Les cours des produits de base exportés par la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), ont chuté de 6,2% au premier trimestre 2019 (T1/2019), par rapport au quatrième trimestre 2018 (T4/2018), où il se situait à 7,7%.

En dépit de la légère hausse des prix des produits non énergétiques, les produits de base affichent un net recul dans l’ensemble en zone Cémac, au premier trimestre 2019. © D.R.

 

Selon le tableau de bord de l’évolution des cours des principaux produits de base exportés par la Cemac au 1er trimestre 2019, l’indice global des cours des produits de base exportés par la Cemac a régressé de 6,2% par rapport au quatrième trimestre 2018, sous l’effet d’une chute des cours des produits énergétiques à (-8,2%).

«En effet, malgré la légère reprise de la plupart des prix des produits non énergétiques, l’indice global a été largement tiré à la baisse par les prix du gaz naturel dans un contexte de baisse de la demande. Et dans une moindre mesure par les cours du pétrole brut», indique la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac).

S’agissant de l’indice des cours hors produits énergétiques, ceux-ci ont progressé de 114,2 au T4/2018 à 116,4 au T1/2019, grâce principalement à la reprise des prix des produits agricoles (+2,7%) et de ceux des produits forestiers (+1,1%), les métaux et minéraux (+0,1%), inversant ainsi la tendance baissière observée tout au long de l’année 2018. Les cours des produits de la pêche ont quant à eux, régressé légèrement (-0,2%).

En termes de contributions, la dynamique de l’indice global des cours des produits de base a été portée essentiellement par l’indice des prix des produits énergétiques (94,4%). Selon les perspectives de la Banque mondiale, sur le marché des produits de base, il est prévu une stabilisation des cours en 2019. Les cours du pétrole devraient rester stables, autour d’une moyenne de 66 dollars le baril, compte tenu des perspectives de croissance mondiale plus faible que prévu et une hausse de la production pétrolière dans les pays non membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP). Les prix des métaux et des produits agricoles devraient connaître un redressement, pour ensuite s’accélérer en 2020, sous l’effet essentiellement du renchérissement du prix de l’or.

 
 

1 Commentaire

  1. Bikoro Ndemezo'o Albert Diddy dit :

    Comment CEMAC peut-elle réguler ses fluctuations économiques si elles ne les maîtrise pas? Au sein de la CEMAC il n’ya qu’un État qui dispose d’une économie structurée et civilisationnelle; sur quoi se base t on pour élaborer certains rztios portant sur l’export

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW