Le Gabon a obtenu le 22 septembre 2019, à New York, un appui financier majeur de 150 millions de dollars (90 milliards de francs) de la part de la Norvège dans le cadre de l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi). Cet accord de dix ans fait du Gabon le premier État d’Afrique à recevoir des paiements pour la préservation de sa forêt.

Le Gabon obtient 90 milliards de francs CFA, pour la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre. © africanquarters.com

 

Le ministre gabonais de la Forêt, de la Mer, Lee White et son homologue norvégien, Ola Elvestuen ratifiant l’accord de paiement des 90 milliards de francs CFA. © D.R.

Le Gabon et la Norvège ont signé le 22 septembre, à New York, un accord financier de 150 millions de dollars (90 milliards de francs) étalé sur dix ans. Cet accord stipule que la Norvège paiera 10 dollars pour chaque tonne de carbone non émise, par rapport à la moyenne récente des émissions du pays (2005-2014). À travers cet accord le pays se donne les moyens de réduire plus de 50% de ses émissions de CO2, par rapport à 2005, d’ici 2025, en réduisant de moitié les émissions du secteur forestier.

«Je suis très heureux de ce partenariat axé sur les résultats entre le Gabon et Cafi, c’est une avancée majeure pour la REDD+ en Afrique. L’accord prend correctement en compte le statut particulier du Gabon en tant que pays à forte couverture forestière et à faible taux de déforestation. Le pays est recouvert à 88% de forêts et j’espère que notre partenariat pourra les aider à atteindre leur objectif de maintenir 98% (de ce couvert forestier) à l’avenir» a déclaré le ministre norvégien du Climat et de l’Environnement, Ola Elvestuen.

Le ministre gabonais en charge du Plan climat, Lee White, estime qu’il faut «augmenter la valeur des forêts tropicales gabonaises, afin de garantir que la conservation et l’exploitation durable puissent être utilisées comme outils pour améliorer le niveau de vie des populations gabonaises, en créant des emplois et des moyens de subsistance, tout en préservant nos trésors naturels et nos écosystèmes riches en biodiversité».

Toutefois, si le gouvernement gabonais se réjouit de cet accord, il attend toujours le décaissement de 18 millions de dollars (plus de 10,5 milliards de francs CFA), issus d’un précédent accord conclu le 28 juin 2017, entre le Gabon et la Cafi. Ces fonds sont  bloqués dans les caisses de l’AFD.

Le Cafi soutient les cadres d’investissement nationaux stratégiques et holistiques basés sur REDD+ et le développement sobre en émissions, en se concentrant sur six pays à forte couverture forestière en Afrique centrale. Il rassemble 7 bailleurs, et 7 partenaires de mise en œuvre pour mieux financer et coordonner les actions de préservation des forêts et de développement durable.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW