Dans une note signée en «P.O» par le premier vice-président de l’Assemblée nationale et adressée au Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, demande au gouvernement de surseoir à sa mesure concernant l’accès à la bourse d’études.

Faustin Boukoubi (à gauche) et le VPAN1 Idriss Ngari, exhortent le gouvernement à surseoir à la réforme. © PDG/Gabonreview

 

Appelée à la rescousse par les élèves et leurs parents, l’Assemblée nationale a donné de la voix par rapport à la mesure du gouvernant concernant les nouveaux critères d’attribution de bourses au Gabon. Soit, 19 ans au maximum et 12/20 à l’examen du Baccalauréat. Ayant retrouvé le chemin des classes le 8 avril, les élèves sur l’étendue du territoire national, ont manifesté pendant trois jours leur mécontentement contre ces nouveaux critères que d’aucuns qualifient d’«iniques, incohérents, irréalistes», et bien plus.

Dans une note signée en «P.O» par le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Idriss Ngari et adressée au Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, le président de l’Assemblée nationale (PAN), Faustin Boukoubi, suggère au gouvernement de «bien vouloir surseoir cette mesure». En effet, rappelle le PAN qui dit reconnaître la pertinence de cette mesure qui vise la promotion de l’excellence du système éducatif gabonais et la maîtrise de la dépense publique, «la représentation nationale constate néanmoins que cette mesure est source de mécontentement généralisé des élèves et des parents sur l’étendue du territoire national».

Soucieux de la paix sociale et de la stabilité des institutions, l’Assemblée nationale recommande au gouvernement de dialoguer. «Il serait souhaitable qu’une concertation préalable des partenaires sociaux se tienne dans les meilleurs délais en vue d’une harmonisation des principales préoccupations exprimées par toutes les parties», indique la note. C’est certainement en ce sens que le ministre de l’Éducation nationale recevra ce dimanche les proviseurs, syndicats du secteur éducation, coopératives des lycées et collèges, les représentants des associations des parents d’élèves ainsi que les techniciens du ministère de l’Éducation nationale.

Qu’à cela ne tienne, les partenaires sociaux qui estiment que cette mesure est tombée de manière brutale au regard de l’approche de l’examen, demandent au gouvernement de revenir sur les fondamentaux d’octroi de bourses aux élèves. Soit une moyenne supérieure ou égale à 10/20 obtenue en classe de terminale avec pour âge 22 ans, conformément à la loi. Pour l’heure, si le climat social reste exacerbé par cette question, d’aucuns apprécient la sortie de l’Assemblée nationale comme l’antithèse de la dernière sortie du Parti démocratique gabonais (PDG), qui y a pourtant la majorité.

 
 

4 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Je croyais que leur BOA était en bonne santé. Mais qui gère le Gabon maintenant ? A Ntare Nzame !!!

  2. natty dread dit :

    ‘surseoir’ ne veut pas dire ‘annuler’ mais reporter à une date ultérieure. Qui va être la prochaine victime?

  3. JAMES DE MAKOKOU dit :

    MAis enfin pourquoi notre champion de president n’intervient-il pas? C’est a lui et a lui tout seul qui peut ramener la paix dans cette situation, et pourtant il est rentrée, je l’ai vu en pleine forme a l’arrivée.
    Notre ami Bekalé, qui était au lycee Technique en G1 a eu son Bac à 22ans +1/2.. et moi j’etais en E, et j’avais 19ans 3/4 car je devais avoir mes 20 ans au mois d’aout..et pourtant j’avais pas doublé de classe…
    Alors, je ne comprends pas pourquoi..ce type qui a trouvé un job dans la politique, mieux qu’à ses attentes.. se retrouve avec une memoire courte pour venir defendre l’indefendable dans ce pays..mon cher les Gabonais ne sont pas des petits europeens, qui ont de merveilleuses conditions pour leurs educations, c’est pas le cas..d’ailleurs, je dirai qu’à l’epoque ou nous etions au lycee technique. c’etait dix fois mieux que de nos jours, nous etions au maximum 23 eleves par classe, et nous avions.. le transport par sogatral, et le lycee rivalisait avec certains lycées europeens ..oui je parle de tous les lycees y compris l’IPS de notre ami le general Asselé, et Tiens! c’est bizarre que ce dernier ne dit rien depuis le retour de notre champion de President…A-t-on reussi a lui mettre une musoliere de force..ou il est malade..??? je dois avouer que c’est quelqu’un que j’aime bien.. pour son franc parlé de l’epoque et ses realisation..il a vraiment aimé ce pays…les jeunes ..la jeunesse ,le sport et le seul a dire ce qu’il fait avec l’argent du detournement..contrairement a des autres…enfin..juste une parenthese..

    Quand, j’etais au lycee de Makokou.. j’ai aussi été collegue de ces gangster idiot de ma ville mais ils ne valaient pas un clou et je ne suis pas etonné de la suite..de certains.. sauf le japonais et mes amis envoyé a owendo..eux ils ont quelques choses dans le crane et c’est aussi dommage qu’ils ont accepté de venir se remplir le ventre..oui c’est ainsi ils se disent quand on devrait allé servir le pays..on dit moi aussi je vais aller manger..ce discours et ses pratiques devraient disparaître si on veut reconstruire ce pays.
    Enfin.. je ne sais pas si mon intervention serait publier car mon frere me dit que les siennes ne sont pas publié..Why..I don’t really know..
    Vive le Gabon Nouveau..

  4. IPANDY dit :

    Je salue également cette sorti des représentants du peuple.Que se passe t il derrière la tete de julien Nkoghe Bekale? vEUT IL saper la politique du chef de l’état pour quel but?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW