Contrairement au président de l’Assemblée nationale qui a demandé au gouvernement de surseoir à la réforme sur les bourses d’études, le groupe parlementaire PDG, à travers une déclaration ce 14 avril, s’y est opposé en assurant son soutien au gouvernement et au PDG qui s’est prononcé en faveur de ladite réforme.

Martin Mabala, président du groupe parlementaire PDG à l’Assemblée nationale. © Twitter

 

La lettre du président de l’Assemblée nationale (PAN), Faustin Boukoubi, adressée au Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, et signée du 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Idriss Ngari, n’a laissé personne indifférent. En effet, au regard du climat socio-éducatif devenu délétère du fait des nouvelles mesures d’attribution des bourses d’études, le PAN, issu des rangs du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), demandait au gouvernement de surseoir ces mesures. L’idée : permettre au gouvernement de discuter avec les différentes parties prenantes. La position du PAN allait donc à l’encontre de celle du PDG qui, lui, a plutôt assuré qu’il soutenait bec et ongles cette mesure gouvernementale, n’en déplaise aux parents, élèves et syndicats du secteur éducation.

Dénonçant une récupération politicienne et se dédouanant au passage de l’adresse de Boukoubi et Ngari, le président du groupe parlementaire PDG à l’Assemblée nationale, Martin Mabala, a, sur les antennes de la télévision nationale, le 14 avril, indiqué que «les députés issus du PDG restent en phase avec la communication officielle faite par le PDG en date du 11 avril 2019». Les députés du PDG soutiennent donc cette réforme en invitant par ailleurs, «le gouvernement de la République à communiquer davantage avec l’ensemble des partenaires de l’Éducation nationale sur lesdites reformes en vue d’une meilleure compréhension mutuelle». Mieux, le groupe parlementaire du parti au pouvoir propose son accompagnement au gouvernement pour une éventuelle campagne d’explication.

Une dissonance qui, une fois de plus, suscite des interrogations sur la cohésion de ce groupe parlementaire d’autant plus qu’avant la sortie du PAN, certains députés s’insurgeaient contre cette mesure et après la sortie du PAN, d’autres estimaient qu’il valait mieux «l’annuler».

 
 

9 Commentaires

  1. Mimbo dit :

    Oui c’est vraiment fini pour le pdg ,il en est à “oui non oui non”.

  2. Nzam Ata dit :

    Le vrai problème c’est que le gouvernement n’a plus d’argent pour assumer les charges qui l’incombent .D’ici là ,il s’agira des salaires des fonctionnaires.Ils ont tué un pays de près d’un million âmes.

  3. Nzam Ata dit :

    Le vrai problème c’est que le gouvernement n’a plus d’argent pour assurer les charges qui l’incombent .D’ici là ,il s’agira des salaires des fonctionnaires.Ils ont tué un pays de près d’un million âmes.

  4. TRES RESPECTABLE GRAND MAITRE . dit :

    C’est le GABON DE LA RIGOLADE ; j’ai dit …

  5. moundounga dit :

    Bjr. Au moins cela a le mérite de montrer à la face du monde que le parti majoritaire donc celui qui gouverne le pays n’est plus solidaire. Autrement dit, les têtes de l’AN n’ont pas le soutient de leur députés (quel scandale)! qui l’eut cru au temps d’OBO. là vraiment ça ne sent pas bon, alors la pas du tout…

  6. onero dit :

    MABALA et autres sont députés du PDG et non des élus du Peuple . De la vrai rigolade au GONDWANA

  7. EYELE Bayard dit :

    Cette position des députés du PDG ne surprend que ceux qui veulent l’être. Cela démontre une fois de plus, si besoin en est, que ces messieurs et dames ne vont pas dans l’hémicycle pour résoudre les problèmes des populations qu’ils sont censés représenter. Ils y vont pour leurs intérêts personnels. Ils y vont pour les salaires mirobolants, les indemnités de session, les fonds de souveraineté et autres avantages.

    • Okoss dit :

      A qui la faute très cher ami Bâyard. Ils ont été élus grâce aux voix de certains moutons qui ,l élection terminée squattent chez des parents.
      Nous avons des dirigeants que nous méritons n est ce pas et contenterons nous des 5000 f cuisses de poulets et dindons faisant office de campagne electorale

  8. Alngaumault dit :

    Mabala a toujours laissé dégager l’image d’un cynique politique et social glacial

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW