Le ministre du Travail, Madeleine Berre a procédé le 28 mars 2019, au lancement des activités du centenaire de l’Organisation internationale du travail au Gabon (OIT), sous le thème «faire progresser la justice sociale, promouvoir le travail décent».

Lancement des activités du centenaire de l’OIT à Libreville. © D.R.

 

Le Gabon a lancé le 28 mars les activités de la célébration du centenaire de l’Organisation internationale du travail(OIT), sous le thème «faire progresser la justice sociale, promouvoir le travail décent». Une occasion pour le ministre du Travail, les travailleurs et les partenaires sociaux de dresser le bilan des réalisations de cette organisation onusienne au Gabon.

© D.R.

Selon le ministre en charge du Travail, le gouvernement gabonais a fait une avancée décisive sur l’appropriation de ces notions, en les intégrant dans «le Dialogue social», cadre par excellence de la justice sociale et de la promotion du travail décent. Madeleine Berre a mis en relief quelques actions entreprises par les autorités gabonaises dans le cadre du progrès social à savoir : «le programme pour l’égalité des chances ayant pour socle la justice sociale ; la protection des droits des travailleurs et principalement les franges les plus vulnérables à travers la mise en place de l’assurance maladie et de garantie sociale ; et tout récemment l’appel au dialogue social lancé par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale».

Le secrétaire général de la Confédération gabonaise des syndicats libres (CGSL), Jean Claude Bekale, a quant à lui appelé à la lucidité des autorités gouvernementales, face à la situation de crise qui prévaut au Gabon.  «Le Gabon connaît une crise sociale accentuée, caractérisée par une précarité consécutive à la perte d’emploi, au chômage endémique surtout celui des jeunes avec en bouquet la restriction des libertés syndicales. Situation qui hypothèque in fine le climat social et favorise les tensions et des crises permanentes», a-t-il affirmé. Il n’a pas manqué d’appeler le gouvernement à accélérer la mise en place du Conseil national du dialogue social (CNDS).

Pour la directrice du Bureau-pays de l’OIT, Aminata Maïga, en choisissant ce thème, l’OIT «affirme non seulement son engagement en faveur de la reconnaissance des droits à la protection sociale en milieu professionnel, mais saisit l’occasion pour inciter les différents pays membres à s’approprier ces deux notions clefs pour un travail plus humain».

Membre de l’Organisation internationale du travail, le Gabon a déjà ratifié 42 conventions dont les 8 conventions fondamentales de cette structure onusienne, 3 sur les 4 conventions de gouvernance (prioritaires), 31 sur 177 conventions techniques. Sur les 42 conventions ratifiées par le Gabon, 37 sont en vigueur, 3 ont été dénoncées ; 2 ont été abrogées ; aucune n’a été ratifiée au cours des 12 derniers mois.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW