La direction générale de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) a annoncé, le 24 janvier, l’entrée en vigueur du décret du 22 décembre 2016 fixant les taux, l’assiette des cotisations et le plafonnement des salaires soumis à cotisation au Régime obligatoire d’assurance maladie et de garantie sociale.

Les cadres de la CNAMGS entretenant les assurés sur leurs préoccupations. © Gabonreview

 

Le Conseil des ministres du 14 décembre 2016 avait adopté le projet de décret fixant les taux, l’assiette des cotisations et le plafond des salaires soumis à cotisation des travailleurs des secteurs public, privé et parapublic au Régime obligatoire d’assurance maladie (Roam) et de garantie sociale. Ce décret, selon un communiqué de la direction générale de la CNAMGS, est applicable depuis le début du mois de janvier.

La direction générale de la CNAMGS rappelle également que ce décret vient abroger le décret du 2 mars 2015 qui prévoyait des paramètres transitoires applicables jusqu’à ce jour, à savoir : le taux de cotisation des employeurs : 4.1% ; celui des employés : 1%  tandis que le plafond des salaires était fixé à 2.500.000 francs CFA.

Avec la prise d’effet, à compter du 1er janvier 2016, du décret susmentionné, par Arrêté du 29 décembre 2016, les nouveaux taux, l’assiette et le plafonnement des salaires soumis à cotisation se présentent ainsi qu’il suit : le taux de cotisation de l’employeur du secteur public est fixé à 5%, celui des secteurs privé et parapublic à 4,1%. Le taux de cotisation des employés de ces secteurs susmentionnés est respectivement fixé à 2,5% et 2% tandis que le plafond des salaires mensuel demeure à 2.500.000 Francs CFA.

Pour rappel, ces nouvelles dispositions découlent des conclusions rendues le 25 août 2015 par la Sous-commission technique «CNAMGS et Sécurité Sociale» mise en place par le Gouvernement, à l’occasion du dialogue social consécutif à la grève générale illimitée de l’Organisation des employés du pétrole (Onep) de décembre 2014.

Il ressortait alors que de nouveaux paramètres de financement de l’assurance maladie obligatoire étaient proposés par les partenaires sociaux et les experts réunis au sein de cette sous-commission, en vue de garantir la pérennité de chaque fonds contributif de l’assurance maladie obligatoire et partant de la CNAMGS. Pour en savoir plus, visiter le site web www.cnamgs.ga.

 
 

10 Commentaires

  1. Encore des grèves a l’horizon… Alors qu’avons nous fait pour être assujetti de tous les maux?

  2. diogene dit :

    Si je sais compter, les salariés voient leur taux augmenter de deux fois et demi (x 250%) et les patrons un peu plus d’un cinquième (x 21,9 %), bel exemple d’égalité des chances…
    Et ce plafond, si bas que les gros salaires ne sont pas soumis finalement aux cotisations sociales ou seulement pour une quantité négligeable. Bel exemple de solidarité…
    Les plus démunis sont affligés d’une double peine : salaire bas , prélèvements hauts !
    De plus, n’y a t il pas de causes ou de justifications à donner pour expliquer ce pillage de ressources du petit peuple ?
    Si , la corruption, les détournements et la gestion chaotique de nos institutions sociales qui sont des sources de fonds à la maffia locale.

  3. OKAZAKI dit :

    Une grêve générale s’impose! on ne peut pas tout le temps combler les trous de l’Etat incapable de tenir ses engagements! Si l’Etat reversait ses cotisations à la CNAMGS on en serait pas là! y’en a marre d’engraisser nos bourreaux

  4. Gabon revient à Jesus dit :

    Quant est ce que vous allez comprendre que la solution à ce pays c’est Jésus Christ de Nazareth. Les habitants du Gabon doivent se repentir et se tourner vers le Dieu vivant Jésus Christ. Du plus grand au plus petit. de tous corps de métiers. du plus petit au plus grand voleur.

  5. Mbonga la Future Exilée dit :

    Tous d’accord pour la Grève Générale !!! Ras le bol de subir les conséquences de la mauvaise gestion du pays par des délinquants financiers! On voit bien le train de vie mené par les responsables et hauts cadres de cette foutue boîte y compris les recrutements outranciers qui y sont opérés. Jusqu’à quand les pauvres salariés vont ils payés?? La classe dirigeante actuelle est incapable de porter haut le flambeau d’un pays si peu peuplé mais colossalement riche ! I’m ashamed of you ( j’ai honte de vous)!!

  6. Acounamatata dit :

    Tout simplement pathétique, c’est la forme déguisée de diminution des salaires que le Premier Ministre n’a pas eu le courage d’annoncer publiquement aux gabonais. Que les gabonais se préparent à plus de fermeture d’entreprises et surtout à plus de licenciements.

  7. drake dit :

    lorsque le Seigneur voulait libérer le peuple d’ISRAEL d’EGYPTE,il a commencé à frapper le pays de plusieurs maux,mais pharaon demeura toujours incrédule et les maux s’amplifiaient de jours en jours

  8. drake dit :

    la situation actuelle du Gabon ressemble à celle décrite dans le chapitre biblique de EZECHIEL 12

  9. lepuant dit :

    Il n’y a qu’une seule solution pour sursoire et faire en sorte que ce décret soit annulé : C’EST LA GREVE GENERALE ILLIMITEE DANS LES ENTREPRISES DU SECTEUR PRIVE .
    Il faut que toutes les entreprises fassent pression aux centrales syndicales pour leur signifier le mecontentement .
    Le temps d’etre passif et de préter le flanc est révolu . Nous allons continuellement enrichir les memes et qui n’ont aucun respect pour la majorité des gabonais .

  10. mimie dit :

    Bonjour,
    je veux comprendre pourquoi on me prélève plus de 2.5 (environ 2.9)de mon salaire de base pour la CNAMGS?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW