Les responsables de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), qui se veut plus proche de la population, ont décidé de l’ouverture au public, le 11 juin 2012, d’une délégation provinciale de l’Estuaire en vue de décongestionner les services de sa direction technique située au quartier Montagne Sainte, dans le 3e arrondissement de Libreville.

Direction Provinciela de l'Estuaire de la CNAMGS à Libreville

Mise en place en 2007, la CNAMGS, régime obligatoire d’assurance maladie et de garantie sociale, ayant pour objectif de soutenir la population gabonaise dans ses dépenses de santé, entend, de ce fait, mieux se déployer dans la province de l’Estuaire. Ainsi, cette délégation provinciale se localise au centre-ville de la capitale gabonaise, derrière les locaux du PMUG. Elle aura à assurer les services d’immatriculation qui, jusqu’alors, s’effectuaient à Montagne Sainte.

On note également avec cette ouverture au public, la délocalisation des services de la direction des recouvrements et du contentieux (DRC). De plus, pour mieux orienter ses assurés dans cette opération, comme pour tout autre renseignement, la CNAMGS a mis à disposition un numéro facile : le 8889, disponible à tout moment.

A travers ses missions qui sont de deux ordres, notamment la garantie de la couverture maladie à l’ensemble de la population gabonaise, et l’assurance du service des prestations familiales aux Gabonais économiquement faibles (GEF), qui perçoivent des allocations familiales, une prime de rentrée scolaire et une prime à la naissance sous forme de layette, la CNAMGS vise finalement à atteindre trois objectifs principaux : l’amélioration de l’accès aux soins de santé, la contribution à l’amélioration de l’offre de soins et la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Récemment, les responsables de cette structure ont donné de la voix, à travers une conférence de presse, en vue fustiger le comportement de certaines personnes qui procèdent aux fraudes dans cette opération «salutaire» pour de nombreuses personnes économiquement faibles.

Ce fut une action certes de mise en garde, mais surtout de pédagogie visant à présenter à la population le bien fondée d’une assurance maladie et les dangers que constituent les fraudeurs pour ce système. Car, comme avait relevé le Docteur Ndong Youssouf, directeur du Contrôle médical et de la lutte contre la fraude à la CNAMGS, «la fraude à l’assurance maladie est une «gangrène» qui peut compromettre, à très court terme, tous les efforts consentis par la collectivité nationale pour mettre en place ce système d’assurance maladie».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW