Les élections législatives et locales aidant, les Gabonais ont consommé l’an dernier plus de bières que d’eau minérale, faisant ainsi progresser le chiffre d’affaires de Sobraga.

En 2018, les Gabonais ont consommé plus de bières que d’eau minérale. © Twitter

 

Cité parmi les plus gros consommateurs d’alcool du continent, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Gabon ne devrait pas se faire ravir sa place de sitôt. D’autant plus que la bière est toujours aussi préférée à l’eau minérale. En attestent les chiffres de la direction générale de l’Economie et de la Politique fiscale (DGEPF), qui note une hausse de 4,4% de la production de bière en 2018. Comme en 2017, le pays a en effet enregistré, l’an dernier, une nouvelle hausse de sa production de bière, s’établissant ainsi à 1 677 255 hectolitres. La tenue des élections locales et législatives pendant le 4e trimestre est pour beaucoup dans l’explosion de la demande.

Dans l’autre sens, si la production de l’eau minérale a, elle aussi, connu une hausse de 16,1% par rapport à 2017, Ni les marques Andza ou Akewa produites par Sobraga n’ont pu rivaliser celle des bières. Pourtant, 1 068 597 hectolitres ont été produites l’an dernier contre 920 782 l’année d’avant. Le volume de production de l’eau Akewa, plus accessible au consommateur, a d’ailleurs augmenté de 50%.

Dans les deux cas, le chiffre d’affaires de Sobraga pour les deux différentes boissons s’est amélioré. En fin décembre 2018, Soboleco a fait 15, 2 milliards de francs CFA de chiffre d’affaires, soit une hausse de 1,7%. Bières, boissons gazeuses, vins et divers compris, Sobraga revendique un chiffre d’affaires total de 162, 5 milliards de francs, soit une hausse de 6,6% par rapport à 2017.

 
 

2 Commentaires

  1. Téta dit :

    La bière coûte moins cher que l’eau et contient de l’eau. Il n’y a pas de débats

  2. Ponce Pilate dit :

    L’eau coûte plus chère que la bière, les sodas (coca, fanta,… qui ne sont pas des jus de fruits,…

    La baguette de pain de farine de blé (non produite chez nous) coûte moins cher que le manioc, le tarot, la banane, le tubercule,…

    Le poulet chimique de l’extérieur coûte moins chère que la poule locale.

    Le gabonais étant très connu pour avoir un seul abdo, on s’étonne de l’augmentation de maladies liée à notre mal nutrition.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW