La huitième assemblée générale de l’Agence des cafés robusta d’Afrique et de Madagascar (Acram) a adopté, le 24 janvier à Libreville, un budget de 162 millions de francs CFA pour le compte de l’exercice 2020.

Les travaux de la huitième assemblée générale de l’Acram. © Caistab-Gabon

 

© Caistab-Gabon

La huitième assemblée générale de l’Agence des cafés robusta d’Afrique et de Madagascar (Acram) s’est achevée, le 24 janvier à Libreville, par l’adoption d’un budget et de cinq résolutions destinées à promouvoir une culture durable de ce produit dans cette région. Le budget de l’année 2020 est arrêté à la somme de 162 millions de francs CFA.

Les participants à ces assises ont approuvé des rapports des comités dédiés au genre, à la jeunesse, à la promotion et marketing, aux affaires financières. Ils ont décidé de la mise en place d’un groupe de travail chargé de l’élaboration des termes de références sur la base du projet de programme d’appui à l’autonomisation économique des femmes dans la filière café.

L’assemblée recommande également la mise en place d’une commission spéciale pour l’élaboration du projet du plan stratégique de l’Acram pour les cinq prochaines années. Par ailleurs, des réflexions doivent être menées en vue d’encourager la consommation intérieure du café robusta et sa présence sur la zone de libre-échange africaine.

Procédant à la clôture des travaux au nom du ministère de l’Agriculture, le secrétaire général du ministère, Serge Okana, a salué la pertinence des conclusions des réflexions, au regard des différentes problématiques abordées. Ces assises ont réuni divers acteurs de la chaîne des valeurs du café, issus de différents pays (Cameroun, Togo, Gabon, Ghana, RDC, Vietnam), d’organisations internationales (Acram, OIC, OIAC, CRAF) et des opérateurs de la filière. Le rendez-vous a été pris pour la 9e assemblée générale en 2021 au Cameroun.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW