En dépit d’une longue coopération multiforme et d’une forte communauté tchadienne installée au Gabon depuis plusieurs décennies, le pays d’Idriss Déby Itno n’a toujours pas ouvert une véritable représentation diplomatique dans le pays de son «frère» Ali Bongo qu’il a rencontré mercredi à Libreville.

Ali Bongo et Idriss Déby Itno, le 5 juin, à Libreville. © Communication présidentielle

 

Dans la trentaine d’ambassades répertoriées à Libreville, il n’existe aucune appartenant à la République du Tchad. C’est le seul État membre de la Cemac et de la CEEAC dans cette situation. Pourtant, la coopération entre le Tchad et le Gabon ne date pas d’aujourd’hui. Évoquant une relation vieille de 50 ans, Idriss Déby Itno a lui-même rappelé, mercredi 5 juin au terme de son audience avec Ali Bongo à Libreville, que leurs deux pays entretiennent «une relation forte, fraternelle, tissée par l’histoire».

«Pendant les périodes tragiques que le Tchad a traversées, a raconté le président tchadien, Libreville a été la plaque tournante pour le règlement de tous les conflits depuis 1969». Depuis, le Gabon a accueilli plusieurs milliers de Tchadiens, dont quelques opposants au régime de N’Djamena.

Pour le leader tchadien, après 50 ans de coopération, il n’est pas normal que le Tchad ne possède pas de véritable représentation diplomatique au Gabon, où son pays compte «une forte colonie». «C’est vrai que nous sommes le pays le plus proche au niveau de l’Afrique centrale à ne pas avoir d’ambassade», reconnaît-il, promettant que cette situation trouvera bientôt solution. En 2018, le projet avait déjà été abordé au ministère tchadien des Affaires étrangères. Si Idriss Déby annonce pour «bientôt» l’ouverture d’une ambassade à Libreville, certains de ses collaborateurs précisent que la structure pourrait bien voir le jour courant 2020. Le Gabon n’a pas non plus d’ambassade au Tchad.

Ces dernières semaines, le Gabon et le Tchad ont entrepris de renforcer leurs relations. Avant la visite du président tchadien à son homologue gabonais, mercredi, c’est le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale qui avait été chargé d’aller l’inviter officiellement à N’Djamena le 3 juin dernier. Le 31 mai dernier, Mahamat Tahir Orozi, le ministre tchadien de l’Aviation civile et de la Météorologie nationale, et Laurent Abessolo Mve, conseiller aéronautique du ministre gabonais des Transports et de la Logistique, avaient annoncé la création prochaine d’un pont aérien reliant Libreville à N’Djamena, qui servirait essentiellement aux échanges des produits agricoles contre des produits halieutiques entre leurs deux pays.

 
 

1 Commentaire

  1. Mébalé Antoine dit :

    ET VOUS APPELEZ CELA DES RELATIONS CORDIALES ? Mon œil !
    Idriss Déby Itno est venu au Gabon sur ORDRE de la France. Il est Préfet de Macron comme beaucoup d’autres chefs d’états d’Afrique. De pures MARIONNETTES.

    On veut continuer à nous faire croire que BOA est en vie. Vous êtes libres de croire, chers Gabonais. Pour ma part, il est déjà remplie d’asticots.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW