Alors que la Cour constitutionnelle vient de conforter la victoire du parti au pouvoir lors des législatives de décembre dernier, le pays est dans l’attente de la démission du Premier ministre Paul Biyoghé Mba.

C’est sans grande surprise que la Cour constitutionnelle a validé, dans la nuit du 11 au 12 février, l’écrasante victoire du Parti démocratique gabonais lors des élections législatives du 17 décembre 2011.

Après avoir vidé le contentieux, notamment quelque 45 recours en annulation, le scrutin législatif a donné les résultats suivants : le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) obtient plus de 100 députés sur 120, six circonscriptions devant revoter et au moins cinq non-PDGistes étant élus. L’Union du peuple gabonais (UPG), un des principaux partis d’opposition, qui a accepté d’aller aux élections, n’a obtenu aucun siège. Selon des chiffres officiels, le taux d’abstention s’est élevé à 65,72%.

Après cette délibération de la Cour constitutionnelle, le pays est maintenant dans l’attente de la démission, dans les meilleurs délais, du Premier ministre prévue par la Constitution. Le président pourrait choisir de le reconduire ou non.

 
 

1 Commentaire

  1. Arsene dit :

    Le PDG serra jugé au pied du mur, avec la majorité à l’assemblée nationele le PDG n’aura pas d’excuse de n’avoir pas mené à bien son programme d’emergence. Il faut que les debutés jouent effectivement le role pour lequel ils ont été “élus” ou nommés.
    Nous avons besois d’une assemble nationale qui va denoncer les derives du gouvernement et prend des senctions, nous ne voulons pas des debutés marionnettes, qui votent pour voter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW