple dans la transparence. Ce peuple dont ce dernier semble désormais devenir le timonier, veut la CNS. Ali Bongo doit répondre positivement à celà. Outre, pour une énième fois Ali Bongo montre qu’il s’en foute des Gabonais, car beaucoup aujourd’hui, ont des salaires supprimés pour avoir soutenu AMO. Mais Ali Bongo veut quand même, en plus de cette léthargie financière une trahison de plus de la part d’ AMO vis-à-vis du peuple, autrement dit, le peuple Gabonais ne mérite du bien qu’une géhenne dans l’âme. la reconciliation ou paix n’est pas synonyme d’amitié où de même vision politique, mais Adré Mba Obame n’est pas pret à devenir Mba Abessolo où Mayila et ne compte pas trainer derrière Ali Bongo que ce soit politiquement ou intellectuellement. NO WAY, NADA !!!.

  12. Mulumbu dit :

    Ce texte n’est rien d’autre que la manifestation publique des agissements d’un pervers narcissique qu’est BOA. Avec sa horde de diseurs de nouvelles, chaque jour que Dieu fait, ils harcèlent le peuple, ici c’est directement Mba Obame André. Le silence est d’or…
    Ils pensent le peuple aveugle et stupide. En fait, il (BOA) croit le peuple «supra» stupide. Ce que veut faire croire l’auteur du texte (de l’invetigation aussi par la calotte) c’est que Mba Obame n’est pas ouvert au dialogue. Qui est celui qui a dit publiquement qu’il n’y a pas de problèmes au Gabon? Pourquoi chercherait-il la médiation de l’Église catholique… Comme il sait les gabonais croyants, il veut jouer avec cette fibre pour que la CULPABILITÉ soit l’état psychologique des victimes.
    «Ce serait pure folie d’attendre que l’imminence de l’échec de cette médiation contraigne le Gabon à subir des aventures irréversibles que les deux Congo ont connu malgré Ntoumi et Mossengo», extrapole le journal qui interroge également». Quelle est la portée de cette phrase? Serait-ce donc la faute de Mba Obame si Bongo O. Ali utilisait les armes contre la population gabonaise? C’est ici qu’apparaît le retournement de situation. Si l’agresseur, violeur et voleur s’énerve c’est la faute de la victime qui n’a pas voulu se soumettre!!!! Toutefois, pourquoi est-ce que la réconciliation entre deux frères, comme le présente le texte, engagerait la stabilité de la république si celle-ci n’a aucun problème? Pourquoi est-ce que l’amodiation papale est sollicitée si cette question n’est que familiale? J’inviterai le pape la prochaine fois qu’il y aura une bisbille avec ma fille. Enverrait-il un évêque?
    Qui est l’auteur de cette article? Je souhaite que l’intelligence des gabonais soit au dessus de cette logique que voudrait nous faire avaler BOA et ses «journaleux». Le peuple connait la vérité et ne devrait pas se distraire des minauderies du pouvoir, leurs glapissements ne devraient provoquer aucun émoi.

  13. gampouri albert bernard dit bongo dit :

    Baliverne et manoeuvres de diversion. Pourquoi depuis2008 debut des incomprehentions entre Ali et Amo le premier n’a jamais chercher a remettre de l’ odre dans cette relation devenue si mauvaise? Parcequ’il n’en est rien. Se n’est qu’une unieme manoeuvre de plus d’Ali et sa legion etrangere etrange qui veut coute que coute eviter un grand debat public ils veulent tenter un ultime arrangement d’arriere boutique,sans les gabonais et la societe civile. Fichtre! C’est non! Il n’y a aucun probleme entre Amo et Ali par contre il y a divorce entre les Bongo -pdg et le peuple qui un jour leur a confie la gestion du Gabon et ils le leur ont confisque.C’est a la CNS de definir les responsabilites des uns et des autres.-

  14. saydou kan dit :

    Le peuple avec AMO…., les Gabonais ne veulent pas….. Le peuple est conmdane… Etc. Voilà des notions que chacun use a sa guise pour soutenir des theories pas forcement fondees… C’est tres certainement la colonie des etrangers de Mont mbouet que j’ai dernierement vu ovationne Ali sur TV Gabon…

  15. Boukoubi Maixent dit :

    Mais bon sang !!! Où sont les réactions de Nababy à cert article ?

  16. Demeyos dit :

    Se reconcilier avec son frère c’est bien mais vouloir le faire en cachette?Que perdrait Ali s’il appelle officiellement AMO par son griot de service tous les vendredis?

  17. ni lire ni écrire dit :

    Quel conte de fées… Ne vous inquiétez pas pour les routes du dialogue AMO/ABO. Ils se foutent bien de vous lors de leurs réunions de famille.

  18. cebastien dit :

    L’histoire rattrape toujours, les archives sont toujours dans nos mémoires. Le film ça suffit comme ça en est la preuve.

    Qui blâme par le feu, finit par se faire bruler par le feu. Au lieu de faire une messe d’action de grâce AMO aurait du faire une messe de confession public

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW