Alors que le ministère de l’Intérieur poursuit les opérations liées à l’enrôlement des électeurs, le Centre gabonais des élections (CGE) vient d’achever le processus de désignation des 99 démembrements locaux. Reste à publier la liste. 

© Gabonreview/Shutterstock

 

La publication de la liste des responsables des commissions électorales locales et de ses adjoints est imminente. Selon des sources généralement bien informées, un grand nombre de magistrats a encore été appelé à les diriger, même si la recherche de la diversité est manifeste.

Depuis sa mise en place à la mi-mai, le Centre gabonais des élections (CGE) s’est méthodiquement organisé. Dans un élan commun, les membres de cette institution ont également pris part à des réunions hebdomadaires à la Cour constitutionnelle, aux côtés des membres du gouvernement concernés, à savoir le ministre de l’Intérieur, celui du Budget et celui des Relations avec les Institutions constitutionnelles.

De plus, le gouvernement vient, dans la Loi des finances rectificative, de leur accorder près de 48 milliards de francs, dont la moitié devra servir à l’organisation des élections législatives d’août et septembre prochains. Dans le même temps, Moïse Bibalou Koumba et les autres membres du collège poursuivaient leur réflexion sur la désignation des responsables de 99 commissions électorales. Ces réflexions sont terminées, et il ne reste plus qu’à l’annoncer officiellement.

Selon des «sources proches du dossier», cette annonce devrait intervenir au début du mois de juillet prochain. «Les responsables du CGE savent que le processus lié aux prochaines élections doit se faire en toute transparence», souhaitent des observateurs de la vie politique gabonaise.

 
 

3 Commentaires

  1. Cédric ALLOGO dit :

    Encore des magistrats pour diriger les opérations électorales ? Oh ! Trop, c’est trop.

  2. Cédric ALLOGO dit :

    Dans ce pays, il y a des administrateurs civils, des enseignants et même des journalistes. Pourquoi ne pas les appeler à diriger eux aussi les commissions électorales locales ?

  3. Valéry Ismaël GODELET dit :

    Les magistrats ont cette réputation d’être corruptibles à souhait ? On ne sortira donc jamais de la galère électorale.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW