Le Centre Mberi sportif (CMS) risque un forfait pour le match retour du 1er tour préliminaire de la Champions league africaine, contre Elect Sport, prévu le 26 août. Le club a besoin de 20 millions de francs CFA pour rallier N’Djamena. Dans cette interview, le président du CMS explique la situation.

Bosco Alaba Fall, président du CMS. © Facebook

 

Gabonreview : Il se dit que le CMS aurait des difficultés à se rendre au Tchad pour le match retour contre Elect Sport. Qu’en est-il exactement ?

Bosco Alaba Fall : Nous faisons effectivement face aux difficultés financières pour notre déplacement sur N’Djamena pour aller disputer le match retour du 1er tour préliminaire de la Champions league africaine. La situation est due au fait que l’État refuse de nous accompagner, parce qu’il est question traditionnellement, que l’État observe toujours la pratique d’usage de contribuer au paiement des billets d’avion des équipes engagées en compétition africaine. Depuis l’an passé, nous n’avons pas été accompagnés par l’État, en ce qui concerne Mangasport, AS Pélican et CMS.C’est vrai que l’ardoise est importante, mais vous voyez comment ils mettent en déséquilibre notre budget. C’est ce qui fait que c’est difficile pour nous de rallier N’Djamena. Toutefois, si les négociations que j’entreprends aboutissent, on verra. Je suis actuellement en négociation avec une compagnie dont je tairai le nom. Si elle accepte de prendre 60% des billets, le déplacement aura lieu. Dans le cas contraire, ça va être difficile pour nous sauf miracle de dernière minute. Mais on est là, on se bat. Croisons les doigts.

Quelle est la somme exacte que nécessite le déplacement de votre équipe ?

En règle générale, la délégation compte 25 personnes. De tous les devis que nous avons pris de gauche à droite, le moins couteux est à 20 millions de francs CFA. Les autres charges liées à l’hébergement, la restauration, le transport sur le lieu relèvent de notre responsabilité. On a simplement besoin que l’État réponde à sa charge républicaine.

Mais ce qui nous gêne, c’est que nous avons préfinancé les précédents déplacements. Ils nous ont demandé de préfinancer l’édition précédente de la Coupe de la Confédération africaine de football, au Malawi et au Maroc. Le directeur général des Sports m’avait dit : “Monsieur Alaba, préfinancez, on va vous rembourser les deux déplacements”. Et je l’ai fait. Malheureusement, jusqu’à ce jour, personne ne me répond. C’est ce qui est gênant. Si en retour on vous donne au moins des explications, c’est mieux. Mais personne, je n’ai plus d’interlocuteurs en dehors de la Fédération qui nous appuie, à travers des correspondances adressées au ministre pour tirer la sonnette d’alarme.

Quelle est l’autorité censée financer ce déplacement ?

Dans la pratique d’usage, c’est à l’État par le biais de la Fédération. Puisque c’est le ministère qui donne les moyens à la Fédération et celle-ci les rétrocède aux clubs. Donc c’est à la tutelle qu’incombe cette charge. Malheureusement depuis deux ans que nous sommes engagés en Coupe d’Afrique, nous n’avons rien reçu. La situation est identique pour l’AS Pélican qui est engagée en coupe de la CAF.

Avez-vous entrepris une démarche auprès de la tutelle ?

Nous n’avons aucune réponse claire. Le ministère reste muet sur la question, en dépit de nos nombreuses correspondances adressées à Alain-Claude Bilie-By-Nze et à son successeur. Personne n’a daigné me répondre ne serait-ce qu’avec une plume. À ce niveau franchement, c’est le silence total.

Comment entrevoyez-vous l’avenir.

On continue de se battre. Ce n’est pas un déplacement par voie terrestre. Les places en avion coûtent cher. Et il faut les réserver à temps. On lutte, peut-être qu’il y aura une évolution. Dans le cas contraire, on va déclarer forfait.

Interview réalisée par Jean-Thimothé Kanganga

 
 

1 Commentaire

  1. moundounga dit :

    Bjr. démission ou fin du foot au Gabon nous n’en somme pas loin. Je vous dis la situation est CATASTROPHIQUE!!! c’est pas possible. Amen.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW