Le Conseil économique social et environnemental (CESE) prépare activement une mission de terrain, en rapport avec le conflit homme-faune. Prévu dans plusieurs provinces, ce périple vise à recueillir des informations auprès des populations victimes de ce conflit.

Des éléphants dévastant une palmeraie (illustration). © Nurzahafarina Othman

 

En prélude à une mission de terrain à l’intérieur du pays, les membres du bureau du Conseil économique social et environnemental (CESE) ont eu une séance de travail, le 7 janvier à Libreville. Prévue dans plusieurs provinces, cette mission aura pour objectif de recueillir des informations auprès des populations victimes du conflit homme-faune.

«Il est question d’harmoniser les points de vue de toutes les équipes qui doivent prendre part au recueil des attentes des populations, avec un accent particulier sur le conflit homme-faune», a expliqué le 3e secrétaire du CESE. «Comme vous le savez, lors de notre dernière session, nous avons examiné une thématique sur ce conflit. Et aujourd’hui, il est question que le CESE mette ses équipes sur le terrain pour aller toucher du doigt la réalité de ce conflit», a souligné Dieudonné Mavoungou sur Gabon 1ère.

Au Gabon, le conflit homme-faune est de plus en plus tendu et la cohabitation difficile. Les pachydermes notamment causent de nombreux dégâts dans les plantations. Elles sont très souvent ravagées, occasionnant ainsi des pertes de production et par conséquent des pertes de revenus. «C’est une préoccupation nationale. Tout ce que nous faisons, c’est recueillir toutes les informations. Et puis à travers nos avis, nous allons formuler des recommandations qui seront transmises aux différentes autorités», a conclu Dieudonné Mavoungou.

Face à la récurrence des conflits hommes-faune, il est devenu impérieux de trouver des solutions durables pour les réduire, assurer la sécurité alimentaire des communautés et améliorer leurs conditions de vie, sans pour autant compromettre les efforts de conservation de la biodiversité.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW