Invités à prendre part à la concertation politique que le président de la république, Ali Bongo Ondimba, a engagée en vue de mieux préparer le dossier de l’intégration sous régionale, notamment dans le cadre de la présidence gabonaise de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), certains partis de l’opposition ont décliné l’offre et brandissent des arguments pour rejeter cette invitation.

Jules Aristide Bourdes Ogouliguendé du CDJ - © Jean-Pierre Rougou

Alors que ces consultations des formations politiques gabonaises légalement reconnues a commencé mercredi 14 novembre à la présidence de la République, on a vite fait de remarquer, au regard de la liste qui avait été communiquée à la presse, l’absence de certains convives à cette rencontre. Les plus remarqués, puisque connus pour avoir occupé de hautes responsabilités dans le pays, sont Jules Aristides Bourdes Ogouliguendé, Pierre André Kombila, Pierre Claver Maganga Moussavou, mais aussi Louis Gaston Mayila, entre autres.

Pour ce qui concerne Me Louis Gaston Mayila, son parti, l’Union pour la Nouvelle République (UNPR), a été représenté par l’un de ses hauts responsables, Narcisse Massala Tsmaba. Il a expliqué l’absence du président de l’UNPR par un déplacement à l’extérieur du pays. Cependant, il a tenu à marquer leur adhésion à cette initiative du chef de l’État.

Ceux qui constituent le front du refus opposent à l’invite du président des arguments qui lui ont été transmis par une lettre, datée du 13 novembre 2012. En accusant réception de la lettre du président de la République, les invitant à assister à ce rendez-vous afin d’apporter leurs contributions à la vision du Gabon dans le cadre de l’intégration sous régionale, cette dizaine de formations de l’opposition réplique : «Vous avez, Monsieur le président de la République, opposé un refus catégorique à la tenue de ces assises (Conférence nationale souveraine (Ndlr)) qui vous auraient permis d’échanger avec vos concitoyens sur des questions politiques, économiques, sociales et culturelles intrinsèques à notre pays, dont l’absence de réponses fait obstacle à son développement harmonieux.»

Dans cette lettre, cosignée respectivement par Jules Aristide Bourdes Ogouliguendé (CDJ), Charles Ondo Ndong (CCDG), Augustin Ibili (EPI), Mvey Eya (Morena-Unioniste), Pierre Mpiga (PND), Daniel Yeno (PGP), Pierre-Claver Maganga Moussavou (PSD), Pierre André Kombila (RNB), David Mbadinga (UPG) et Jean Marcel Malola ( URDP), ils indiquent constater «sans doute par simple coïncidence» que «c’est à la veille d’échéances électorales que vous organisez des concertations, non sur des problèmes y relatives, mais sur des questions bilatérales voire sous-régionales (île Mbanié et Cemac), relevant exclusivement de l’Exécutif».

Ces personnalités de l’opposition gabonaise estiment que le respect et l’application des mesures prises par ceux qui ont géré ces dossiers par le passé est plus qu’impérieux. «Pour ce qui concerne les mesures d’intégrations dans la sous-région Cemac, leur respect et application prévus par ceux qui vous ont précédé sont plus qu’impérieux pour son développement et partant celui du Gabon».

«Aussi, ne voyant plus l’intérêt d’une concertation sur un agenda ne devant plus soulever de débat, mais qui aurait dû être précédé d’une mise en ordre intérieure, nous ne saurions, Monsieur le Président de la République, répondre favorablement à votre invitation tout en restant disponibles pour prendre part à la Conférence Nationale Souveraine», ont-il décliné pour réfuter l’invitation.

Toute chose qui a fait que ces personnes n’ont pas fait le déplacement de la présidence de la République dès le début des consultations.

Relevons qu’il s’est agi, pour Ali Bongo Ondimba, d’entretenir la classe politique gabonaise sur le mandat du Gabon à la présidence en exercice de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale. Une opportunité qui lui a permis de réfléchir avec ces citoyens sur la nécessité d’un passeport Cemac biométrique, la libre circulation des biens et des personnes ainsi que sur la nécessité de la mise en service de la compagnie aérienne Air Cemac. Des entretiens séparés se sont déroulés avec les leaders des partis représentés.

Le groupe du refus réclame, depuis plusieurs mois, la tenue d’une conférence nationale souveraine, initiative rejetée pour le pouvoir en place. Elle permettrait de repartir sur un nouvel élan en apportant des solutions à la crise politique qu’ils estiment que le Gabon traverse.

 
 

36 Commentaires

  1. Le Patriote dit :

    Encore la politique de la chaise vide! Est elle une stratégie sûre pour le changement?

    • Adolf dit :

      Bien dit Le Patriote. Ils se tiennent loin de tout et viennent nous raconter qu’on les empêche de s’exprimer. Un renouvellement de la classe politique s’impose car ces papy n’ont plus rien de nouveau à nous proposer. Leurs stratégies politiques datent de très loin en arrière avant même que le Gabon ne soit un pays

      • La Fille de la Veuve dit :

        @ Adolf,

        Ce renouvellement de la Classe politique que vous semblez appeler de vos voeux comprend-il aussi Ali Bongo Ondimba qui est sur la scene poltique bien avant Pierre Andre Kombila Koumba ? Ou alors ne conerne-t-il que ceux qui sont opposes aux idioties du Pouvoir etabli ?

        En toute chose, sachons raison garder. Les signataires de cette lettre qui est une fin de non recevoir ont le merite de la coherence. Pour eux, tant qu’il n’y aura pas de CNS, il n’y aura pas de dialogue possible avec le Pouvoir. Il en prenne la responsabilite. Et si vous pensez qu’ils ne represente politiquement rien dans notre pays, alors ne vous occupez pas d’eux et comme vous ainez a le chanter : AVENCEZ!

      • Angoue dit :

        YES ! Ils nous ennuient, on n’avance pas avec eux.

  2. Adolf dit :

    Rien de nouveau sous le soleil. C’est là une question qui ne concerne pas ces partis politiques là. On mange la CEMAC?!!!

  3. Mangondo dit :

    À l’époque d’Omar Bongo bien qu’étant critiqué de mauvaise gouvernance, détournement de fonds publics, de laxisme, favoritisme, clanique, mais lorsque ce dernier appelait à rencontrer la classe politique et religieuse tous étaient contents, il y a n’a même qui allait laver le corps chez les Nganga missoko, les moins connus avaient des formules très particulier se positionner au premier banc pour être bien vu, préparez un courrier le glissé discrètement au président de la République, d’autres venaient en retard pour attirer l’attention du chef de l’État… Toutes ces grimaces étaient justes pour solliciter des faveurs, des finances, des nominations.

    Avec Ali Bongo on se rend vite compte qu’une grande partie de la classe politique ne le prend pas au sérieux, peut-être pour avoir participé avec lui dans des précédents gouvernements ou l’homme a du mal à faire assoir son autorité.

    Nous sommes ébahis de voir aujourd’hui que la contestation est grande, d’où des milliers des Gabonais sont prêts à en découdre quitte à sacrifie sa vie, les leaders politiques le négligent, le ridiculisent en refusant de répondre à son appel, cette situation gravissime renforce une cassure, une unité divisée qui risque de bloquer le fonctionnement de la république.
    il est temps de refonder l’unité nationale, en appelant au rassemblement de tous les Gabonais autour d’une conférence nationale souveraine.

    • Infos juste dit :

      Je suis désolé mais l’ensemble des membres de l’opposition respecte le PR, excepté bien sûr, celui qui a été son ami, frère, confident, intime…c’est lui qui sème l’irrespect et la défiance envers le chef de l’Etat. Aussi, à l’époque d’OBO on sait pourquoi certains s’empressaient d’y aller, pour aller prendre leur part!!.Malheureusement pour certains avec ABO c’est loin d’être pareil!
      Par ailleurs, l’opposition elle même ne veut pas de leur fameuse CNS!. On leur dit un dialogue est “possible dans le strict respect des institutions en place”, ils refusent. Ils préfèrent versés dans les injures, la calomnie etc. Si la CNS les intéressait pourquoi ne revisitent-ils pas les conclusions de la première pour en réclamer le strict respect? Au lieu d’en faire une seconde qui serait tout à fait inutile?. C’est parce que la CNS ne les intéressent pas! Ce qu’ils veulent c’est le départ d’ABO, en disant: “organisez votre départ”! C’est tout à fait incongru. Ce qui les intéresse c’est le POUVOIR auquel ils veulent accéder par effraction et non la CNS, d’où leur slogan “le Gabon pour tous” parce qu’ils ne sont plus aux affaires et sont en mal de position dans la société. Ils sont obligés de faire ce tapage pour exister et éviter une “mort civile”! Qu’à cela ne tienne, ils n’arriveront pas par effraction au pouvoir, parce qu’il n’y aura pas de CNS!! La souveraineté d’un peuple s’exprime lors du suffrage universel. Qu’ils attendent 2016 pour tenter leur chance au lieu de perdre du temps, et après crier au loup!!

      • romabiko dit :

        Cher frère info juste ou vous n’aimez pas le Gabon, ou vous êtes animé d’une mauvais fois. Quelles institutions le PR veut que les gens respecte lorsque lui même était le premier à les bafouer, n’ayons pas la mémoire courte en 2009 à la cité de la démocratie alors que la commission nationale avait compilé que les résultats de l’Estuaire qui était sur tout le territoire national les seuls vrais résultats sortis des unes et qu’elle s’apprêtait à en faire autant pour les autres des huit autres provinces, la GR sur ordre d ALI qui était à l’époque le candidat du PDG mais qui en fait dirigeait déjà le pays Rose n’étant qu’un simple décoratif pour le respect de la forme avec bien sur la complicité de NDougou a fait sortir les représentant de l’opposition, et donner les résultat confectionné par le PDG ceci est vérifiable par l’absence des signatures des représentants de l’opposition à la CNE sur les procès verbaux de compilation des autres provinces. A partir de ce moment il s’attendait à quoi, les seul résultats signés par tous les représentant concernant la province de l’Estuaire montre qu’il a échoué à partir de ce moment il n’est pas à sa place mais à la place d’un autre et ce qu’il incarne comme institution ne vaut rien c’est pourquoi que ce soit dans les transport en commun dans les bars lorsqu’il y’a un débat Politique la majorité des gabonais souhaite son départ ça aussi tu peux le vérifier aujourd’hui en engagent des conversations politique dans deux taxi bus différents et deux bar différent tu me donneras raison

  4. Ayong dit :

    Nos gouvernants sont derrière l’immigration clandestine ouest africaine, mais lorsqu’il s’agit de la cemac, ils convoquent la classe politique.Comprenez vous quelque chose.

  5. Renee dit :

    La politique de la chaise vide justement ne rend pas service au peuple. Ils oublient tous qu’Ali est le chef de l’état pour le moment. J’ai vu les intolérant porter main sur MAYILA juste parce qu’ils ne partagent pas les même idées!!! De toutes les façons Le pouvoir en place les aura convié. Quel est ce pays où les brillants médecins, les brillants ingénieurs, les brillantes éminences grises se fondent dans la politique? Alors que le développement des industries et la santé dépendent de leur compétence. La sous région a besoin de la libre circulation dans tous les cas de figure, tôt ou tard. Ainsi les ingénieurs locaux feront la politique et les étrangers feront leur travail!!!!!

    • La Fille de la Veuve dit :

      @ Renee,

      A votre avis qui doit faire la politique. Ceux-qui s’inventent des diplomes et des parcours dont ils ne peuvent attester d’aucune maniere.

      La politique est le lieux ou les elites d’un pays se retrouvent pour construire son avenir. Les elites de tous les metiers, de toutes les composantes et de toutes les origines.

      Comme c’est triste de voir quel est le schema de pensee de ce regime. La politique, ce n’est pas pour les Medecins, les ingenieurs et les eminences grises. C’est pour qui alors ? Les fils de… ?

  6. lenkemberlien dit :

    Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État, travaillé avec ceux qui veulent le faire, je pense que vous avez un mandat et des objectifs à atteindre je pense que le temps des discours est passé,nous avons besoin des actes.
    will good Sir president

  7. Le Patriote dit :

    Est ce qu’il y a un paragraphe consacré à la “CEMAC” dans les programmes de société (s’ils existent!) de ces différents partis politiques?

    “Tant que la frontière camerounaise avec le Nigeria sera toujours poreuse, lui président de la republique n’acceptera pas la libre circulation au Gabon” dixit AMO. et les autres?

  8. kombilmenu dit :

    Ils ont quand même osé écrire au “Président de la République”! Bonne avancée déjà! Heureusement pour eux que le ridicule ne tue pas! A moins de considérer que par cette lettre, ils reconnaissent, enfin, qu’il y a un Président de la République. Alors, bravo les gars, encore un effort, vous apprendrez à le respecter et à reconnaître son autorité!

    • La Fille de la Veuve dit :

      @ kombilmenu,

      Pauvre Ami, d’ou sortez-vous. Jusqu’a preuve du contraire un seul parti poltique au gabon n’a jamais reconnu Ali Bongo comme President du gabon, c’est l’Union Nationale. C’est d’ailleurs entre autre l’une des raisons qui lui a valu sa dissolution. Tous les autres partis poltiques ont pris actes de ce que Ali Bongo etait le President legal du Gabon.

      Ce qui fait mal aux Energents que vous etes est que tous ont toujours affirme qu’il etait arrive au pouvoir a la suite du braquqge de l’election presidentielle du 30 aout 2009 et que de ce fait il n’avait aucune legitimite.

      Meme l’Union Nationale, en participant aux elections legislatives partielle d juin 2010 avait de fait reconnu la legalite du pouvoir, qu’il a fort justement qualifie de pouvoir etabli.

      mais cela n’a jamais suffit. Ce que demande le Rais, c’est l’Adoubement de l’Union Nationale et pour faire simple de Mba Obame, Myboto et Eyeghe Ndong.

      Mais sur ce point vous pouvez dormir tranquille. Ca n’arrivera jamais. Jamais et jamais.

  9. scho dit :

    @Le Patriote
    BIEN PARLE mon frère.
    Loin d’être xénophobe mais je partage cet avis.

  10. lisiane dit :

    Qui peut croire, sincèrement, que les quelques milliers de personnes qui ne vivent que de leur fauteuil politique, vont accepter de s’en départir pour une conférence nationale SOUVERAINE, dont on ne sait même pas comment elle devrait être composée pour être représentative des gabonais ?

  11. Dos d'anne dit :

    Pourquoi ABO ne gere til pas ce problème de la cemac avec sa légion etrangère avec laquelle il gere les finances, les investissements et achats desv biens immobiliers a travers le monde.
    nous savons tous que lorsqu’il faut dillapider l’argent du gabon abo fait appel à sa legion ( maixant, liban, abib sylla, ohayon, lee white,………ETC
    mais lorqu’il se sent acculé par Mba obame il fait appel aux enfants du pays pour aller dire aux population que la paix est importante.
    AUJOURD’hui le pdg n’est important pour abo que lorsqu’il sent l’odeur de l’opposition et la pression des occidentaux.
    MAIS QUAND TOUT VA BIEN IL MANGE DU CAVIARD AVEC SA LEGION ETRANG7RE EN L4ABSENCE MEME DU PM.
    a til appelé les pedegiste avant d’organiser la course des bateaux?
    A TIL ecouté les gabonnais avant de dillapider des centaines de millions pour inviter l’equipe du portugal?
    A til ecouté les autres vavant d’acheter un ranche en afrique du sud?
    A til parler avec henry Minko avant d’aller au rwanda voir kagamé?
    A til parler à kassa mapsi avant d’achetter l’hotel à paris?
    A TIL consulter les intellectuels avant de decider de l’anglais à la place du tsogho?
    FELICITATION à ogouliguendé, kombila, maganga et les autres.

  12. lenkemberlien dit :

    Bonne serie de question cher frere, mais je pense que tu es intelligent pour comprendre que 2016 est proche que les gabonais doivent etre patient enfin de demander au president de la republique les comptes.
    Je pense que il est temps de penser l’apres Ali Bongo.Reflechire comment acceder au pouvoir je crois que une nouvelle generation doit prendre la gestion du pays en main, le combat n’est plus de dire que il a été mal ou bien elu, mais de savoir comment faire pour que le pouvoir de plus de 46 ans change de camps.

    • Infos juste dit :

      Il y a des pouvoirs qui ont duré plus que cela dans certains pays! Quant à moi, je refuse le départ d’Ali BONGO, si c’est pour les fascistes de l’ex UN. Sinon bonjour à la violence et à la véritable DICTATURE! Ouvrez les yeux bon sang!! et arrêtez de stigmatiser l’autre parce qu’il s’appel BONGO! ça suffit avec le délit de patronyme, il n’est pas son père et il travail le pays qui va de succès en succès, aussi bien au niveau national qu’international, la voie du Gabon compte! Il serait peut être temps de le reconnaître!!

  13. juste penseur dit :

    Ces personnalités de l’opposition gabonaise estiment que le respect et l’application des mesures
    prises par ceux qui ont géré ces dossiers par le passé est plus qu’impérieux. «Pour ce qui
    concerne les mesures d’intégrations dans la sous-région Cemac, leur respect et application
    prévus par ceux qui vous ont précédé sont plus qu’impérieux pour son développement et
    partant celui du Gabon».
    Vraiment vraiment dure dure de faire de la politique et de ne compter que sur cela pour s’elever, ils reconnaissent Ali comme president deja et que puis est “imperieux qque ce qui precedent Ali reviennent au affaires”, meme pas de nouvelles personnes , umh vivons a reculons, majorite et opposition ne plaident tous que pour eux et leur proche certainement pas pour delibrer le peuple.
    Observons tres peu nous en saurons d’avsntage
    Les vrais savent..

  14. lenkemberlien dit :

    Reply je pense que nous devons tous être serieux dans l’analyse de la situation politico-ecnomique et sociale de notre pays je crois que nous avons tous les larmes aux yeux. Notre très beau pays le Gabon ne mérite pas le sort qui lui est réservé par un groupe de personne qui ont décidé de faire du Gabon le Wagon de l’Afrique avec toutes les richesses et autres potentiels, etc..
    Mais je crois que même la nature à des lois et c’est pas un groupe de personne qui depuis plus de 45 ans vont continué à gérer le Gabon une épicerie du quartier, de grâce.
    C’est une génération des personnes qui ont pourri le pays dans tous les secteurs de la vie; tant sur le plan moral avec la présence des sectes pernicieuses qui font la pluie et le beaux temps et nous savons le génocide que cella a entrainé dans la société gabonaise, bilan dépravation des us, détournement de finances publique, enrichissement sauvage,etc…
    je crois que mi les membres de l’ex-1 ou encore le pouvoir en place ne sont pas capables d’apporter une solution aux gabonais.
    Je pense y’a pas des leaders capables de proposer au peuple un véritable programme de société pouvant à aboutir au changement ou à l’alternance politique.
    pour le moment je crois le temps est arrivé bien sur pas avec les responsables du génocide économique que le Gabon a subi depuis prés de 46 ans, mais la nouvelle génération des femmes et des hommes responsables et conscients qui n’ont pas le virus de la mal gouvernance politique, économique, et sociale du pays car le Gabon d’abord a pros souffert.
    L’année 2016 sera une année de Grand Bouleversement pour le Gabon, une nouvelle Génération est prête pour est le vecteur de l’Alternance politique au Gabon.
    Que Dieu garde et protégé le Vert Jeune et Bleue.
    N’oublier pas que l’Histoire n’est que le renouvellement des événements qui se sont passés dans antériorité.

  15. fridrisch dit :

    Au Gabon on a des faux opposants, ils vont l’opposition des postes et non pour les interets du peuple qui parlent. on invite les gens on dit on ne prend pas part, mais avec vous ou sans vous la racontre s’est bien passée. pitie de vous,

  16. Eric Nguema Mba dit :

    On an surtout l’opposition la plus bête du monde. Franchement, voilà des gens qui ont une occasion d’aller dire leur quatre vérités à ABO et à lui demander “face à face” de convoquer ensuite une concertation sur la vie politique nationale dans les jours qui suivent et ils préfèrent jouer les bravaches en ne répondant pas à l’invitation.
    Ils ont même oublié qu’au village on nous enseigne qu’il faut savoir “refuser une commission mais pas un appel”.

    En faits, ils sont coincés! Ils se sont fermés toutes les portes. Si j’en crois certains de leurs proches sur le web, même les chanceleries étrangères ne veulent pas les suivre.
    Conclusion: Incapable de renverser OBO par rue. Incapable de négocier. Ils sont comme des loins en cage.
    Tout cela pour le malheur du Gabon car ABO doit absolument avoir une opposition digne, forte et crédible pour notre bien à tous.

  17. J'accuse dit :

    Attendez juste quelques questions à ceux qui critique les opposants qui n’ont pas répondu à l’invite d’Ali Bongo

    -quand Ali BOngo a modifié la constitution a t-il invité l’opposition à une consultation?
    -quand Ali Bongo crée des agences a t-il consulté l’opposition?
    -quand Ali Bongo octroie un marché faramineux à Olam a t-il encore une fois consulté l’opposition?
    NON!!!!

    Donc cet invite ressemble à de la moquerie, ceux qui y vont n’ont rien compris à la Politique et je les renvoie à leur étude!
    Bandes de rigolos

    • Infos juste dit :

      Mais mon cher si le PR consulte l’opposition sur tout les sujets qui engage son projet de société, à ce moment ce n’est plus lui qui gère, mais la majorité et l’opposition, et là on entre dans un système autocratique, au lieu d’un système démocratique! Or la CEMAC, c’est l’intégration sous régional donc c’est au dessus des seuls intérêts du Gabon, il est donc normal qu’il n’y ait pas un seul son de cloche! N’est-ce pas vous qui n’avez rien compris à la politique et qui devez repartir à vos études?

    • DE LA COTE dit :

      Vous avez entièrement raison

  18. STEEVE GLAIVE NGOMA dit :

    vraiment les Gabonais de l’étranger m’amuse avec leur réflexion tordu et souvent vide de sens, moi je vis la réalité du pays et je suis PDG, franchement les partis politique qu’Ali a reçu à la présidence de la république représente quoi sur l’échiquier politique nationale? Mouang Mabik et bien d’autres, incapable de reunir 500 personnes,aucun élu depuis lors création, et vous appelez ça parti politique, Ali doit faire profil bas et discuter avec celui qui est sorti 2 ème ou 3 ème c’est selon de l’élection présidentielle de 2009. M.André MBA Obame il est le seul opposant Gabonais en ce moment à reunir des foules. Mieux qu’Ali lui-m^me. je vous rappel que je suis pédégiste et fière de l’être mais soyons honnête avec nous-même. merci

    • Infos juste dit :

      @Steeve Glaive Ngoma, premièrement je doute de votre appartenance au PDG. Secondo, je vous rappel que certains qui ne sont pas parti ne pèsent pas également politiquement (Pierre Andre Kombila, Myboto et biens d’autres dont on ignore même les noms). De plus, André Mba OBAME c’est un mythomane. En réclamant une pseudo victoire en 2009, lui a permis de survivre politiquement, c’est pourquoi il accroche ses militants sur cette base. Aussi, il veut faire croire au gens qu’il n’y a que lui qui peut renverser le pouvoir pour avoir été au coeur de celui d’OBO qu’il dénonce curieusement aujourd’hui. Depuis 2009, c’est un spécialiste du folklore avec son histoire de “on dit tout”. Comme il sait que les Gabonais sont friands de Kongossa. C’est tout ce qui attire les militants, car assister à un de ses meetings est un bon divertissement, pour avoir de quoi raconter au quartier! Depuis 2009, pouvez vous me donnez une proposition concrète (hormis la blague d’une CNS bis) donné par AMO?. Peut-on même lui soupçonner un semblant de projet politique, si ce n’est celui d’accéder au pouvoir? Pourquoi le PR ferait-il profil bas, alors que c’est lui qui gouverne? Pensez vous réellement qu’en terme de vision politique AMO constitue une alternative crédit pour quelqu’un qui depuis 3 ans n’a manifesté aucune ambition politique d’envergure, excepté celle d’accéder au pouvoir? Je pense que vous devez réfléchir à 2 fois, avant de nous débiter vos inepties!!

  19. juste penseur dit :

    A Steeve glaive
    Deux assertions qui n’ont pas leur place lors des echanges comme ceux-ci : la premiere porte sur Les freres residants a l’etranger dont vous pensez connaitre et vivre mieux le pays ignorant Les raisons qui amenent ces gens a se retrouver a l’etranger. La deuxieme est celle qui a trait a votre position de pdgiste vs seul vs souviendrez des circonstances de votre adhesion a cette formation politique.
    Sur cette toile nous initions des debats sans prise de position c’est le pays que nous discutons nous savons tres bien qu’aucun des ces acteurs n’est a la hauteur opposition comme majorite nous esperons de nouveaux acteurs alors gardez vous de soutenir l’un de ces freres macons si vs etes reelement pdgist.

  20. kevazingo dit :

    La seul chose que je peux dire en ce qui concerne les critiques acerbes sur les opposant est qu’on ne lance des pierres sur des arbres qui produisent.Si vous faites tout un tas à cause de leur absence ça veut dire ce que ça veut dire.Meme le sg du pdg a reconnu la valeur d’amo.Reconnaissez le ce cinéma de concertation ne ressemblait à rien avec leur absence!

  21. demain un jour nouveau dit :

    Rencontre sans interets car tout ce dont ils ont discute: passeport biometrique, libre circulation des biens et des marchandises sont déjà appliques en Afrique de l’Ouest dans la zone UEMOA et nous constatons bien que les economies de ces pays progressent. La croissance economique en zone UEMOA est bien plus forte qu’en zone CEMAC (hors revenu du petrole), la zone UEMO produit bien plus de biens et de service que la notre, la bourse d’Abidjan(bourse regionale) est bien plus active que nos 2 bourses confondues (douala et lbv). Nous voulons developper notre agriculture: comment et ou allons nous trouver la main d’oeuvre agricole? Nous devons construire 5000 logements par an ou allons nous trouver les 5000 peintres, macons, plombiers, electricien, charpentier, menuisier? Nous vouloins devenir des gros producteurs d’hevea (caoutchouc) et d’huile de palme (tant pis pour les effets nefastes sur notre ecosysteme) ou trouverons nous les techniciens et planteurs,Si ce n’est grace a la Main d’oeuvre etrangere. La libre circulation ne signifie pas l’invasion etrangere.. A moins que l’on pense que ceux qui ont redige les textes de la CEMAC n’ait pas pris en compte tout ses parametres ou alors ces risques (c’est selon votre approche ideologique).

  22. justice dit :

    Avez vous suivi Gabon Telvision hière,il y a quelque fois ou je suis heureux de voir que cette chaine soit sur le cable.
    Maitre Denise Mekamne a été incaple de donner son sentiment sur la légion étrangère qui entoure le PRESI.On lui fait comprendre la violence que nous déplorons tous aujourd’hui dans le débat politique,est l’expression des fustrations que vivent les Gabonais tous les jours.la fustration est grande,il font semblant d’etre aveuble par ce qu’il considère le gabon comme un gateau qu’ils ne veulent pas partager.
    Ce qui est arrivé à Mayilla peu arriver à tout le monde

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW