En marge du sommet de l’Union africaine, tenu du 9 au 10 février sous le thème “Faire taire les armes :  créer des conditions propices au développement de l’Afrique”, le secrétaire général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), Ahmad Allam-Mi, exprimé son satisfecit à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) pour son soutien au processus d’intégration en Afrique centrale.

Le Secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, et le Secrétaire exécutif de la CEA, Vera Songwe, entourés de leur collaborateur, à l’issue de la rencontre. © Communication CEEAC

 

À la faveur d’une réunion de haut niveau, le Secrétaire exécutif de la CEA, Vera Songwe, et le le Secrétaire général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), Ahmad Allam-Mi, sont retrouvés en marge du 33e Sommet de l’Union africaine à Addis – Abeba (Ethiopie). Au nom de la CEEAC et de ses pays membres, Ahmad Allam-Mi a félicité la CEA pour l’Afrique centrale pour le professionnalisme dont il fait preuve dans le soutien du processus d’intégration de cette sous-région.

Au centre de l’entretien, figurait également la vulgarisation et la sensibilisation par le Secrétariat général de la CEEAC, de ses Etats membres qui ne l’ont pas encore fait, sur la nécessité de ratifier le texte sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLecaf). Les deux personnalités ont également envisagé les modalités de coopération entre leurs organisations pour l’accompagnement des Etats en vue de l’implémentation de l’accord.

S’exprimant lors de cette rencontre, l’ambassadeur Ahmad Allam-Mi a particulièrement noté la mise en œuvre l’accord de contribution pour approfondir l’harmonisation des instruments de politique commerciale CEEAC- CEMAC –Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale-. Un projet de référence financé par l’Union européenne (UE) mais géré techniquement par la CEA. Pour Ahmad Allam-Mi, ce projet a permis d’articuler des positions de négociation communes pour la sous-région de la CEEAC, y compris la liste spécifique du bloc de biens et services à partir de laquelle les gouvernements de la sous-région s’engageront à supprimer les tarifs à mesure que la zone de libre-échange continentale prendra forme.

Il a en outre mentionné la contribution de la CEA à l’accélération du rythme de mise en œuvre des actions en vue de la réalisation d’une union douanière centrafricaine ainsi que de la constitution du groupe de travail sur la stimulation du commerce intra-africain de la sous-région.

Vera Songwe, à son tour, a marqué sa détermination à aider la CEEAC. «Nous sommes particulièrement déterminés à aider la CEEAC à passer sans heurt à la phase opérationnelle de la Zlecaf et, avec vous, nous souhaitons pousser à la ratification rapide de l’accord commercial par les États membres de la sous-région qui ne l’ont pas encore fait», a -t-elle déclarée. «Nous sommes prêts à aider davantage de pays de la CEEAC à développer leurs stratégies nationales de la Zlecaf en vue de rendre le marché commun continental rentable pour leurs économies», a-t-elle ajouté.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW