Simple récompense d’un apparatchik, visant à rétablir des calculs géopolitiques marqués par la dévolution des postes politiques clés à certaines provinces spécifiques, l’arrivée au perchoir de l’ancien secrétaire général du Parti démocratique gabonais n’est porteur d’aucune prodigalité démocratique.

Le secrétaire général du PDG, Faustin Boukoubi. © D.R.

 

Porté à la tête de l’Assemblée nationale ce 11 janvier, l’élu du premier siège du département de la Lombo- Bouenguidi va diriger la 13e législature, largement dominée par le Parti démocratique gabonais (PDG), qui a remporté 90 sièges sur les 143 que compte désormais l’hémicyclique. D’ordinaire le choix du président de l’Assemblée nationale est toujours influencé, sinon effectué, par le Distingué camarade, en l’occurrence Ali Bongo, patron de la formation politique au pouvoir. Ce choix provient-il vraiment de celui-ci ? En tout cas, l’opinion a encore en mémoire l’indifférence du convalescent de Rabat lorsque, mi-2017, ceux qu’on nommait «les hommes du président» malmenaient Faustin Boukoubi, alors secrétaire général du parti au pouvoir.

Recul démocratique ?

Au demeurant, l’arrivée au perchoir de Boukoubi, 64 ans, n’a rien de révolutionnaire ; elle a plutôt quelque chose de conservateur sinon de rétrograde, confortant l’idée que l’opinion se fait de l’institution : une simple chambre d’enregistrement. Les résultats des dernières législatives confirment en effet l’infécondité de cette chambre du Parlement : au regard de la qualité des hommes y faisant leur entrée, on ne saurait y prédire des débats contradictoires. «On y trouve une bonne flopée d’illettrés», note un observateur de la scène politique gabonaise.

Boukoubi en président de l’Assemblée nationale ne suscite également aucun espoir quant à la vitalité de la démocratie gabonaise ni à sa capacité à se renouveler. Ce, d’autant plus que cette manœuvre relance le débat sur le choix des hommes en se basant sur les sempiternels petits calculs tribaux, ethniques et provincialistes. «On revient aux vieilles pratiques qui veulent que le poste de président de l’Assemblée nationale échoit aux ressortissants de l’Ogooué-lolo. En gros, on a procédé à des petits arrangements géopolitiques pour remplacer Guy Nzouba qui s’en est allé», regrette l’observateur sus cité.

Pour une bonne frange de la population, Boukoubi ne peut œuvrer à la consolidation de la démocratie au Gabon. L’homme, en effet, n’a jamais donné l’impression d’être un grand démocrate. «On a bien vu, pendant tout le temps qu’il passé à la tête du PDG, son comportement vis à vis de l’opposition qu’il n’hésitait pas à insulter au début du premier mandat d’Ali Bongo. Plus tard, il a assisté à la dissolution de l’Union nationale. En tant que secrétaire général du PDG, il n’a pas trouvé cela anormal», rappelle une journaliste de La nouvelle République, Laure Patricia Manevy. L’ancien baron du PDG n’a jamais présenté les signes d’un grand organisateur ni d’une personnalité de poids. Un persifleur de Boukoubi rappelle qu’il «s’est laissé étouffer, à la limité écraser, par les membres du directoire de cabinet d’Ali Bongo, notamment l’omnipotent Maixent Accrombessi, au point qu’il a été poussé à la démission».

D’une manière ou d’une autre, loin de constituer une avancée démocratique, l’accession de Boukoubi au perchoir de la 13e législature n’est d’aucune fertilité démocratique. Elle n’est que la simple récompense d’un apparatchik, visant à rétablir des calculs géopolitiques marqués par la dévolution des postes politiques clés à certaines provinces spécifiques.

 
 

2 Commentaires

  1. sergio dit :

    ce vieux rodateur renait de ses cendres tel un phoenix sans jamais vraiment expliquer à l’opinion les raisons de sa démission au secrétariat général du pdg. Cette nommination est un vrai recul pour notre démocratie car l’homme est un conservateur.

  2. Mimbo dit :

    Le pdg a une conscience grégaire.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW