Entre 2015 et 2017, le Gabon a perdu 16 places au classement de l’indice DHL de la connectivité mondiale, passant du 73e rang au 89e sur 169 États évalués. Cette baisse du niveau de connectivité du pays s’explique par la chute de flux des échanges commerciaux, des capitaux et d’informations.

© africa-ontherise.com

 

Dans sa cinquième édition de l’indice de connectivité mondiale publié le 12 février, DHL classe le Gabon à la 89e place sur 169 pays et territoires. Cette position marque la faiblesse des flux commerciaux, des capitaux et d’informations, par rapport à l’année  2015, où le pays occupait la 73e place.

Ce rapport détaillé de la mondialisation, mesurée par les flux internationaux d’échanges commerciaux, des capitaux, d’informations et de personnes, présente une économie gabonaise à faible densité d’échanges commerciaux externes-internes et une répartition géographique des flux de connexions internationales entre pays à la traîne.

Dans le segment des échanges commerciaux externes-internes, le Gabon enregistre une régression de 33 places entre 2015 et 2017. Il occupe respectivement le 92e et 59e rang pour un score de 49/ 100 et 58/100, soit moins de 9 points. Le pays a également perdu 21 places en deux ans dans le segment de répartition géographique des flux de connexions internationales entre pays. Il occupe la 88e place sur 169 pays en 2017, intégrant ainsi la liste des pays ayant enregistré les plus fortes baisses absolues de la connectivité mondiale depuis 2015, notamment l’Oman, l’Uruguay, le Niger, l’Angola, Trinité-et-Tobago, Malte, le Panama, Kiribati et le Rwanda.

Si la connectivité mondiale semble encore difficile pour le Gabon, qui peine à emboîter le pas aux pays comme l’Île Maurice 40e mondiale et 1er africain, ou aux Seychelles 2e sur le continent, l’Afrique subsaharienne occupe la dernière place au classement général. Son rang le plus élevé est sur le pilier du capital, où il s’est placé au milieu.

L’Afrique subsaharienne est «l’une des deux seules régions où le niveau moyen de connectivité du pays a diminué de 2015 à 2017. Les baisses dans cette région ont principalement concerné les piliers capital et commerce. En revanche, l’Afrique subsaharienne a enregistré les gains les plus importants du pilier information» souligne le rapport DHL Global Connectedness Index.

Les pays les plus connectés au monde en 2017 sont les Pays-Bas, Singapour, la Suisse, la Belgique, les Émirats arabes unis, l’Irlande, le Luxembourg, le Danemark, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW