Entré au gouvernement en mai 2018, Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, longtemps considéré comme un «opposant radical», s’est mué en «opposant modéré» et semble l’assumer. 10 jours après avoir appelé à la construction d’une majorité d’idées, le président de l’Union et solidarité (US) a invité, ce 22 juillet, l’opposition à «dépasser les pleurs et les injures».

Pour Moukagni-Iwangou, l’opposition doit réactualiser son combat. © Moukagni-Iwangou

 

Conformément à son nouveau positionnement politique, depuis son entrée au gouvernement en mai 2018, Jean de Dieu Moukagni-Iwangou a adressé une invite à ses anciens frères d’armes de l’opposition modérée. Dans un post sur sa page Facebook, le 22 juillet, le président de l’Union et solidarité (US) a appelé ces derniers à «dépasser les pleurs et les injures».

Estimant que son appel à la construction d’une majorité d’idées, le 12 juillet, a produit «l’effet catharsis» attendu de la part de sa famille politique, il note que l’opposition est systématiquement hostile à toute remise en cause. «Elle recycle les remords, et entretient un rapport à l’émotion qui la conduit à ne pas regarder l’avenir», note Moukagni-Iwangou pour qui la recomposition du paysage politique s’opère maintenant. Alors que les doutes sur la capacité d’Ali Bongo à gouverner persistent et que beaucoup considèrent qu’«Ali Bongo a un double», le président de l’US se positionne en défenseur du président de la République en taclant l’opposition. «Elle est réduite aujourd’hui à la bataille des sosies», croit-il savoir.

Il considère que cette bataille des sosies est le refuge de cette opposition, pour, dit-il, «s’être refusée hier, à l’appel des sans-grade, d’apporter sa part, et de peser dans l’œuvre de relecture de la loi fondamentale». Même s’il a brillamment échoué lors des dernières élections générales, il est sûr de compter dans le paysage politique gabonais et se permet quelques conseils. «Pour porter une alternative valable pour le pays, l’opposition doit sécher ses larmes et remettre l’ouvrage sur le métier», a-t-il suggéré. Invitant l’opposition à dépasser les pleurs et les injures, il l’invite à actualiser son «combat historique (…) aux exigences de la modernité».

Dans cette optique, Moukagni Iwangou l’incite à s’approprier des débats autour de la zone de libre-échange continentale, l’agenda 2063 sur la renaissance africaine, la digitalisation des procédures et les équilibres environnementaux. «C’est par notre capacité à nous approprier ces instruments que nous serons les dignes successeurs de nos illustres devanciers», a-t-il imaginé. Pour lui, il faut repartir vers les Gabonais et «les mobiliser à un idéal de société, et non à une société idéale». «L’idéal n’est pas de ce monde», soutient celui qui semble désormais défendre de nouvelles idées et qui dit se rappeler que «le combat politique est un dépassement de l’épreuve de l’affliction». «J’incline à penser que c’est par les idées que nous allons renouveler notre pays, avec en prime le respect de nos différences», a-t-il défendu. Ses anciens frères d’armes apprécieront.

 
 

11 Commentaires

  1. Boucka BOUCKA BOUCKA dit :

    Mr le Ministre, je me demande si vous êtes bien placé pour donner des leçons à vos anciens amis, êtes vous le seul à penser à la renaissance de l’Afrique? c’est un sujet que vous ne maîtrisez pas et le débat est ailleurs! pensez vous réfléchir à la place de temps de gabonais qui ont refusé l’abdication? A Mouila les gens n’ont pas oublié et n’oublierons jamais car pour eux vous n’êtes plus du même monde politiquement, êtes vous sûr que toutes ces personnes qui sont arrêtées tous les jours n’ont pas d’ambitions pour l’Afrique? vous vous trompez de débat Mr MOUKAGNI et pour nous vous êtes à jamais disqualifié car la renaissance africaine n’aura pas pour but la mise à l’écart de plus de la majorité de ses enfants, ce qui est le cas actuellement et ce sont des personnes comme vous qui freiner cette Afrique dont chacun de ses enfants rêve à savoir celle où le débat démocratique sera la règle, où chacun pourra profiter de ses biens faits, de ses richesses si abondantes c’est dommage car vous avez choisi la minorité qui s’est exprimée en aout 2016 au détriment de la majorité qui n’abdiquera point jusqu’à la victoire!! LE GABON OU LA MORT NOUS VAINCRONS!!!!

  2. Paul MOMBO dit :

    Bonsoir cher bouffe-cadeau. Tais-toi et bouffe. Arrête tes appels du pied à Ali pour qu’il ne te vire pas au prochain remaniement.

  3. Itsiembou dit :

    Bsr Mr le ministre, on t’attend le 10 août aux élections partielles à Mouila où vous y étiez candidat. Le scolaire va attirer notre attention.

  4. Nkoghe Paul dit :

    Ça fait plus de 50 ans qu’on nous chante cette chanson. Juste pour nous endormir. Mr Moukagni-Iwangou Jean de Dieu, broutez l’herbe la où vous êtes attaché. Et laissez ceux qui veulent la liberté se battre pour obtenir cette liberté SVP.

  5. Paul Mba dit :

    Un déchet reste un déchet Mr Moukagni. Cachez-vous, vous ne sentez pas bon.
    A toute l’opposition et toute la résistance (jusqu’à la diaspora), je dis ceci : vous voulez qu’on CHASSE cette dictature de notre pays ? Il y a LONGTEMPS qu’on aurait déjà réussi si et seulement si nous étions UNIS. Il n’est pas encore TROP TARD.

    Laurence Ndong – Père Paul Mba – Dr Menguere (de BDP) – Messir Ndong – Starly Erols (de Turquie) – Tita Nzebi (chanteuse exilée) – Gl Barat (diaspora) – Ndong Eyene et Jean Ping – etc… Tous ceux qui se reconnaissent encore comme OPPOSANTS et RESISTANTS, UNISSONS-NOUS POUR METTRE FIN À CE RÉGIME SORTI TOUT DROIT DES ENTRAILLES DE L’ENFER.

    A BON ENTENDEUR…

    • Serge Makaya dit :

      Merci “Paul Mba” pour cet appel à l’union. Souhaitons qu’ils comprennent cela avant qu’il ne soit trop tard. Car du côté de ce régime démoniaque se prépare déjà les élections présidentielles de 2023, s’ils ne le font pas avant 2023. Car c’est un régime rusé. La France est derrière ce régime.

      Vous pouvez être sur que s’il déclare la vacance du pouvoir avant 2023, dites-vous bien qu’ils ont déjà tout préparé, y compris la victoire de Brice Laccruche Fargeon Alihanga qui est déjà en campagne. Croyez moi. Je sais comment fonctionne ce système diabolique soutenu par SATAN représenté ici par la France. CROYEZ MOI !

  6. Jacouille dit :

    Normal ce genre de propos lorsqu on passe de la BMdouplepieds à la V8. Ce type qui marchait tout le temps avec un sachet de cuisse de dindons entre le ckdo JJ et la 1ere cité d Angodje se retrouve maintenant avec du personnel qui lui fait des courses dans la plus grands magasins de la place. Il faut donc le comprendre

  7. Martine dit :

    Il est en train d’écrire son PACTE avec SATAN, prince des ténèbres. Pitié ! A Ntare Nzame !

  8. Ngouss Mabanga dit :

    Mr Moukagni. Mouff!

  9. bassomba dit :

    Hier Moukagni était auréolé parce que opposant, maintenant qu’il se rapproche du Pouvoir, il est honni. Mais on s’en fout de vous, si vous croyez être les seuls gabonais, détrompez vous , les goûts et les couleurs ne se disutent pas JESUIS ALI

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW