Nostalgique de l’unité de l’opposition autour de sa candidature lors de la présidentielle d’août 2016, l’ancien challenger d’Ali Bongo a appelé, mercredi, à la reconstruction de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), notamment en vue d’imposer la déclaration de la vacance du pouvoir au sommet de l’État.

Jean Ping veut faire renaître la dynamique d’août 2016, notamment avec Guy Nzouba Ndama et d’autres membres de la CNR. © twitter/rfiafrique/

 

Jean Ping, le 10 avril 2019, à Libreville. © D.R.

Moins de trois semaines après sa dernière allocution au cours de laquelle il avait renouvelé son appel à l’union des Gabonais, Jean Ping est revenu à la charge, mercredi 10 avril. Mais cette fois, l’appel de l’opposant vise des cibles précises : ses compagnons de la présidentielle de 2016, dont certains se sont peu à peu détachés de lui, à l’instar de Guy Nzouba Ndama, leader d’une nouvelle coalition.

En froid avec certains de ses anciens soutiens, Jean Ping reconnaît désormais publiquement des «divergences d’opinions» au sein de la CNR qui, selon lui, «sont nées notamment de la participation ou de la non-participation de certains [membres] aux dernières élections législatives et locales d’octobre 2018». Pourtant, cinq mois après ces consultations, le leader de la CNR assure que «ces divergences, elles peuvent être surmontées». Aussi, appelle-t-il à «rétablir la dynamique unitaire définie le 16 août 2016».

Pour l’ancien candidat à la dernière présidentielle, la reconstruction de la CNR est un «impératif», visant notamment à «protéger les intérêts premiers des Gabonais lorsque leur avenir s’emplit d’autant d’incertitude et de désespoir» que depuis le début des ennuis de santé d’Ali Bongo. Or, fait-il remarquer, «le pouvoir usurpé est vacant. Ali Bongo Ondimba, en raison de son état de santé, ne peut plus assumer ses charges ; et le Gabon est sans avenir».

Sur cette lancée, le leader de la CNR a appelé «les tenants du pouvoir, à savoir, le Gouvernement, l’Assemblée Nationale, le Sénat, la Cour Constitutionnelle. A chacun de prendre ses responsabilités devant Dieu et devant l”Histoire pour la déclaration de la vacance du pouvoir dans l’esprit de la Constitution».

Plusieurs leaders de l’opposition ont répondu à l’appel de Jean Ping, à l’instar de Zacharie Myboto (Union nationale), Alexandre Barro Chambrier (Rassemblement pour la Patrie et la modernité), Richard Moulomba Mombo (Arena), etc. Conscient de ce que sa coalition s’est aussi effritée sur les réseaux  sociaux, le chef de file de la CNR a également invité les internautes acquis à sa cause au «dépassement de soi» et à «s’aligner sur cette dynamique d’unité retrouvée».

 
 

7 Commentaires

  1. Mimbo dit :

    Ah oui,Jean Ping confirme que Ali Bongo et lui sont de même niveau mental.Il prend les gabonais (myboto et consorts)pour des crapauds et lui le scorpion.

  2. Le paysan dit :

    La monotonie… les messages se ressembles et l’attente devient très longue et trop gênante.

    • Julien dit :

      Alors la solution c’est quoi, d’après toi ? Aller dans les rues pour se faire massacrer par ce régime sanguinaire ? Un peu de sérieux mon ami. Jean Ping est un fin diplomate que beaucoup de gabonais ne comprennent pas toujours. Avec lui, le temps est certes long. Mais COMM dit si bien l’adage: rien ne sert de courir…

  3. Mebiame Claude dit :

    Pourquoi nostalgique ?

    Je dis hein, vous ne voulez pas la libération du Gabon ?

  4. Barbe dit :

    M. JEAN PING, il ne s’agit plus des discours, il est temps de passer aux actes pour chasser ces imposteurs qui sont en ce moment en faiblesse de force, leur force n’est plus à 100%, même pas 50% c’est une petite poignet de personne étrangère il faut passer par force et la France interviendra pour trancher l’affaire, mon Dieu quels sont les lideurs politiques que nous avons? nous attendons l’étincelle pour agir vous serez surpris.

  5. LES CRAPEAUX dit :

    Qu’ils sont tous cons ces néo-opposants, ils se comportent toujours comme des profito-situationnistes de la moindre occasion qui se présente à eux.

    Des vrais incapables qui cherchent le pouvoir pour enterrer définitivement le Gabon.

    Incapables d’une démarche cohérente et structurée pour mener des actions pour prendre un pouvoir à terre.

    Vous me faites tous pitié. A dire que les gabonais avaient cru à cette bande de rigolos.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW