Fin, digne d’un film dramatique, de l’aventure humaine du père du cinéma gabonais : il s’est tiré une balle dans la bouche autour de 19 heures à Libreville.

Philippe Mory, dans «Les couilles de l’éléphant» d’Henri-Joseph Koumba. © D.R.

Philippe Mory, dans «Les couilles de l’éléphant» d’Henri-Joseph Koumba. © D.R.

 

Acteur, réalisateur, père du cinéma gabonais, Philippe Mory s’est suicidé en fin d’après-midi, ce mardi 7 juin à Libreville. Selon les premiers témoignages, ses voisins ont entendu, du studio qu’il occupait ces derniers à Nzeng-Ayong dans le 6e de Libreville, une détonation d’arme à feu puis le bruit sourd d’une masse tombée. Ayant accouru, ils ont découvert que le réalisateur de « Les tamtams se sont tus », s’est tiré une balle de fusil à pompe dans la bouche. Nous y reviendrons.

 

 
 

9 Commentaires

  1. Lemacom dit :

    Les tamtams se sont définitivement tus dans une détonation. Triste ! Mais bon, comme un grand artiste il a choisit sa manière de tirer les rideaux !!! Salut l’Artiste que la terre te soit légère.

  2. ros dit :

    vraiment quelle bon acteur gabonais triste quelles sont les raisons

  3. B-J dit :

    Ah Seigneur mon Dieu! MTCF, je ne sais pas les raisons qui t’ont poussées à te donner la mort mais c’est sûr que tu devais être dans une mauvaise passe. Ce n’est qu’un au-revoir. G…GG…GGG… mais espérons.

  4. Lalelah dit :

    A la mémoire de cet illustre ainé qui avait mis son génie créateur au service du 7ème art hissant bien haut le savaoir faire dans son domaine auquel il était dépositaire. A toi, toutes les palmes d’or de notre partimoine cinématographique.

  5. Kengue andrea dit :

    Keski ç passé mon Dieu.. .

  6. Massol dit :

    un géant nous quitte salut l’artiste

  7. Booz dit :

    C’est avec tristesse et peine que j’apprends ton décès… Mon frère, toi qui a su donner ton savoir faire au cinéma gabonais, toi qui a su ériger l’édifice de cet art peu connu de tes concitoyens, toi qui a su t’engager de façon désintéressée dans la lutte pour la Liberté. Tu es peut être mort physiquement mais tu demeures dans nos cœurs pour l’Éternité comme tes œuvres. Le Gabon t’est reconnaissant et t’admet dans la postérité. Nous te reconnaissons la paternité du cinéma au Gabon. Que le Grand Architecte de l’Univers puisse t’accorder sa miséricorde. G GG GGG mais espérons!

  8. Isabelle ONGUEGUE dit :

    Oh, quelle triste nouvelle. Grand Philippe, la Télévision gabonaise est ainsi orpheline de ton art !

  9. Gabonaisement Votre dit :

    Ah Dieu!Qu’est ce qui peut justifier un suicide après avoir eu une existence faisant exemple da sa generation?…Pour plusieurs ceci est l’expression d’une individualite,mais pr moi ceci est une preuve de plus,que le Gabon va mal au point d’etre fataliste mm pr ceux,qui juissent de statut particulier dans l’hostoire de cet Etat.Merci!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW