Le nouveau Porte-parole de la présidence de la République, Jessye Ella Ekogha, a eu son “baptême du feu”, le 6 décembre, à travers une première rencontre avec les hommes et femmes des médias pour commenter l’actualité. Moins prolixe que son prédécesseur, la nouvelle voix du palais du bord de mer a abordé plusieurs sujets parmi lesquels l’opération anti-corruption en cours dans le pays et la nomination de Noureddin Bongo Valentin.

Le nouveau Porte-parole de la présidence de la République, Jessye Ella Ekogha, lors de sa première conférence de presse, le 6 décembre 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Nommé au poste de porte-parole de la présidence de la République, à l’issue du Conseil des ministres du 5 décembre, Jessye Ella Ekogha n’a pas perdu de temps pour se mettre à l’ouvrage. Il a entretenu, moins de 24 heures après sa promotion, la presse sur plusieurs sujets d’actualité.

L’opération anti-corruption en cours dans le pays a notamment meublé cette première sortie du porte-parole. Selon ce dernier, «cette opération est menée sous l’autorité du procureur de la République de Libreville qui veille au respect scrupuleux des règles de procédure dans le cadre de cette enquête». «Je rappellerai que des noms ont été cités en particulier dans la presse, mais que toutes ces personnes bénéficient de la présomption d’innocence. Toutefois, les soupçons qui pèsent manifestement sur elles semblent être particulièrement graves», a-t-il déclaré.

Invoquant la séparation des pouvoirs, il n’a pas voulu en dire davantage sur cette actualité qui défraie la chronique tant au niveau national qu’international. «C’est une prérogative du procureur de la République de Libreville sous l’autorité duquel est placé l’enquête», a-t-il réaffirmé, insistant par ailleurs sur le fait que le président Ali Bongo a indiqué le 8 juin dernier, qu’«il est capital pour notre nation d’en finir une fois pour toutes avec la corruption qui gangrène nos institutions».

Nomination de Nourredin

S’exprimant sur des questions institutionnelles, le porte-parole a évoqué notamment le «changement de gouvernement» le 2 décembre dernier alors que le Premier ministre et son gouvernement n’avaient pas préalablement démissionné. «Je parle bien de changement et non de remaniement car la composition de la nouvelle équipe gouvernementale a été très largement revue», a-t-il dit, ajoutant que «le chef de l’Etat veut agir vite et créer les conditions d’une plus grande efficacité de l’action gouvernementale».

Pour lui, le président entend que «la nouvelle équipe gouvernementale soit composée de femmes et d’hommes à la fois intègres et loyaux. Bref, le Président de la République veut de l’efficacité et de l’exemplarité. C’est ce qui caractérise ce nouveau gouvernement».

La nomination, à la fonction de Coordinateur général des affaires présidentielles de Noureddin Bongo Valentin, lors du 10e Conseil des ministres de cette année, fait également couler encre et salive. A ce propos, Jessye Ella Ekogha précise que la nomination d’un fils de président n’est pas la première du genre qu’il soit. «Au Gabon, par le passé, on a déjà connu une telle situation», a-t-il dit, soulignant que «ce poste a été initialement créé par décret du 10 mars 2003 sous la présidence d’Omar Bongo Ondimba qui avait pour premier ministre à l’époque Jean-François Ntoutoume Emane». Il a également pris l’exemple du président des Etats-Unis, Donald Trump, qui a pour principaux collaborateurs sa fille, Ivanka Trump, et son neveu, Jared Kurchner.

Toutefois, le porte-parole assure que «M. Noureddin Bongo Valentin a été nommé sur la base de ses compétences et de la confiance du chef de l’Etat». Déclinant sa biographie, il a indiqué qu’il est diplômé de deux des établissements les plus prestigieux au monde : l’Eton College, l’Institut d’études orientales et africaines, la London School of Economics, notamment. Ce fils de président qui sera désormais la deuxième personnalité du palais, a également été directeur général d’Olam Gabon.

Sommet des chef d’Etat de la CEEAC

Le nouveau porte-parole a également abordé les problèmes d’inondations pour lesquels le chef de l’Etat demande des solutions d’urgence et concrètes, mais aussi la Cop25 qui se déroule en Espagne  où le Gabon qui préside le Comité des chefs d’État africains sur le changement climatique (CAHOSCC), se fera entendre par la voix de son ministre des Eaux et forêts. Le prochain Sommet extraordinaires des chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), le 18 décembre à Libreville a également été évoqué lors de cette conférence de presse. Jessye Ella Ekogha a indiqué qu’à cette occasion, les onze chefs d’Etat des pays de la sous-région seront présents. «Ce sommet s’annonce cruciale pour l’avenir de l’Afrique centrale. Il s’agira en effet d’adopter les mesures permettant de renforcer l’intégration sous régionale», a déclaré le porte-parole de la présidence de la République.

 
 

9 Commentaires

  1. Frisomère dit :

    Un rigolo de plus

  2. Serge Makaya dit :

    Encore un fang de plus comme esclave des Bongo. Pitié ! A Ntare Nzame !!!

    • JAMES DE MAKOKOU dit :

      Mon Dieu !!! si tu existais et si seulement tu existais fais en sorte que la vérité soit connue ! je viens de lire le CV du nouveau porte-parole de la présidence. Incroyable mais son CV =VC est Totalement FAUX.
      Qui connait mieux ce nouveau porte-parole ami à Sylvia et de Nourredin Boubrahimi de son vrai nom avant l’adoption ?
      Alors, je vous explique ! Non j’aimerai que celui qui a écrit ce CV, me dise dans quelle partie du monde ce porte-parole a fait des études universitaires et ou et quand a-t-il eu le Bac ?
      En quelle année a-t-il été à Saint-Cyr ? Qui sont ses collègues ? il y a fini ses études dans cette Polytech. Et a eu quoi comme parchemin, c’est quoi le nom de sa promotion ?
      Je me rappel l’avoir connu en France mais, a ma connaissance il s’est essayé à des petits boulots et au rugby pour son gabarit mais rien de sérieux jusqu’à ce que son patronyme ou plutôt sa maman décide de les faire revenir au Gabon après la nomination de son patronyme et d’ailleurs, pour ceux qui ont connus son patronyme, il ne lui ressemble en rien et pour ceux qui connaissent son grand frère et sa grande sœur, c’est le jour et la lune et je me demande si c’est vraiment le fils de son de son père ?
      Il se ressemble plutôt à M. Patrichi enfin à vérifier, serait-il adoptif de son patronyme ? car dans ce pays, c’est la grande mode… pour accéder au pouvoir car c’est la loi des adoptés a la tête de l’état Gabon.
      Alors toujours, pour revenir sur notre nouveau porte-parole, C’est une insulte a Saint-Cyr car moi je connais les saint-cyriens, et franchement beaucoup sont mécontent de voir ce CV y figure la prestigieuse école qui est en plus sur la liste des meilleures écoles dans la classification de Shanghai pour ceux qui connaissent ce que cela signifie.
      OUI CE VC EST BIZZARRE

  3. liban dit :

    c’est Tout pour un messager ?????

  4. Shox dit :

    Et l’état/condition de la route nationale ?!

  5. Imouéchi dit :

    Un porte-parole de président qui ignore que Jared Kurchner est le gendre de Trump et non son neveu.

  6. Mintsa M'Engone dit :

    Qui a dit a ce semi-analphabète Ella Ekhoga (ou au redacteur de Gabonreview Dzonteu ou Honteu) que Jared Kurchner est le neveu de Donald Trump ?
    On est decidemment au Gabon, chez nous, là ou meme les gesn de l a presidence ne lisent pas.
    Jared est le gendre de trompeur Trump.

  7. nguema21 dit :

    Je suis heureux de voir que le système panique tellement que on bat la carte joker avant la date fatidique.Cela nous parle et nous dit que le système est à bout de souffle car si on nomme des jeunes sans aucunes expérience ,aucune à quelques postes stratégiques que ce soit,c’est la preuve que la maison PDG-BONGO s’est vidée de la cohésion et la confiance et la confiance qui régnait entre ses membres…TIC TAC TIC TAC on attend le coup de glas!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW