Les leaders associatifs membres du mouvement Ça suffit comme ça n’ont pas raté le train de l’actualité politique toute récente du Gabon. Notamment, l’Assemblée nationale et le Premier ministre dont la mise en place et la nomination respectives sont vertement critiquées, chacun en prenant pour son grade. 

Maître Paulette Oyane Ondo, véritable "passionaria" du mouvement "Ça suffit comme ça".

 

A travers un communiqué de presse publié le 29 février dernier, la société civile gabonaise a réagi à la nomination du  nouveau Premier ministre, Raymond Ndong Sima et au maintien de Guy Nzouba Ndama  au perchoir de l’Assemblée nationale.

Marc Ona Essangui, Georges Mpaga, Paulette Oyane Ondo, Alain Moupopa et Dieudonné Minlama Mintogo, leaders associatifs qu’on ne présente plus, rappellent à ce propos qu’«après plusieurs mois de confusion, de tergiversations, de déchirements internes et d’arrangements  politiques pour maintenir  un semblant de cohésion des différents clans soutenant le régime d’Ali  Bongo,  la nouvelle Assemblée nationale et le nouveau gouvernement du système PDG viennent  d’être mis en place.»

Ça suffit comme ça ne s’en réjouit pas autant et manifeste son «rejet  total  du  système  corrompu,    tyrannique  et  anti- démocratique du PDG responsable de la déliquescence actuelle  et du sous développement du pays

Ces leaders associatifs dénoncent a postériori «les législatives organisée le 17 décembre 2011 sans la biométrie et sans gage de transparence», caractérisées par «un taux d’abstention record de 95% ; l’élection d’une assemblée nationale monocolore et minoritaire composée 98 % de députés issus du PDG ; la disparition  de l’opposition à l’Assemblée ; la disparition des groupes parlementaire et de ce fait l’absence de débats contradictoires rendant impossible toute forme d’expression démocratique

Ils déplorent également «la nomination d’un Premier ministre au caractère belliqueux et anti-démocratique dont le bilan en matière de gestion de plusieurs entreprises publiques et du respect des droits de l’homme est plus que catastrophique.» Pour étayer cette allégation les membres du mouvement Ça suffit comme ça  indiquent les cas des entreprise parapubliques que sont Hevegab et Setrag qui auraient été, selon eux, mises  «en faillite par Monsieur Raymond NDONG SIMA et finalement privatisées

De même, ils affirment que le président de l’Assemblée nationale «est poursuivi devant la Commission de lutte contre l’enrichissement illicite par les organisations de la société civile anti-corruption pour avoir détourné plus de 7 milliards de francs destinés à l’annexe de l’Assemblée Nationale.» Ils exigent à cet effet que la Commission de lutte contre l’enrichissement illicite puisse aller au terme de ses investigations.

Au terme d’un réquisitoire en lettres de feu, les leaders de la société civile regroupée au sein du mouvement Ça suffit comme ça réitèrent la proposition en 13 points faite pour la première en juillet 2011.

Ces treize proposition portent sur la réforme de certaines institutions républicaines (Cour Constitutionnelle, CNC, Conseil économique et social et Commission électorale) ; la réduction et la limitation du mandat présidentiel à 5ans renouvelable une fois ; le redécoupage de la carte électorale en fonction du poids démographique ; la dissolution de toutes les agences ; le rétablissement sans délai de l’Union nationale ; l’arrêt des persécutions et procès politiques ; la cessation des mesures répressives contre la presse libre ; la création d’une commission d’enquête indépendante sur la gestion de la CAN et la création d’une commission tripartite majorité-opposition et société civile en vue la formulation de toutes les propositions de reformes.

 
 

12 Commentaires

  1. STELLA dit :

    Cette OYANE fait son boucan maintenant? Elle a bien fait partie de ce pouvoir en place non?! Trève de plaisanterie, qu’elle nous laisse avancer…

  2. ronimbaminko dit :

    ici illustré les effets des emorroides, lorsque ça chauffe, on se prend a condamner tout a tord et a travers.

  3. SAMUEL P. dit :

    La Société Civile joue son rôle…Et ce rôle doit être encouragé. Surtout, devant l’absence des parties d’opposition…Le débat est plus que important en ce moment…Peut-on être juge et partie…L’émergence c’est l’acceptation de l’autre, c’est la tolérance, on ne peut pas avancer avec la pensée unique…Aujourd’hui, nous sommes conscient du retard de notre pays(Après plus de 30 ans de pensée unique),La société civile est le Gardien du Temple…Souffrons de l’écouter…L’absence de critique tue la démocratie et Ya Ali est conscient. Il est un luminaire.

  4. Adolf dit :

    Voilà une bande de tonneaux vides qui ne manque pas de faire beaucoup de bruit pour ne rien dire en définitive. “Ça suffit comme ça” la confusion des genres, vous êtes un parti politique qui milite dans l’opposition ou une société civile aux ordres? c’est quoi cette bêtise qui consiste à prendre le reste des gabonais pour des idiots tellement dupes qu’ils regardent sans rien dire et d’ailleurs, Oyane et compagnie qui n’ont jamais d’appréciation positive pour ce que le pouvoir en place fait, que font-ils réellement pour faire avancer le débat à part dénoncer, dénoncer et dénoncer?!!

    Du grand n’importe quoi!!!

  5. le conseiller dit :

    Maîtresse OYANE, ô pardon Maître OYANE ONDO, c’est bien celà? Ma fille ou devrais-je dire, Madame. Sauf que là, tu ne reflettes pas l’image d’une “dame”!
    En effet, comme vient à le dire une commentatrice de ce blog, _tu as bien fais parti de ce Gouvernement Légendaire de BONGO-Père_(.) Mais tu n’as pas démissionné pour autant, et ce malgré le boucan qui était organisé, à cette époque! Dudon! Mais ça ne va pas ou quoi? Tout l’argent que tu t’es amassée avec le boss d’Ali ne t’a pas suffit?!

  6. laguishire dit :

    Tchouooooo Maitre Oyane pourquoi n’aviez vous pas dénoncer toutes ces choses avant ? je ne comprends pas ! Vous êtes la Rama Yade Gabonaise ou quoi ? lol, qui après avoir été évincée du gouvernement français de Sarkozy a commencé à donner <> sur le gouvernement auquel elle avait appartenu.ce gouvernement là, aujourd’hui vous lui avez tourner le dos ou c’est lui qui vous évincée. Nous sommes d’accord nous voulons un nouveau Gabon respectueux des lois juridiques. ce que vous trouviez injuste et révoltant, pourquoi ne l’avoir pas fait auparavant. Un adage : il faut battre le fer pendant qu’ il est chaud ! Maitre Oyane il fallait dénoncer pendant l’ère Bongo, c’était surement pire que maintenant, je crois ! On espère la transparence cette fois. Vous ne vouliez pas perdre tous ces privilèges que vous mêmes aviez eu et profitiez, donc arrêtez d’attiser le feu. Bonne chance

    • Le fils de la veuve dit :

      Toujours ce raisonnement d’une facilité déconcertante !!!!! Vous a -t-il échappé que Macky Sall a été premier ministre de Wade, que Ouattara a été allié de Gbagbo, que Wade fut ministre d’Etat de Diouf….. ? Ce n’est pas parce que Paulette Oyane fut ministre qu’elle n’a plus le droit de s’exprimer sur la vie de son pays. Il ny a que les imbéciles qui ne changent pas, dit un adage bien connu. Surtout quand, en deux ans, Ali a démontré sa tentation monarchique et son aversion pour les normes, codes et repères. Je vous mets au défi de trouver un pays où Ohayon, citoyen américain d’origine marocaine aurait pu diriger l’ANGT qui gère des fonds publics gabonais. Je vous mets au défi de trouver un autre pays de régime semi-présidentiel où celui qui se dit président de la République est président du Conseil d’administration d’une entreprise publique?. Je vous mets au défi de m’indiquer un autre régime semi-présidentiel où des établissements publics sont rattachés à la présidence….. Vous parlez trop de choses que vous ne connaissez pas…. Avez vous seulement une fois lu la Constitution, la loi sur les établissements publics, les lois budgétaires….. ? laissez Paulette Oyane contribuer à éveiller les consciences et restez dans les ténêbres. Le réveil sera brutal…

      • Yves dit :

        Le Fils de la Veuve,

        Tu sais mon frère, avec certain gabonais, il ne faut même pas raisonner. Il faut seulement les laisser s’empêtrer dans leur bêtise. Quand on voit des gens soutenir leurs tortionnaires c’est à se demander si leur cas n’est pas désespéré. Pour rajouter de l’eau à ton moulin, n’est-ce pas Sarkozy qui fut tout puissant ministre de l’intérieur de Chirac ? Aujourd’hui il essaie d’enterrer Chirac et même de l’envoyer lui et ses complices en prison. La bêtises de certains gabonais est déconcertante.

  7. Citoyen qui aime son pays plus que tout dit :

    Un Citoyen qui aime son pays plus que tout.
    Je me pose toujours la question de savoir si, il y a une véritable opposition dans ce pays.Si, oui, alors c’est le peuple lui même qui est le véritable opposant. lui seul détient le pouvoir d’élire qui il veut, et de s’abstenir quand il n’est pas satisfait des décisions que l’on prend en ses lieu et place.
    Tout ce que nous avons vu depuis presque 22 ans (1990 – 2012) que des politiques qui recherchaient leur bien être. Tous ceux qui ont réussi à se frayer un chemin pour parvenir au soleil, ont tous oublié qu’ils étaient des opposants. On les voyait seulement pendant les périodes des élections quand ils venaient solliciter les suffrages des honnêtes citoyens qu’ils transformaient en applaudimètres. Maintenant qu’ils ne sont plus aux affaires, ils claironnent sur tout les toits accusant que ce sont les autres qui sont mauvais. Mais que font-ils pour que le sorte de là où ils l’ont tous mis? NB* Le Bureau de l’Assemblée compte des prétendus opposants (RPG et UPNR), et là, personne n’en parle.
    Akéwa pour celui qui saura répondre.

  8. patt dit :

    Je partage le même avis que le fils de la veuve,c’est vraiment malheureux,je n’ai jamais cessé de dire que certains gabonais souffraient de la maladie que j’ai qualifié de:sclérose-gabonisse c’est à dire:de l’incapacité à évoluer et à s’adapter au changement.Un bon enquêteur pour démanteler un réso mafieux est obligé d’entrer dans ce réso,et en sortir avec tous les alibis nécessaires de condamner ce réso,mais le contraire de chez nous est que pour le moment cette situation ne peut pas arrivé compte tenue de notre politique qui est fait de bric et broc si déjà la décision du peuple est baffouée que peut madame OYANE sinon que de critiquer à ceux-là,vous êtes entrains d’avancer devant un mur.

  9. Bikondom dit :

    Qui n’ a jamais changer d’avis jette la 1ere pierre a Me Oyane…

    Et soit dit en passant elle n’ a pas l’exclusivite de denoncer les tour de passe passe du pouvoir en place comme elle le fait…

    a bon entendeur…

  10. gallfano dit :

    LAGUISHIRE, mon cher compatriote. S’informer c’est ce qu’il ya de mieux pour l’exercice mental d’un bon intellectuel. Alors, je vous apprends que Me OYANE avait été exclus du PDG pour avoir refusé de cautionner le vote pour la candidature d’ALI Bongo à l’élection 2009. Cette information, tous les journaux gabonais d’investigation en ont parlés et continus de le faire. Il est juste question pour vous d’arreter de ne acheter que le journal L’UNION et la griffe, car ils ne vous apprendront rien du tout.
    Au cas ou vous l’auriez oublié, il en à été de même pour Paulette MISSAMBO, André Mba Obame, CAM et bien d’autres. Donc ce ne sont pas des arrivistes et ce sont bien ses gents là qui formaient les groupes de progressistes qu’on à appelé à l’époque dans le PDG”LES RENOVATEURS”.Et pour ZAC, peu importe qu’il a été contraint à la démission pour avoir choisi de soutenir le choix dez sa fille d’épouser l’homme qu’elle aimait que d’épouser le vieux Bongo, ce qui lui vaut bien de l’audace d’avoir tenu tête à ZEUS. Il mérite respect, contrairement à ADB qui disait que “sans Bongo, il n’est rien” ou le traitre de Paul Mba Abessole.

    De plus, honnetement les memebres de groupe “Ca suffit commeça” auraient t-ils perdus en restant au PDG? certainement on aurait retrouvé les uns(les plus jeunes) au gouvernement aujourd’hui et les autres à l’assemblé et au SENAT. Ils ont tout simplement décidé de ne pas cautionner la monarchie.

    Galffano,

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW