Une délégation de NDC Partnership a eu séance de travail avec le ministre de l’Agriculture, le 17 juillet à Libreville. Les deux parties souhaitent mutualiser leurs efforts dans le cadre de la gestion du conflit homme-faune.

© twimg.com

 

Comment concilier le besoin des populations impactées par le conflit homme-faune et le leadership du Gabon en matière d’environnement. Pour résoudre cette équation, le gouvernement s’est attaché les services de NDC Partnership, dont des responsables ont eu séance avec le ministre de l’Agriculture, le 18 juillet à Libreville.

«L’avantage de travailler avec un tel partenaire est que cela nous permet de bénéficier d’une expérience qui a déjà été éprouvée ailleurs et de gagner en temps», a affirmé le ministre de l’Agriculture. En s’attachant l’expertise de ce partenaire, affirme Biendi Maganga Moussavou, l’objectif du gouvernement est de mettre en place un système d’assurance à même de compenser le stress généré par ce conflit.

«Pour nous, régler le conflit homme-faune est une priorité. Tout en faisant la promotion de la préservation de l’environnement, le chef de l’Etat souhaite également que les populations puissent en voir les retombées, tout en s’épanouissant dans leurs activités agricoles», a souligné le ministre.

Le conflit homme-faune engendre un ensemble de nuisances (destruction de cultures, attaques d’animaux d’élevage, compétitions pour les ressources naturelles, atteintes à la vie humaine, etc.) provoquées par différentes espèces animales. En réponse à ces nuisances ou pour tenter de les prévenir, les espèces responsables sont le plus souvent blessées ou tuées par les populations.

L’intervention du NDC Partnership vise à atténuer drastiquement ce phénomène. Il s’agit d’une coalition de pays et d’institutions qui s’efforcent de mobiliser des appuis et d’atteindre des objectifs ambitieux, tout en favorisant le développement durable.

Un challenge que la coalition souhaite relever au Gabon. «Le ministre a été très clair dans ses instructions et dans son engagement à résoudre le conflit homme-faune. Le tout en préservant la nature et le leadership du Gabon dans le cadre de la politique climatique et environnementale», a déclaré Omar Zemrag de NDC Partnership.

 
 

2 Commentaires

  1. MOUKAGNI Léa-Larissa dit :

    Belle initiative. L’ANPN a déjà organisé plusieurs expériences sont aussi à considerer

  2. Ikobey dit :

    L’action est louable, et ne peut être que bénéfique.
    Ce qui m’interpelle, c’est que toutes les idées viennent de l’extérieur.
    problème de l’agriculture: la FAO s’en charge
    problème dans les finances: le FMI nous dit ce qu’il faut faire.
    Problème écologique : le NDC nous conseille.

    Malgré une trentaine de ministres, nos sous-ministres, nos intellectuels de choc, nous avons encore besoin de conseils étrangers.
    OBO disait “à quoi servent tous ces Conseillers, c’est moi qui leurs donne des conseils”
    Je doute parfois sur la capacité du Gabon à prendre en main sa destiné.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW