Le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) a regretté avec amertume, la condamnation de Frédéric Massavala. D’autant que le jugement rendu le 8 février dernier est une «confirmation de la régression de l’État de droit et du règne de l’arbitraire».

Georges Mpaga, le président du ROLBG. © Gabonreview

 

Après la condamnation de Frédéric Massavala le 8 février dernier, le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) a marqué sa déception. «En dépit du vide institutionnel au sommet de l’État, la justice gabonaise demeure sous le contrôle du pouvoir politique», a regretté l’ONG.

Après 18 mois d’emprisonnement «abusif» et «arbitraire», Frederick Massavala a été condamné pour provocation d’un attroupement non armé et instigation aux actes de nature à provoquer des troubles. L’ancien porte-parole de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) soutenant Jean Ping a écopé de cinq ans de prison, assortis de trois ans de sursis et une amende de 600 000 francs CFA.

«Cette condamnation est le prolongement de la répression des personnalités politiques, des activistes et des membres de la société civile gabonaise qui se sont exprimés contre l’élection frauduleuse d’Ali Bongo, le 31 août 2016 et qui croupissent sans jugement dans les prisons mortifères du régime», a affirmé le président du ROLBG.

Georges Mpaga estime que ce jugement est «la parfaite traduction de l’instrumentalisation de la justice par le pouvoir politique». Face à la négation de l’État de droit au Gabon, le ROLBG compte saisir le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme et les autres instances internationales de défense des droits de l’Homme, pour «la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages et prisonniers politiques au Gabon».

 
 

2 Commentaires

  1. Hugo dit :

    Il faut maigrir Georges Mpaga…

  2. nzinzi dit :

    @ Hugo
    Il peut manger le gombo au chocolat de brousse et tout ira pour le mieux….
    Moi je suis a mes 79 ans et tout est nickel avce ces choses du pays…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW